Selon Aubert de Villaine, cogérant du domaine de la Romanée Conti il s'agit d'une "toute petite affaire". Certes, il n'est pas question de vente. L'accord conclu entre le domaine de la Romanée-Conti et le domaine Bonneau du Martray à Pernand Vergelesse se résume à un contrat de fermage. Le dit contrat va permettre au premier d'exploiter 2,5 hectares du second en appellation Corton-Charlemagne. En Côte de Beaune, une telle surface est un trésor.

Le domaine Bonneau du Martray a appartenu à la même famille, les Le Bault de La Morinière pendant deux siècles, avant d'être vendu à prix d'or, en janvier 2017, à l'Américain Stanley Kroenke, par ailleurs propriétaire du vignoble californien Screaming Eagle, dans la Napa Valley. La propriété compte 11 hectares et ne produit évidemment que deux cuvées, un Corton en rouge et un Corton-charlemagne en blanc.

Pourquoi un tel accord entre ces deux entités ? Certains évoquent la difficulté du domaine Bonneau du Martray à bien mener l'ensemble du vignoble en biodynamie. D'où le recours à un expert de ce mode de viticulture très exigeant comme Aubert de Villaine. Pour ce dernier, le domaine Bonneau du Martray considère que les 11 hectares dont il dispose en Corton représentent une production trop importante pour son marché. Ils nous ont donc contactés pour reprendre 2,5 hectares dans le cadre d'un contrat de fermage. Cela a été facilité par nos très bonnes relations. C'est un beau challenge pour nous, car nous sommes déjà présents sur la colline avec le rouge (depuis 2008 dans le cadre d'un partenariat avec le domaine Prince Florent de Merode. Notre chef de cave Alexandre Bernier va s'occuper de la parcelle. Bien sûr, nous allons continuer à travailler les vignes, qui sont magnifiques, dans le même esprit. Le contrat de fermage sera applicable dès novembre 2018. La première vendange réalisée par notre équipe devrait avoir lieu en 2019. Nous devrions donc  sortir entre 8.000 et 10.000 bouteilles chaque année."

Il va s'agir du deuxième vin blanc produit par le domaine de la Romanée-Conti, qui vinifie aussi un Chardonnay en Montrachet. Une belle opération pour Aubert de Villaine. Reste un voile de mystère qui plane sur la stratégie choisie par le nouveau propriétaire du domaine Bonneau du Martray.

D'après Stéphane Reynaud du Figaro