mes plus belles dégustations oenologiques... ou les pire

16 février 2018

Le programme de février & mars

6 & 7 avril Salon des vins d'abbaye

7 avril 50 champagnes par Terre de vins hotel salomon de Rotshcild

7 au 9 avril rhum fest

14 au 19 avril semaine des vins clairs de Champagne

28 mai concours des vins bio Amphore par Pierre Guigui

18 & 19 juin 2018 Bulles expo Paris

30 juin et 1er juillet Oenovidéo à Epernay
2 juillet 2018, à partir de 9h Château du Breuil, Le Breuil, Route de Rochefort, 49750 Beaulieu-sur-Layon Paulée de l’Anjou Noir 

           22 Octobre   Les vins de Champagne, focus sur les millésimes ancien

            5 Novembre   Les vins bios et biodynamiques par la RVF

         19 Novembre   Les vins de la Vallée du Rhône par la RVF

         10 Décembre  Les Spiritueux par la RVF

 

 

Il n'y a pas qu'en Normandie ou dans le pays d'Othe que l'on réalise de bons cidres. Je viens de découvrir  par exemple les cidres du Maine maintenant en AOP :  la ferme du pressoir à 53400-Craon réalise également un pommeau du Maine, une fine  de Poire Williams qui titre donc 40° et qui arrive dans mon trio de tête des poires françaises et un remarquable cidre de glace.

Je prends dès maintenant comme l'an dernier les commandes pour une mise à disposition à partir du 10 février. Le prix est exceptionnel pour la qualité : eau de vie de poire Williams : 35€ et cidre de glace 25€ (50cl). Pour toute information ou commande : Contactez l'auteur

 

février                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       

26 JETRO à partir de 11h hotel d'Evreux sur invitation me contacter

24 au 4 mars salon de l'agriculture

25 au 28 février salon professionnel du fromage dans le cadre  du salon de l'agriculture. Me contacter pour s'inscrire

 

mars

            2 au 5 Mer et Vigne à Champerret

            3 & 4  Evreux hall des expositions

   8 mars Vinissimes par Nicolas hotel de Poulpry

            9 au 11 Courbevoie centre culturel 7 bd aristide briand

          10 & 11 Franconville espace saint exupéry

         10 & 11 Pl. Royale, Saint-Germain-en-Laye

  12 Vignerons nature 52 ter rue des Vinaigriers 10h

 12 Mars  Les vins de la Méditerranée pro par la RVF

 16 & 17 mars concours des Vignerons Indépendants

         16 au 18 Auxerre

        17 & 18 viroflay  marché 90 Ave du Général Leclerc à partir de 16h le samedi A NE PAS MANQUER

        17 & 18 Draveil théatre donald cardwell

         17 & 18 77-Le chatelet en brie salle de la Bergerie

18 Gif 18 vignerons maison des peupliers

        18 bio de Montreuil 40 vignerons 117 rue Etienne marcel

19 mars Cheese day à l'Intercontinental de 11h à 22h

19 Ici commence la Loire,  La caronnerie 12 rue Duguerry

24 & 25 mars concours des Vins Plaisir de Bettanne & Dessauve sur inscription

         25 & 26 Chantilly

26 Mars   Les vins de Bourgogne et du Beaujolais pro par la RVF

26 mars Winelab au 47 Wagram sur inscription

 

Contactez l'auteur

Posté par stackanovins à 14:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]


09 février 2018

La chute du Clos Cristal à Saumur Champigny

2000 bouteilles de vin du Clos Cristal, emblématique domaine de Saumur-Champigny, ont été mises aux enchères mardi 31 janvier 2017. Le matériel (pressoirs, quads, cuves…) sera également liquidé. Triste épilogue. 

Des bouteilles et magnums des cuvées les Murs 2012 et 2014, Boutifolle 2011 non étiquetées, ou non millésimées. Il y a aussi des cuvées plus anciennes : 2000, 1993 (non étiquetées), et même de 1985, et du matériel viticole (pressoir, cuverie, quads…) Liquider tout ça ne devrait pas durer plus d’une heure. Mais le commissaire priseur de l’agence Xavier de la Perraudière attend « beaucoup de monde » pour cet événement, « très rare » dans le milieu viticole.

Les lots démarreront « à bas prix ». Les bouteilles du Clos Cristal étaient vendues entre 15 et 28€ (prix public départ cave).

La vente signera la fin du Clos Cristal façon Eric Dubois, qui a exploité le domaine jusqu’en 2015, pour le compte de l’Institut Clos Cristal et du propriétaire du domaine, l’hôpital de Saumur.

Le Clos Cristal, unique au monde

Le Clos Cristal est en effet un domaine exceptionnel, à plus d’un titre. D’abord par son histoire : il a été créé, au début du XXe siècle, par Antoine Cristal, figure fondatrice du Saumurois. Sa configuration est également unique au monde : sur cette parcelle de 10 hectares, la vigne pousse au travers de 3km de murs, pour plus de chaleur et de maturité.

Avec le vigneron Eric Dubois, le domaine était également entré dans le petit monde des vins « nature » : les vignes étaient conduites en bio, mais également en biodynamie et avec un cheval. Les vins du domaine réjouissaient de nombreux fans, y compris sur plusieurs tables étoilées…

Le domaine confié aux Caves de Saumur

Tout ça s’est terminé en 2016 : en septembre, l’association a été placée en liquidation judiciaire, avec un passif de 400 000 €.

Dans un climat local de tensions, l’exploitation du domaine a été confiée pour deux ans aux Caves de Saumur Robert et Marcel. Au grand dam de nombreux « fans » du Clos Cristal façon Eric Dubois.

« Notre objectif est de redonner son aura à ce domaine », explique François Boche, des Caves de Saumur. « Je ne veux pas entrer dans le débat, sur ce dossier ultra-sensible. Mais il a fallu quatre journées de bénévoles pour remettre les vignes en état, désherber, remettre les fils… Le rendement était tombé à 10 ou 12 hl/ha. Il ne faut pas que l’idéologie prenne le pas sur les principes simples.»

Les « nouveaux Clos Cristal » de la vendange 2016 seront commercialisés début 2018. Le propriétaire (l’hôpital) devra alors décider à qui confier le futur de ce précieux Clos Cristal.

Posté par stackanovins à 16:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 janvier 2018

Les vins autrichiens au Plazza Athénée

Ce petit pays de 83.879 Km2 et 9 M° d'habitants consomme 84% de sa production. de 16 M° d'hectolitres. Il exporte pour 5,9 milliards d'Euros vers la France et 75 milliards d'Euros vers l'Allemagne . Après 8 ans d'absence, le service commercial de l'ambassade nous a convié à une belle dégustation. L'Auriche est le pays viticole européen qui produit le plus de vins bio (22% du total).

autriche

Si l'Autriche est depuis longtemps connue pour ses vins blancs , il est à remarquer qu'aujourd'hui, les rouges qui étaient quasi imbuvables il  y a 40 ans se sont grandements améliorés et représentent aujourd'hui 1/3 de la production. Quand aux bulles, c'est 8% du total.                                                                                                                                                              Petit lexique pour s'y retrouver dans les différentes termes :                                                                                                  - Wein : vins génériques ou vins d'Autriche

- Landwein ou vin de région : IGP

- Quälitatswein ou vin de qualité: AOP

- Sturm : moût partiellement fermenté

- Spätlese : vin de vendange tardive

- Auslese : vin de vendange tardive trié

- Beerenauslese : vin de vendange tardive atteint par le botrytis Cirenea

- Eiswein : vin de glace

Strohwein : vin de paille

- Trockenbeerenauslese : vin de vendange tardive atteint par le Botrytis Cirenea et flétris

- Sekt : vin mousseux en AOP avec les sous appellations Klassik dans un land  avec 9 mois sur lie,  Reserve dans un land  avec 18 mois sur lie et Grosse reserve dans une seule commune et avec 30 mois sur lie .

Quand aux cépages , 22 en blanc  & 14 en rouge sont autorisés :

 

la suite sera rédigée à mon retour d'Angers en fin de semaine

 

Posté par stackanovins à 17:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

sélection des Champagnes pour le guide Hachette 2019

Elle a eu lieu au lycée technique d'Avize en plein dans la côte des Blancs pendant 4 jours pour choisir parmi 1950 candidats. C'est une organisation dont on peut se poser des questions sur la fiabilité. A peine une trentaine de jurés dont une grande majorité de vignerons ou d'oenologues  ou directeurs techniques de coopératives. Les verres choisis par Hachette sont inaptes à la mise en valeur d'un Champagne du fait de leur forme longiligne et étroite. Pas de stylo bille fourni pour pouvoir remplir les bulletins. Il y avait 2 sessions, une le matin et une l'après midi. C'est la première fois dans ce genre de manifestation ou la pingrerie des organisateurs va jusqu'à l'absence totale de buffet ou de repas à midi. Le guide 2019, publié à 90.000 ex paraîtra en septembre 2018.

Nous avons dégustés des champagnes rosés tous annoncés extra brut (donc moins de 5 gr de sucre résiduel) mais à la dégustation, de nombreux doutes sont apparus. Les couleurs étaient plus étonnantes les une que les autres. Elles allaient du  citron doré au rouge intense en passant par une majorité de "rosés de Provence", cette eau à peine colorée. Dans l'ensemble, peu de nez attirant. A l'unanimité nous avons malheureusement éliminé 4 vins avec la note 0 ou 1 (sur 5). Une majorité de 2 et un seul 3. Pour obtenir un "coup de coeur", il fallait avoir 5, vin exceptionnel 3* et ce après validation par un deuxième jury. Nous n'avons malheureusement pas pu en attribuer. Il y avait 2 millésimés, un en en 2013 et un en 2014. Il est à mon sens ridicule de proposer des champagnes si jeunes, fermés et imbuvable aujourd'hui. Contrairement à la norme, il faut au moins 10 ans de vieillissement  à un millésimé pou commencer à être présentable.

A tire indicatif le vin le plus sombre  et désagréable en bouche a été noté 0 car il a tout pur dégoûter un novice du Champagne. sur la description buccale, j'ai écrit :: "on dirait du Pommard additionné de Perrier."

 

 

reproduction interdite © stackanovins 2018

 

Posté par stackanovins à 10:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 janvier 2018

Des bulles en Bourgogne sans IG

 le groupe Boisset, en lien avec la coopérative agricole Bourgogne du Sud, a accepté de détailler, à la rédaction de Vitisphere, le futur projet de plantation de vignes à vins sans IG, en Bourgogne.

La maison Boisset (Nuits-saint-Georges) s’est associée avec deux coopératives agricoles, Bourgogne du sud (Saône et Loire) et Dijon Céréales (Côte d’Or), pour monter un projet novateur : celui d’installer un nouveau vignoble à vins sans indication géographique (IG) à Saint Pierre de Bresse, dans la Bresse et dans la plaine de Saône, à Saint-loup-Géanges exactement (Saône-et-Loire)… Une première en Bourgogne donc, d’autant plus que cette commune se situe à 10 km à peine des vignes d’AOC de Côte d’Or et de la prestigieuse Côte-de-Beaune…

"Un contrat long terme"

Des demandes d’autorisations de nouvelles plantations, pour une surface de 65 hectares, ont été effectuées en 2016 par une dizaine d’exploitations agricoles intéressées par le projet, qu’elles ont obtenues en mars 2017. L’idée est, en effet, que ces agriculteurs les financent et produisent eux-mêmes les raisins sur des terres leur appartenant, mais selon des règles précises prédéfinies par le négociant. En contrepartie, celui-ci s’engage à les acheter pour ensuite les transformer dans ses chais.  L’ensemble des conditions de production et d’achats a été actées par un contrat « long terme » passé entre les parties.

Produire nous-mêmes plutôt que d'importer

L’intérêt du projet pour Boisset : sécuriser et augmenter son sourcing en raisins blancs – chardonnay, colombard et ugni blanc - destinés à élaborer des vins de base pour mousseux. L’entreprise souhaite développer cette production, essentiellement pour l’export, sous sa marque « Charles de Fère », mais peine à trouver en France des vins de base à la qualité souhaitée et en quantité suffisante. « Plutôt que d’importer des vins de l’étranger, autant les produire nous-mêmes, en France, cela bénéficie à tout le monde », justifie Georges Legrand, son directeur, en lien avec les approvisionnements massifs extérieurs déjà opérés par de nombreux opérateurs bourguignons. Du côté des agriculteurs, l’intérêt est celui de pouvoir diversifier leurs productions.

Les futures vignes, implantées sur sols profonds, auront des densités de 4000 pieds/ha, seront palissées et conduites « comme un verger ». Côté rendements, aucun chiffre n’est pour le moment annoncé. « Ces vignes seront conduites de façon différente de ce qu’on a l’habitude de voir, résume le directeur. Les deux parties prennent des risques...Il faut tester pour valider, et considérer ce projet comme quelque-chose d’expérimental ».

Posté par stackanovins à 09:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]


21 janvier 2018

32e concours des vins de Chablis

Comme tous les ans,  ce concours a lieu un samedi de janvier. Cette année seulement 272 échantillons contre 334 l'an dernier ont été proposés à la sagacité des 86 jurés dont  une dizaine de parisiens mais pas un seul vigneron de l'appellation par 69 domaines. Cette faible participation s'explique par les conditions météos de l'année 2016. Gel et grèle ont décimé de nombreux domaines dont certains n'ont rien pû produire comme le domaine de Béru entre autre. Pour pouvoir vivre certains ont eu l'autorisation d'acheter du Chardonnay entre autre dans le Roussillon. Ces vins seront bien entendu vendus en tant que Vins de France.  Il n'a été décerné que 24 médailles contre 28 l'an dernier car le concours est  d'une redoutable honnêteté car  à 2 tours, le 2ème examinant les 2 ou 3 meilleurs sélectionnés au 1er tour. Voici le palmarès :

Petit Chablis 2016
Médaille d’Or
Domaine Guy ROBIN
Médaille d’Argent
Domaine Louis MOREAU
Domaine Jean DAUVISSAT Père & Fils - Milly
Médaille de Bronze
Domaine Besson
Hautérivien, Isabelle et Denis POMMIER
Nominés
Domaine JOLLY & Fils
Charlène & Laurent PINSON
Sur la Goulerotte, Domaine MARSOIF
Domaine des MARRONNIERS
Domaine Vincent DAMPT
Domaine de la MOTTE

Par rapport à l'an dernier Dauvissat est passé d'or à argent. 13 échantillons ont été  nominés sur 52 au départ.

Chablis 2016
Médaille d’Or
Cuvée Antoine, Domaine de PISSE-LOUP
Médaille d’Argent
Domaine Vincent DAMPT
Médaille de Bronze
Le Guilleret, Domaine MICHAUT
Domaine VERRET
Nominés
Domaine Guy ROBIN
Domaine BEAUFUME
Charlène & Laurent PINSON
Le Classique, Pascal BOUCHARD
Camille et Laurent SCHALLER
Les Vénérables, LA CHABLISIENNE
Domaine BACHELIER
Domaine Agnès et Didier DAUVISSAT
Clotilde DAVENNE
Domaine VOCORET & Fils
Domaine PINSON

Par rapport à l'an dernier un seul or au lieu de 4 mais 11 nominés au lieu de 6. 13 échantillons ont été  nominés sur 56 au départ.

Chablis Premier Cru 2016, Rive Gauche
Médaille d’Or
Montmains, Domaine Jean-Paul et Benoît DROIN
Montmains, Domaine PINSON
Vaillons, Domaine Guy ROBIN
Médaille d’Argent
Montmains, Domaine des MALANDES
Beauroy, Domaine de la MOTTE
Médaille de Bronze
Vosgros, Domaine Jean-Paul et Benoît DROIN
Nominés
Côte de Léchet, Sylvain MOSNIER
Côte de Léchet, Domaine Vincent DAMPT
Beauroy, Domaine VERRET
Beauroy, GARNIER & Fils
Forêts, Domaine PINSON
Les Lys, LA CHABLISIENNE
Montmains, Jean DURUP & Fils
Montmains, William FEVRE
Vaillons, Domaine Jean COLLET & Fils
Vaillons, Domaine Daniel DAMPT & Fils
Vau de Vey, Domaine des MALANDES
Vau Ligneau, Domaine de La MOTTE

3 or au lieu de 2 l'an dernier. Droin  est or en Montmains au lieu de Vaillons l'an dernier

Chablis Premier Cru 2016, Rive Droite
Médaille d’Or
Vaucoupin, Louis Robin
Médaille d’Argent
Fourchaume, Domaine des MALANDES
Médaille de Bronze
Montée de Tonnerre, LA CHABLISIENNE
Montée de Tonnerre, Charlène & Laurent PINSON
Nominés
Fourchaume, Domaine VENTOURA
Fourchaume, LAMBLIN & Fils
Fourchaume, Maison SIMONNET-FEBVRE
Les Fourneaux, Domaine GAUTHERON Alain et Cyril
L’Homme Mort, Domaine GAUTHERON Alain et Cyril
Montée de Tonnerre, Domaine Jean-Paul et Benoît DROIN
Mont de Milieu, Domaine des MALANDES
Mont de Milieu, Domaine GAUTHERON Alain et Cyril
Vaucoupin, Domaine Camille et Laurent SCHALLER
Vaucoupin, Clotilde DAVENNE
Vaulorent, LA CHABLISIENNE

Chablis Grand Cru 2015
Médaille d’Or
Valmur, Domaine Louis MOREAU
Valmur, Domaine Jean COLLET et Fils
Les Clos, Domaine PINSON
Médaille d’Argent
Vaudésir, Domaine Louis MOREAU
Les Clos, Domaine des MALANDES

Nominés
Blanchot, Domaine LONG-DEPAQUIT
Blanchot, Domaine SERVIN
Les Clos, Domaine SERVIN
Les Clos, Domaine Jean-Paul et Benoît DROIN
Les Clos, Pascal BOUCHARD
Grenouilles, Domaine Jean-Paul et Benoît DROIN
Preuses, William FEVRE


Chablis Grand Cru 2015
Médaille d’Or
Valmur, Domaine Louis MOREAU
Valmur, Domaine Jean COLLET et Fils
Les Clos, Domaine PINSON
Médaille d’Argent
Vaudésir, Domaine Louis MOREAU
Les Clos, Domaine des MALANDES

 pas de bronze cette année

Pour ceux qui souhaiteraient y participer l'année prochaine : Contactez l'auteur

 

Après le concours, nous avons été conviés à un banquet républicain. qui a duré de 12h30 à 15h Cette année le traiteur choisi  était particulièrment compétent contrairement à l'an dernier où on se serait cru dans une mauvaise cantine d'entreprise. Oeuf en meurette parfaitement cuit contrairement

DSCF1928

à chez Yannick Alléno (voir mon article sur la vallée du Rhône), porc à la chablisienne, fromage truffé en feuilleté chaud (délicieux) et patisserie à base de café et chocolat en dôme.  Tout cela donnait grand soif. Heureusement l'organisation  nous a offert au moins une quinzaine de crus de l'appellation remontant jusqu'à 1998. L'apothéose fût cependant  Les Clos 2014 de chez Droin.       

                                                                                                                                                                                                   Après un dégustation aussi importante (pour une fois nous avons bu), il n'était pas question de repartir immédiatement à Paris. Nous nous sommes donc rendu chez Edmond Chalmeau à 89530-Vitry le fort. Ce domaine de 18 ha  a des vignes sur Chitry,  Chablis et Saint Bris. Hormis les traditionnels Chardonnay  Aligoté et PInot noir, on y trouve du Gamay qui donne un vin infinment plus coloré et dense qu'en Beaujolais, et surtout une rareté le Sacy qui produit un blanc bien  meilleur que beaucoup de Melons de Boutgogne. Une dernière originalité Perle d'or, un mousseux réalisé en méthode traditionelle à base de Sacy. Les prix  vont de 6,20€ pour l'Aligoté à 7,50€ pour Perle d'or à 10,80 pour le Chablis Les Monts perriers. Ils viennent plusieurs fois par an à Paris. Ne les ratez pas

Contactez l'auteur

reproduction interdite © stackanovins 2018

 

 

 

Posté par stackanovins à 15:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 janvier 2018

vallée du rhône & truffes chez Yannick Aléno au pavillon Ledoyen

Une moquette sale et défraîchie, des serveurs incompétents, pas de serviette et de cuillère à sauce à table. Un oeuf pas cuit et des cannellonis froids pour 32€. On peut se demander ou sont  les 3 macarons ou la qualité Relais & Châteaux.

5  producteurs de truffes étaient présent. On pouvait regarder ou sentir. Quand à acheter, c'était plus cher que dans le  commerce de détail... à partir de 2.000€ le kg.

- Chaumes Arnaud à  26110-Vinsobres est toujours retrouvé avec plaisir pour son 100% Marsellan,  obtenu par croisement entre le Cabernet-Sauvignon et le Grenache depuis 1961. D'une rareté et d'une authenticité peu commune, il est classé IGP car pour être retenu en Cotes du Rhône, il ne doit pa dépasser 8% de l'assemblage.

- Domaine du Tix à 84570-Mormoiron en Ventoux : à remarquer particulièrement la Cuvée des Grandes pointes, un I.G.P Vaucluse en 100%  Viognier. A 13,90€ le col, il fait une très belle concurrence  aux Condrieu que vous ne trouverez pas à moins de 30€. De jolis rouge et rosé inférieurs à 10€ en AOP Ventoux sont à considérer avec plaisir.

- En Hermitage ou Ermitage ou l'Hermitage ( les 3 écritures sont admises) Ferraton à 26600 Tain-l'Hermitage est un domaine justement reconnu que l'on trouve dans 12 appellations de la région  : Hermitage, Crozes-Hermitage, Côte-Rôtie, Condrieu, Cornas, Chateauneuf du Pape, Tavel, Gigondas et Saint Péray .

- Domaine de la Solitude à 84231-Chateauneuf du Pape : la famille Lançon : rare sont les vignerons qui possèdent les 13 cépages admis ( 8 rouges et 5 blancs ) ici une très belle cuvée Tradition sur un terroir de sable et galets roulés. En blanc Clairette, Roussane et Grenache blanc. En rouge Syrah, Mourvèdre, Counoise et Terret noir. La qualité est au rendez vous et les prix plus raisonnable que les Plus connus  comme Beaucastel ou Vieux Télégraphe.

- Vacqueyras : Le sang des Cailloux à 84260-Sarrians : 17 ha face aux dentelles de Montmirail, un rendement de 28 à 32 ha et 12 mois d'élevage pour des vins à retenir tant en blanc qu'en rouge.

Contactez l'auteur

reproduction interdite © stackanovins 2018

 

 

 

Posté par stackanovins à 12:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 janvier 2018

Le ménage chez les Crus Bourgeois du Médoc

Par l’arrêté du 29 décembre publié le 4 janvier au Journal officiel, les Crus Bourgeois du Médoc tournent une page de leur histoire. Désormais, leur classement comportera trois catégories : Cru Bourgeois, Cru Bourgeois Supérieurs et Cru Bourgeois Exceptionnel. Ce classement pourra s’appliquer à partir du millésime 2018 et sa publication est prévue en 2020 pour une période de 5 ans. Le dépôt des dossiers d’inscription sera possible entre le 1er mars et le 30 septembre 2018.

Ce classement respecte plusieurs principes importants : dégustation à l’aveugle des vins, indépendance du jury (encadré par un organisme de vérification), valorisation des points positifs mis en avant par chaque château, respect de l’environnement, contrôles pendant toute la durée du classement.

Posté par stackanovins à 08:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 janvier 2018

Côte d'or et Vézelay nouvelles appellations en Bourgogne

Feu vert de l'Inao pour la nouvelle dénomination « Bourgogne Côte d'Or »d'après Juliette Cassagnes de Vitisphère 

Bourgogne Côte d'Or sera la 14eme dénomination géographique de l'appellation régionale Bourgogne

Les producteurs de l'appellation Bourgogne détenteurs de parcelles de vigne en Côte d'Or et sur quelques communes de Saône-et-Loire sont soulagés. Après plusieurs années d'attente, ils vont enfin pouvoir revendiquer, à partir de la récolte 2017, la mention Bourgogne « Côte d'Or » pour leurs vins blancs ou rouges. La décision a en effet été validée par le Comité national Inao du 15 juin 2017.

Une seule contestation a été adressée à l'Institut pendant la période de la Procédure nationale d'opposition (PNO), qui s'est terminée en avril 2017, mais a été classée sans suite

Des règles de production plus strictes ont été définies par rapport à l'appellation régionale pour celle-ci. La zone de production est située sur les secteurs de la Côte de Nuits et de la Côte de Beaune, jusqu'au Maranges, situées en Saône-et-Loire, soit potentiellement 1000 hectares, excluant le châtillonais et l'ouest dijonnais.

Carte de l'appellation Bourgogne, qui s'étend de l'Yonne jusqu'au Beaujolais:

Liste des communes référencées dans le cahier des charges, autorisées à revendiquer la nouvelle dénomination

géographique "Côte d'Or"

- Dans le département de la Côte-d’Or : Aloxe-Corton, Bligny-les Beaune, Brochon, Chassagne-Montrachet, Chenôve, Chorey-les-Beaune, Comblanchien, Corgoloin, Corpeau, Couchey, Fixin, Gevrey Chambertin, Gilly-les-Cîteaux, Ladoix-Serrigny, Marsannay-la-Côte, Morey-Saint-Denis, Puligny-Montrachet, Santenay, Vougeot.

Communes prises en partie : Auxey-Duresses, Beaune, Chambolle-Musigny, Dijon, Flagey Echézeaux, Magny-les-Villers, Meursault, Monthelie, Nuits-Saint-Georges, Pernand Vergelesses, Pommard, Premeaux-Prissey, Saint-Aubin, Saint-Romain, Savigny-lès-Beaune, Volnay, Vosne-Romanée.

- Dans le département de Saône-et-Loire : Communes prises en partie : Cheilly-les-Maranges, Dezize-les-Maranges, Remigny, Sampigny-les-Maranges.

Les appellations Bourgogne-côte-d’or et Vézelay ont été officiellement validées début novembre par l’arrêté paru au Journal Officiel. Les vins de ces deux aires de production, l’une régionale (1 000 hectares plantés en pinot noir et chardonnay) et l’autre “village” (66 hectares de chardonnay) arboreront cette nouvelle dénomination dès le millésime 2017. Spécificité toute bourguignonne, le bourgogne-côte-d’or dépend du cahier des charges de l’AOC bourgogne et bénéficie en fait d’une dénomination géographique complémentaire, comme par exemple le bourgogne-hautes-côtes-de-beaune (il y en a quatorze en tout).

C’est en référence à l’orientation de la côte viticole (à l’est, “côte d’orient”) que les vignerons ont choisi le nom de “côte d’or” pour leur appellation et non à cause de la couleur que prennent les vignes à l’automne qui, elle, a inspiré au XIXe siècle le nom du département. La mosaïque du vignoble bourguignon est désormais régie par 84 cahiers des charges qui déterminent la densité de plantation et le rendement – entre autres – de 7 AOC régionales, 44 AOC village (y compris Vézelay) et 33 AOC grand cru. Quant aux premiers crus, ils bénéficient de dénominations géographiques complémentaires au sein du cahier des charges des AOC village. Ce dernier identifie officiellement 640 climats.

 

Posté par stackanovins à 14:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 décembre 2017

Ils nous ont quitté en 2017

Georges Vernay de Condrieu
Charles Ramirès, vigneron de l’Aude, 97 ans. C’était à lui que le mouvement des Vignerons indépendants doit son existence
Patrick Maroteaux, Château Branaire-Ducru
Jean-Luc Aegerter négociant à Nuits saint georges
Robert G. Wilmers américain propriétaire de Château Haut-Bailly

Posté par stackanovins à 11:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 décembre 2017

la guerre des IGP mousseux

Pouvant revendiquer in extremis quatre mentions mousseuses pour le millésime 2017, les IGP sont de nouveau la cible des Crémants, qui ont préparé un recours devant le Conseil d'État.

Mieux vaut tard que jamais. Le ministère de l’Agriculture vient de valider et publier au Journal Officiel de la République Française les cahiers des charges effervescents des Indications Géographiques Protégées : Vins des Allobroges, Pays d’Oc, Comté Tolosan et Coteaux de l’Ain.

Validés en octobre par le Comité national IGP de l’Institut National de l’Origine et de la Qualité (INAO), ces cahiers des charges permettent d'envisager une première revendication de ces IGP effervescents en 2017. Comme le notaient avec impatience les opérateurs de Pays d’Oc lors de leur dernière assemblée générale, cette publication avant le 12 décembre leur ouvre la possibilité d'une production en 2017.

Espérant marquer la création d’une nouvelle gamme de bulles françaises, ces arrêtés vont cependant être la cible de nouvelles attaques de la Fédération Nationale des Producteurs et Élaborateurs de Crémant (FNPEC), qui avait anticipé cette décision. "Nous avions d'ores et déjà pris les devants et avons de ce fait déjà contacté les services adéquats pour une future intervention au Conseil d'État, faute d'échanges avec les responsables des IGP. Une fois de plus, dommage" déplore Olivier Sohler, le directeur de la FNPEC. "Du coup, nos quatre interventions sont d'ores et déjà programmées, estimant une nouvelle fois ne pas avoir été écoutés sur le sujet" annonce-t-il. 

Cette attaque serait la troisième procédure judiciaire des Crémants contre les IGP effervescents, après celles visant les 36 décrets de 2011, puis les 7 arrêtés de 2015.

d'après Vitisphère

Posté par stackanovins à 08:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 décembre 2017

Quand le whisky fait tourner la tête des distilleries alsaciennes...

  Par  Charles Gautier du Figaro

En Alsace, six distilleries historiques misent désormais sur le whisky dont la qualité dépend pour beaucoup de celle des tonneaux où ils doivent vieillir au moins trois ans. La progression des ventes est telle que cette région s'est dotée d'une indication géographique protégée.

Que vont devenir les alcools de l'Est du pays? Mirabelle, quetsche, kirsch vont-ils perdre du terrain face au whisky? L'inquiétude, sans être excessive commence à poindre puisque désormais six distilleries ont décidé d'utiliser leurs ressources pour concocter du whisky, breuvage dont l'appellation n'est pas protégée comme le champagne ou le cognac.

En fait, ces distilleries alsaciennes ont compris qu'elles possédaient dans leurs mains tous les atouts nécessaires pour la réalisation de grands whiskies. «Les alambics, les fûts de chêne, l'eau des Vosges et le malt d'orge de la brasserie voisine. Il suffisait de se lancer», explique Jean Metzger, responsable du développement de la distillerie Bertrand à Uberach depuis 2001. Dans cette distillerie reposent quelque 250 fûts de chênes français remplis ce fameux breuvage qui doit vieillir au moins 3 ans pour devenir whisky. «La qualité du produit fini repose principalement sur les propriétés de la barrique», a souligné à l'AFP Jean Metzger, qui affirme être le premier à produire un whisky 100% alsacien avec même une barrique locale!

Avec la poire Williams

C'est en 2006 que le premier whisky d'Uberach, a trouvé sa place dans la boutique de la maison Bertrand, entre les bouteilles de Poire williams et d'églantine. Depuis une dizaine de producteurs se sont lancés sur ce créneau en Alsace. Les volumes artisanaux de production sont loin d'atteindre ce qui peut se faire en Irlande ou en Écosse mais l'appellation whisky d'Alsace séduit assurent ses promoteurs. L'Alsace n'est pas la seule région française à produire du whisky, la Bretagne s'essaye depuis quelque temps déjà à la production de ce breuvage. Mais pour être breton ou alsacien, le whisky doit être brassé, fermenté, distillé, vieilli dans une zone géographique précise afin de disposer de son Indication géographique protégée. Tout cela bien loin des hautes terres d'Écosse...

Posté par stackanovins à 09:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 décembre 2017

l'Autorité des Marchés Financiers alerte sur certains placements en vins sur le web

L'Autorité des marchés financiers met en garde les épargnants français contre des sites internet d'investissements dans le vin qui ne respectent pas la réglementation en vigueur. Pour le moment, quatre sont concernés.

Dans un communiqué de presse daté du 1er décembre 2017, l'Autorité des marchés financiers (AMF) avertit le grand public du risque d'avoir recours à certains sites internet de placements dans le vin. Cette mise en garde concerne pour le moment quatre d'entre eux : lacavepatrimoniale.com, cavacave.com, investirdans-le-vin.com et invest-wine.fr. Deux autres sont également dans le collimateur, mais ils concernent d'autres biens que le vin : acciplus.fr (métaux) et balsamicopremium.com (vinaigre balsamique).

"Pas de numéro d'enregistrement"

Ces six sociétés n'ont en effet pas effectué les démarches nécessaires pour obtenir la nouvelle autorisation délivrée par l'AMF. Depuis la loi Sapin 2, les sociétés qui proposent sur le territoire français d’acquérir des droits sur des biens en mettant en avant la possibilité d’un rendement ou son équivalent économique sont soumises au « régime de l’intermédiation en biens divers » et à ce titre, « leur offre doit disposer d’un numéro d’enregistrement délivré par l’AMF », précise cette dernière. « Bien qu'alertées par l'AMF des nouvelles obligations qui s'imposent à elles, elles continuent à communiquer et/ou à démarcher le public en France sans que leur offre ne soit enregistrée auprès de l'AMF ».

Ces sites web s'ajoutent donc à la « liste noire » qu'elle a commencé à établir en juillet 2017 et qui contenait au départ un grand nombre d'acteurs proposant des diamants d’investissement sans respecter cette réglementation. Cet inventaire n'est pas totalement exhaustif et sera mis à jour régulièrement, prévient aussi l'AMF...

Posté par stackanovins à 09:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

valse à la direction de Moët & Hennessy

La présidente de Krug prend la direction des domaines Moët & Hennessy

 

Née au Venezuela, Margareth Henriquez est une diplômée d’Harvard vivant en France, comme le précise la maison Krug.
crédit photo : Groupe LVMH
Née au Venezuela, Margareth Henriquez est une diplômée d’Harvard vivant en France, comme le précise la maison Krug . Promotion maison pour la vénézuélienne Margareth Henriquez, qui participe au changement de têtes à LVMH suite au départ de Christophe Navarre et Jean-Guillaume Prats.

Ce premier janvier, Margareth Henriquez prend la direction de la division Estates & Wines de Moët Hennessy (la filiale vins et spiritueux de LVMH). Elle succède à Jean-Guillaume Prats, qui va prendre en mars 2018 la direction des Domaines Baron de Rothschild. Experte des effervescents LVMH, elle est, depuis 2009 à la tête de la maison Krug, après avoir présidé huit ans les Bodegas Chandon en Argentine. Conservant la présidence de Krug, Margareth Henriquez rejoint le comité opérationnel du leader du luxe. Elle reportera à Philippe Schaus, le nouveau PDG de Moët Hennessy.

La maison Estates & Wines regroupe les domaines internationaux de Moët Hennessy : Ao Yun (Chine), Bodega Numanthia (Espagne), Cape Mentelle (Australie), Cheval des Andes (Argentine), Cloudy Bay (Nouvelle-Zélande), Newton Vineyard (Californie) et Terrazas de los Andes (Argentine).

d'après Vitisphère

Posté par stackanovins à 08:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 décembre 2017

Caroline Frey veut se lancer dans la Petite Arvine

Le jardin secret de Caroline Frey est dans le Valais 

Caroline Frey est l’œnologue et la directrice des vignobles de sa famille, à l’exception de ceux de Champagne. Elle a la charge de Château La-Lagune, cru classé du Haut-Médoc ; du domaine Paul Jaboulet Aîné (Rhône nord) et du château Corton C (ex-Corton-André) en Bourgogne. Elle passe sa vie en voiture dans une sorte de rallye triangulaire et éternel et voilà qu’elle s’investit dans une nouvelle aventure dans cette région suisse que les Français appellent le « petit Rhône » et les Suisses, le « Rhône supérieur » (rires).
Elle a signé ce matin chez le notaire et cet après-midi, elle était dans ses nouvelles vignes pour « faire une 500 ». Comprendre que son nouveau vignoble est mené en bio-dynamie à partir de maintenant, une 500 est un préparat dynamisé.
Bravo, mais c’est dans le droit fil de ce qu’elle a entrepris à La Lagune, chez Jaboulet et, j’imagine sans tarder, à Corton C. De ses montagnes, elle m’a adressé par sms la photo de sa parcelle :




Interview par téléphone. Allo ?

Vous venez d’acheter un domaine dans le Valais ? 
Un domaine, non. Juste une parcelle bien placée sur le coteau de granit à Fully, parfait pour la Petite-Arvine. Depuis que je travaille sur la colline de l’Hermitage, j’ai du goût pour le granit. Cette histoire de Valais, je l’ai dans la tête depuis longtemps, depuis que j’ai commencé dans le vin, depuis mon stage de fin d’études chez Denis Dubourdieu, en 2002. Il s’agit de 2 000 m2, pas plus, mais je les ai cherché longtemps.
La Petite-Arvine, c’est un cépage blanc, n’est-ce pas ? 
Oui, c’est du blanc qui marche bien en sec et qui fait de belles vendanges tardives. Cette parcelle ne produit pas encore de Petite-Arvine, ce sont des Pinots, des Chasselas et des Sylvaners que je vais sur-greffer cette année. Le but est de ne produire que de la Petite-Arvine en vendanges tardives.
Vous allez rester avec vos quatre ouvrées comme on dit en Bourgogne ? 
Oui, c’est mon jardin. L’idée est que je puisse m’en occuper entièrement, je tiens à tout faire d’un bout à l’autre du cycle, de la taille aux vendanges et aux vinifications, bien sûr.


Un nouveau vignoble Frey ? 
Non, un vignoble Caroline Frey.


Il y a une maison et un chai ? 
Non, juste les vignes. Mon voisin m’hébergera dans sa cave pour les premières vinifications. Je reçois beaucoup de soutien des autres vignerons qui semblent contents de me voir parmi eux. C’est un beau terroir avec des gens qui travaillent bien.
Ça fait combien de bouteilles, 2 000 m2 ? 
Sûrement pas beaucoup, surtout en vendanges tardives. Le vigneron à qui j’ai acheté envoyait ses raisins à la cave coopérative du coin et n’a pas su me dire ce que cela représentait en nombre de bouteilles.


Combien coûte ce type de vignoble ? 
Cette vigne m’a coûté entre 10 et 15 francs suisses du mètre carré selon l’endroit. J’ai encore beaucoup de travail en termes d’aménagement du terrain, il faut refaire les accès ou décider de faire de l’alpinisme.
C’est un retour aux sources dans votre histoire de dix ans avec Denis Dubourdieu. Il a été votre professeur, votre président d’université, votre maître de stage, votre consultant à La-Lagune, puis chez Jaboulet. Maintenant, vous vous mettez à votre tour aux liquoreux ? 
Exactement. J’en parle beaucoup avec lui, je sais à quel point il aime ce cépage, j’espère pouvoir le faire venir bientôt

D'après le blog bonvivant

La Petite Arvine est un cépage local blanc du  Valais. Il permet de réaliser des vins secs ou liquoreux quand il est atteint par le Botrytis.

La plus célèbre vignerone locale est Marie Thérèse Chappaz. Dans des dégustations à l'aveugle, elle bat Yquem.

 
 

Posté par stackanovins à 12:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 décembre 2017

grand tasting + salon saveurs

- Grand Tasting : voir mes articles du 25/12/2015 et du 16/12/2014.  Des absents notoires cette année comme Valandraud,  Roberto Voerzio ou Plaimont.  A remarquer la présence de plusieurs stands de vins chinois que je n'ai malheureusement pas eu  le temps de goûter et le retour de deuxièmes crus de Bordeaux comme Pichon comtesse ou Pichon baron.

Le Languedoc continue ses excès, le petit domaine de Chante cocotte à11700-Fontcouverte, bien fait proposé à 40€ pour le blanc et 63 € pour le rouge... circulez.

- Champagne : Drappier à10200-Urville déja recommandé à plusieurs reprises. Besserat de Bellefon depuis qu'il a dû abandonner le Crémant à 3 atmosphères pour le Champagne à 5 atmosphères se situe dans le marais de l'appellation mais avec des prix bien trop élevés entre  31 & 42 €. Cattier à 51500-Chigny les roses est surtout connu pour produire le Champagne marketing Armand de Brignac à plusieurs centaines d''€uros le col. Quand à la production maison vendue entre 29 et 85 €, elle est très en dessous de la moyenne et moins bonne que certains petits vignerons vendus 18 € (voir plus bas). Moutard à 10110-Buxeuil : une très intéressante cuvée de 6 cépages assemblés dont Arbane, Petit Meslier et Pinot gris  en millésme 2009 à 52 €. Raisonnable vu l'originalité.

- Loire  : domaine de la Charmoise Henry Marionnet à 41230-Soings déja cité à plusieurs reprises., Domaine Huet  à 37210-Vouvray. Depuis le changement de propriétaire, on ne trouve plus la grandeur de ce pourtant très beau domaine. Le Haut lieu moelleux  première trie  1997 est beaucoup trop cher à 95 € par rapport à des vins du même style mais dans d'autres appellations.

- Australie : le célèbre domaine Penfolds dont les vins sont distribués par le champagne Thiénot à 51000-Reims proposait un Chardonnay 2016 d'une belle minéralité  vendu seulement 10 €, une affaire. Koonuga hill 76 assemblage de Syrah et Cabernet Sauvignon est d'une belle intensité et d'une jolie complexité. à 15 € à ne pas rater. Par contre la Syrah à 65 € ...

- Italie : comme toujours une jolie brochette de près d'une trentaine de vignerons. Des 5 producteurs de Barolo présents, en l'absence de Roberto Voerzio, 2 dominent le sujet :  Cavalotto à 12060-Castiglione Faletto. Les vins sont importés par Alain Graillot à Crozes. Tout est splendide mais 2 cuvées dominent le sujet : DOCG Barolo Brico Boschis 2013, très boisé  mais de très longue garde. Atendre entre 10 & 15 ans. DOCG Barolo Brico Boschis 2011, passé 24 mois sous bois neuf de Tronçais. Grandissime mais il faudra patienter au moins 15 ans avant qu'il ne s'assagisse. Equivalent à un premier cru classé de Bordeaux,  mais pas au même prix. "bis repetitat placent" Casale del Giglio à 04100-Le Ferriere : Toujours de jolies choses et en particulier son Lazio Petit Verdot 2015 très sombre aux épaules larges  et d'un goût complexe indescriptible. A ne pas manquer , distribué par Vinosfera 11 rue François Miron, épicerie et vins italiens, seulement 15€ le col.

 

 

barolo

carte de la région de  Barolo

 

Toujours en Barolo, Vietti également  à  12060-Castiglione Faletto distribué par Planète vins, 2 cuvées grandioses comme le précédent  DOCG Barolo Castiglione 2013 et surtout DOCG Barolo Ravera 2013 grandissime et également de très longue garde ou à carafer dès le matin pour le soir.

 

- Saveurs des plaisirs gourmands : manifestation très mal gérée qui annonce sur les invitations une fermeture à 20h mais met tout le monde dehors à 19 h. La plupart de  ce qui est alimentaire est à des prix injustifiés mais cela s'explique parce que ce sont souvent des revendeurs en particulier dans les fromages. Du Comté de 18 mois à 37 € le kilo, c'est le double de ce que cela vaut habituellement entre autre. Dans le vin comme bien souvent dans ce genre de manifestation, les bourguignons sont négociants à Nuits Saint Georges avec toutes les réserves que cela implique. Dans ce fatras j'ai tout de même trouvé 2 sujets d'intêret : 

 - champagne Sourdet - Diot à 02330 - La Chapelle Monthodon. Pas loin de Chateau-Thierry, c'est le domaine du Pineau meunier qui avec sa belle acidité permet des dosages dans les 8 gr. Le Brut tradition a un bel équilibre pour un prix raisonnable de 15,50 € le col. Quand à la cuvée réserve brut avec une très grande acidité, c'est une merveille d'équilibre. Précipitez vous sur cette cuvée gastronomique parfaite pour accompagner tout un repas à prix doux, 16,70€ le col. Vous trouverez également dans la gamme un millésimé 2012 à 20,10  et une cuvée de prestige, l'Atypique 2008 à 27,20 €.

- Armagnac de Montal à 32110-Nogaro : ce producteur de Bas Armagnac  est un gros exportateur vers l'amérique du nord et il cherche manifestement maintenant à se développer en France au cas où. Il présente une gamme complète de VSOP (3 ans), Napoléon (5 ans) XO (10 ans à partir de janvier 2018) et des millésimés remontant jusqu'à 1893. cet âge indique celui de l'eau de vie la plus jeune entrant dans la composition du produit. On trouve aussi au catalogue  une Blanche d'Armagnac bien fruitée qui n'adonc pas connu le bois. J'ai particulièrement apprécié le 1987 d'une belle couleur foncée dans sa bouteille totalement transparente et ample en bouche. Les prix varient de 84 € pour ce dernier jusqu'à 5.200 € pour les plus vieux

Contactez l'auteur

reproduction interdite © stackanovins 2017

 

 

Posté par stackanovins à 18:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

le salon d'automne des vignerons indépendants

 Ils étaient plus de  1.300 à avoir réintégré le hall 7.3 porte de Versailles. De très vastes allées permettaient un accès presque raisonnable. De nombreuses connaissances champenoises étaient absentes car les vignerons de cette région entre autre doivent choisir entre décembre ici et mars à Champerret :

Coteaux de l'Aubance, Layon : Bois Brinçon 

Chaume 1er cru, Quart de Chaume : Cady  & Laroche Moreau 

Alsace grand cru : Albert Mann

Alsace Klevner de Heligenstein : Seilly  & Ruff 

V.D.N de Rivesaltes : Rancy  un eceptionnel 1952 & un 1948 qui fait référence

Bordeaux : chateau Pontoise Cabarrus haut médoc, chateau de France pessac léognan , chateau La tour blanche 1er cru classé de Sauternes

Bourgogne ; domaine Tortechot Chambertin, domaine Nudant  à ladoix  : corton etc 

Chablis et alentours : Goisot, Emmanuel Dampt 

Beaujolais : domaine de la Ronze

Champagne : Waris Larmandier, Moncuit 

Savoie Jura : Lingot martin pour ses bulles rosées en Cerdon, Martin faudot pour son Melon à queue rouge (variété de Chardonnay)

Chateauneuf du pape : Maucoil  pour sa cuvée complenée avec les 13 cépages en foule, blancs & rouge.

 

Contactez l'auteur

reproduction interdite © stackanovins 2017

 

Posté par stackanovins à 16:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 novembre 2017

Mes préconisations pour le salon des Vignerons Indépendantq de jeudi à dimanche prochain

Armagnac : Ténareze de Ladeveze D 9

Coteaux de l'Aubance, Layon : Bois Brinçon K 18

Chaume 1er cru, Quart de Chaume : Cady H 22 & Laroche Moreau G 20

Alsace grand cru : Albert Mann C 7

Alsace Klevner de Heligenstein : Seilly C 16 & Ruff D 7

V.D.N de Rivesaltes : Rancy  D9 demander s'il y a du 1952

Bordeaux : chateau Pontoise Cabarrus haut médoc K 50, chateau de France pessac léognan E 39, chateau La tour blanche K 6 sauternes

Bourgogne ; domaine Tortechot Chambertin C 79, domaine Nudant ladoix, corton etc H 65,

Chablis et alentours : Goisot K 108, Emmanuel Dampt H2

Beaujolais : domaine de la Ronze G 4

Champagne : Waris Larmandier F 22, Moncuit F 55

Savoie Jura : Lingot martin pour ses bulles rosées en Cerdon C 70, Martin faudot pour son Melon à queue rouge K 33

Chateauneuf du pape : Maucoil  pour sa cuvée en complentation G 48

Pour d'autres appellations, n'hésitez pas à  Contactez l'auteur

Posté par stackanovins à 17:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 novembre 2017

Pour la quatrième fois en près de 900 ans Clos de Tart change de mains

La rumeur l’envoyait dans les bras de Roederer, c’est finalement François Pinault qui l’emporte. On peut quoiqu’il en soit parler d’une transaction historique et ce, à plus d’un titre. C’est seulement la quatrième fois depuis 1141que le Clos de Tart change de main. Et inévitablement le montant de la transaction est tout aussi « historique ». Il pourrait être de l’ordre de 250 millions d’euros. Un nouveau record. Une histoire qui ne manquera pas de faire grincer bien des dents localement. Chaque inflation du coût des vignes rend en effet les transmissions familiales de plus en plus complexes.
Le Clos de Tart à Morey-Saint-Denis est considéré parmi les tous meilleurs terroirs en Bourgogne depuis des siècles. Il appartenait à la famille Mommessin depuis 1932 (suite à un achat aux enchères). Seulement trois lignées de propriétaires se sont succédé en neuf siècles.
En 1141, l’abbaye cistercienne Notre-Dame de Tart (près de Dijon) en prenait possession en lui donnant son nom au passage. À la Révolution, le clos était acheté par Claude-Nicolas Marey appartenant alors à la fameuse dynastie Marey-Monge, à la tête de superbes terroirs en Côte de Nuits et Côte de Beaune.
A partir de 1996, sous l’impulsion de Sylvain Pitiot, régisseur mandaté par la famille Mommessin, le Clos de Tart a connu un spectaculaire retour parmi les grands crus les plus prisés de Bourgogne. Observateurs et critiques ont salués ce retour en pleine lumière. Les prix ont suivi cette ascension (420 euros, prix TTC particulier). Jacques Devauges a succédé à Sylvain Pitiot en 2015 avec un passage en biodynamie en cours. La production est d’environ 25 000 bouteilles (une partie de la récolte est parfois repliée en premier cru, La Forge de Tart).
La passation aura lieu début 2018. François Pinault sera séparé d’un muret de son rival de toujours, Bernard Arnault, patron de LVMH, qui a repris le Clos des Lambrays voisin en 2014. Ironie de l’histoire, bien sûr.
Le Clos de Tart rejoint la déjà grande famille des propriétés d’Artémis, la société d’investissement de la famille Pinault qui compte notamment : Château Latour, premier grand cru classé de Pauillac, le Domaine d’Eugénie en Bourgogne également (Vosne-Romanée), le domaine Eisele Vineyard, situé dans la Napa Valley et Château Grillet dans la vallée du Rhône.
d'après Laurent Gotti

Posté par stackanovins à 19:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Comexposium recompose l’univers des salons professionnels du vin en France.

 Les choses ne traînent pas chez Comexposium. A peine l’organisateur de salon a-t-il racheté Vinisud, le 30 octobre dernier, qu’il donne une toute nouvelle tournure aux salons professionnels du vin en France.

"Un moment historique"

« On vit un moment historique avec la création de grands évènements centralisés en France autour du vin », savoure Valérie Lobry, directrice des salons alimentaires de Comexposium, au cours d’une conférence de presse de présentation de Vinisud dans un éco-bar parisien, le 24 novembre.

Avant de lancer : « En 2019, du 10 au 12 février il y aura un évènement unique à Paris : Vinisud et Vinovision auront lieu ensemble, au même moment, dans un même lieu : le parc des exposition de la porte de Versailles. »

Ce qui était annoncé début novembre est donc décidé. « Cette semaine, le conseil d’administration de Vinisud a voté à l’unanimité la délocalisation à Paris les années impaires, annonce Fabrice Rieu, le président de Vinisud. C’est une nouvelle aventure qui va permettre à la France de retrouver la place qu’elle mérite dans la filière vin. » A l’avenir, cet évènement commun se tiendra les années impaires, en alternance avec deux salons séparés les années paires : Vinovision à Paris et Vinisud à Montpellier.

Pour autant il n’est pas question de fusionner les deux évènements. « Les visiteurs découvriront deux univers différents dans deux halls différents, poursuit Valérie Lobry. Mais nous ferons évidemment une promotion commune auprès des visiteurs, particulièrement à l’étranger. Et côté commercialisation des stands, les tarifs des deux salons seront très proches. »

Et Bordeaux dans cette affaire ?

La région est très peu représentée à Vinisud. Comexposium peut-il avoir l’ambition de créer un événement mondial du vin sans que Bordeaux y prenne toute sa place ? « Notre main est plus que tendue aux professionnels de la région », répond Fabrice Rieu.

d'après Vitisphère

De son côté la chambre de commerce de Bordeaux, organisatrice du bisannuel  Vinexpo à Bordeaux envisage de le rendre annuel en alternance avec Paris. Les vignerons seront-ils prêt à suivre cette inflation parisienne that is the question.


Contactez l'auteur

Posté par stackanovins à 09:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]