mes plus belles dégustations oenologiques... ou les pire

29 septembre 2022

Les dates des foires aux vins d'automne

 


Lavinia : du 5 septembre au 3 octobre

Aldi : à partir du 6 septembre 2022 et jusqu’à épuisement des stocks



La Grande Épicerie de Paris : du 7 septembre au 5 octobre


Lidl : du 7 septembre  et jusqu’à écoulement des stocks


Nicolas : du 7 septembre au 4 octobre


Cora : du 13 septembre au 1er octobre

Eataly Paris Marais : du 14 septembre au 16 octobre


Monoprix : du 16 septembre au 2 octobre


Biocoop : du 19 septembre au 3 octobre


Franprix : du 19 septembre au 9 octobre


La Cave du Château : du 20 septembre au 8 octobre


Auchan Hypermarchés : du 27 septembre au 11 octobre


Carrefour proxi (Contact, City, Express) : du 27 septembre au 9 octobre


Magasins U : du 27 septembre au 8 octobre


Carrefour hypermarché : du 27 septembre au 10 octobre


Naturalia : du 1er au 21 octobre


E.Leclerc : du 4 au 15 octobre


Carrefour Market : du 6 au 23 octobre

 sur internet
Wineandco : du 30 août au 4 octobre


Comptoir des Millésimes : du 30 août au 6 octobre


Le Petit Ballon : du 2 septembre au 2 octobre


Vin Malin : du 1 septembre au 30 septembre


Vinatis : du 2 septembre au 9 octobre


Ma Cave Leclerc : à partir du 5 septembre 2022 (offre exclusive) puis du 20 septembre (pré-réservation)


TWIL : du 10 septembre au 22 octobre

Millésimes : du 14 septembre au 5 octobre

Les Grappes : du 15 septembre au 17 octobre

Ma Cave Carrefour : du 15 septembre au 30 octobre 2022


Posté par stackanovins à 10:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]


28 septembre 2022

calendrier des dégustations

                                                                                                                                                                                                Il n'y a pas qu'en Normandie ou dans le pays d'Othe que l'on réalise de bons cidres. Je viens de découvrir  par exemple les cidres du Maine maintenant en AOP :  la ferme du pressoir à 53400-Craon réalise également un pommeau du Maine, une fine  de Poire Williams qui titre donc 40° et qui arrive dans mon trio de tête des poires françaises et un remarquable cidre de glace.

Je prends dès maintenant comme l'an dernier les commandes. Le prix est exceptionnel pour la qualité : eau de vie de poire Williams : 35€ et cidre de glace 25€ (50cl). Pour toute information ou commande : Contactez l'auteur                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      

              septembre

29 rhum barbancourt chez christian de montaguere à partir de 18h30

           octobre 

1 & 2 fourme de Montbrison et vins des cotes du Forez

3 Vignobles & signature péniche Rosa Bonheur pont Alexandre III à partir de 11 h

4 Rhum Sensation Dégustation de 6 Rhums (3 Blancs et 3 Vieux), ainsi qu'un Ti Punch  chez christian de montaguerre 47,00 € TTC à partir de 19h 30

5 au 9 FÊTE DES VENDANGES DE MONTMARTRE

7 vente du centenaire cave de l'Etoile à Banyuls. des merveilles depuis 1945

10 Pardela hotel Molitor 13 rue  Nunguesser & Coli  pour s'inscrire : chd@pardelawines.com                 10 Force 4 au  Georges V à partir de13h                                                                                                       15 Ivresse entre enfer & paradis 5 conférences      Kedye 40 av Terroirs de France                                17 champagne par RVF  au 8 Valois                                                                                                          21 au 23 Le GIn au parc floral pour s'insrire : https://theginaddict.com/pro/

30  Fête de la Pomme, du Cidre et du Fromage à Conches-en-Ouche

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                            

             novembre 

6 au 10 equiphotel porte de Versailles

11 au 13 Pari fermier bergerie de Rambouillet
                                                                                                                                                                                                                                                                                               18 & 19 Quarin chez Ledoyen

21 Buvons terroirs palais de la femme 94 rue de charonne

27 vins bio par la RVF

26 & 27 marché saint charles

26 & 27 Goulayance 8 rue de Charolais 12 h

28 Loire volcanique maison des métalos 94 rue j.p.timbaud

28 15 crus des Cotes du Rhone au théatre Mogador à partr de 13h pour s'nscrire Contactez l'auteur

               décembre

9 au 11 Pari fermier Vanves

11 & 12 Vini di vignaoli palais femme 94 charonne 15 E

             janvier 2023

14 Vinapogée inscription à partir de novembre

30 & 1er février millésime bio Monttpellier

Contactez l'auteur

Posté par stackanovins à 12:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 septembre 2022

Gigondas va s'ouvrir au blanc

Alors qu’elle a célébré le cinquantenaire de son accession en Cru en 2021, la fête se poursuit pour l’appellation Gigondas avec l’aboutissement de sa demande d’extension de l’AOC aux vins blancs.

Le comité national de l’Inao tenu le 8 septembre a en effet  émis un vote favorable à l'unanimité à la demande d'extension de l'AOC Gigondas aux vins blancs proclame un communiqué. Ce projet, engagé en 2011 par une réflexion et un groupe de travail dédié au sein de l’ODG (organisme de défense et de gestion) de l’AOC Gigondas, a pris forme en 2018 avec la validation du projet de modification du cahier des charges par le conseil d’administration de l’ODG.

Clairette blanche

La clairette blanche est proposée en cépage principal (70 % minimum), pouvant être aux  variétés traditionnelles de la vallée du Rhône présentes à Gigondas : Bourboulenc blanc, Clairette rose, grenache blanc et gris, Marsanne blanche, Piquepoul blanc, Roussanne. Viognier et Ugni blanc sont définis en cépages accessoires ne pouvant dépasser 5% de l'encépagement.

Seuls 16 ha sont aujourd’hui plantés en blanc par une trentaine d’opérateurs au sein de la zone d’appellation, pour une production en côtes du Rhône blanc qui reste néanmoins  supérieure au volume de Gigondas rosé , indique l’ODG Gigondas par communiqué. Les producteurs de l’appellation revendiquent néanmoins une volonté appuyée d’augmenter cette production, afin que 15% des opérateurs vinifieront des Gigondas blancs dans moins de cinq ans .                                                                                                                                                                                                                                                                          d'après Vitisphère

Posté par stackanovins à 09:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 septembre 2022

Grands crus de Saint-Emilion : un classement 2022 consensuel et politique

Le classement des grands crus de Saint-Émilion sera-t-il celui de la réconciliation ? Il semble en tout cas qu’à la publication des résultats tout a été fait pour évider les luttes de classe entre promus et déclassés, et réactiver les querelles intestines qui animent le village depuis trois éditions déjà (2006, 2012 et 2022).

Château Figeac et château Pavie au sommet

Enfin, le Château Figeac intègre le sommet de la hiérarchie au rang de 1er cru classé A, avec le château Pavie. Une promotion bienvenue et largement méritée pour ce cru emblématique qui aurait dû intégrer le sommet de la hiérarchie il y a plusieurs décennies déjà. Ironie de l’histoire, les châteaux Ausone et Cheval Blanc avaient décidé de quitter le classement 2022, reprochant à celui-ci d’avoir 4 premiers A au lieu de deux, comme c’était le cas avant celui de 2012. Visiblement, l’édition 2022 les a entendus en ne promouvant que 2 premiers A. Angélus ayant lui aussi décidé de quitter le classement, il disparaît lui aussi de l’édition 2022.

En ce moment : Juste en dessous, avec le retrait du château La Gaffelière (voir notre article du 2 juin)de ce classement, en juin dernier, et la promotion de Figeac au rang de premier A, les premiers crus classés B ne sont plus que 12. Les mêmes qu’en 2012. À l’exception de ces deux mouvements, ce niveau de hiérarchie ne voit donc aucune promotion de cru classé cette année.

Certains y verront une sage décision… ou une manière politique, dans le sens de la chose publique, et peut-être salutaire, pour l’image de Saint-Émilion d’éviter à nouveau les divisions et les querelles intestines qui ont émaillé l’histoire des classements depuis 1996 .

Premiers grands crus classés "A"

Premiers grands crus classés "B"

Grands crus classés

  • Château BADETTE
  • Château BALESTARD LA TONNELLE
  • Château BARDE-HAUT
  • Château BELLEFONT-BELCIER
  • Château BELLEVUE
  • Château BERLIQUET
  • Château BOUTISSE
  • Château CADET-BON
  • Château CAP DE MOURLIN
  • Château CHAUVIN
  • Château CLOS DE SARPE
  • Château CORBIN
  • Château CORBIN MICHOTTE
  • Château COTE DE BALEAU
  • Château CROIX DE LABRIE
  • Château DASSAULT
  • Château DE FERRAND
  • Château DE PRESSAC
  • Château DESTIEUX
  • Château FAUGERES
  • Château FLEUR CARDINALE
  • Château FOMBRAUGE
  • Château FONPLEGADE
  • Château FONROQUE
  • Château FRANC MAYNE
  • Château GRAND CORBIN
  • Château GRAND CORBIN-DESPAGNE
  • Château GRAND MAYNE
  • Château GUADET
  • Château HAUT-SARPE
  • Château JEAN FAURE
  • Château LA COMMANDERIE
  • Château LA CONFESSION
  • Château LA COUSPAUDE
  • Château LA CROIZILLE
  • Château LA DOMINIQUE
  • Château LA FLEUR MORANGE
  • Château LA MARZELLE
  • Château LA SERRE
  • Château LA TOUR FIGEAC
  • Château LANIOTE
  • Château LARMANDE
  • Château LAROQUE
  • Château LAROZE
  • Château LE CHATELET
  • Château LE PRIEURE
  • Château MANGOT
  • Château MONBOUSQUET
  • Château MONTLABERT
  • Château MONTLISSE
  • Château MOULIN DU CADET
  • Château PEBY FAUGERES
  • Château PETIT FAURIE DE SOUTARD
  • Château RIPEAU
  • Château ROCHEBELLE
  • Château ROL VALENTIN
  • Château SAINT-GEORGES (COTE PAVIE)
  • Château SANSONNET
  • Château SOUTARD
  • Château TOUR BALADOZ
  • Château TOUR SAINT CHRISTOPHE
  • Château VILLEMAURINE
  • Château YON-FIGEAC
  • clos  BADON THUNEVIN
  • clos DE L’ORATOIRE
  • clos  DES JACOBINS
  • clos clos  DUBREUIL
  • clos  SAINT-JULIEN
  • clos  SAINT-MARTIN
  • COUVENT DES JACOBINS
  • LASSEGUE

d'après Jérome Baudoin de la RVF

Posté par stackanovins à 16:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 septembre 2022

Montlouis on the rock

Cette prestaion à eu lieu au chateau de la Bourdaisière propriété du duc de Broglie.

AOC depuis 1938 sur une surface de 420 ha avec seulement 50 vignerons et coopérateurs. 48% en bio et 40% en TerraVitis. Production de 9.375 ha. 60% de vins effervescent à 65 hl/ha avec 18 à 35 gr de sucre résiduel, 30% de secs à 5 gr de sucre résiduel,10% de moelleux quasi exclusivement en Chenin à 52 hl/ha au dela de 35 gr de résiduel. une vingtaine de vignerons ont présenté leur production. L'appellation s'étend sur les communes de Montlouis, Saint Martin le Beau et Lussault entre Loire et Cher.

L'animation a été effectué par Pascaline Lepeltier notre candidate aux prochains championnats du monde de sommelerie en 2023, la canadienne Véronique Rivest et le local Patrck Rigours.

les thèmes abordé ont été :

- Versatilité du Chenin,  en opposition :

* domaine de  la Grange Tiphaine de Coralie et Damien Delecheneau à 37400-Amboise : Les Epinay 2017 vin de bulles avec une taille courte en gobelet

* Domaine de Muradella en galice de José Luis Matéo. Domaine de 24 ha sur granit et ardoise, ici pas de Chenin mais 16 cépages locaux rouges sans bulles. Quinta de Muradella 2018

Fermentation malolactique ou non

Coment vinifier le Chenin en fonction des sols

-  Quelle sont les conditions permettant des vins de garde ?

- Millésime parfait quels sont les choix possibles ?

- Millésime solaire, une exception à Montlouis, un challenge en Afrique du sud

- Les extrèmes climatiques

- Un grand terroir; est ce un terroir qui saura lisser les aléas climatiques ?

reproduction interdite © stackanovins 2022

 Pour plus de détails Contactez l'auteur




Posté par stackanovins à 18:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]


06 juillet 2022

"Tout commence à la vigne"

Anne-Marie Chabbert de l'agence Feel est venu nous présenter quelques  vignerons champennois après une précédente prestation moins intéressante dont je ne vous avais donc pas parler chez Prunier, au Bistrot du Sommelier de Philippe Faure- Brac

- Alexis Leconte à 51300-Troissy  producteur bio:

. La Terre Mère 100% Meunier sur base 2019 bien équilibré mais trop cher. à 34 €..

. Ageius 2016  100% Pinot noir Bien fait mais hors  de prix à 80 €.

- Augustin  à 51160 Avenay Val Dor :

. BB cuvée 116 2014 bien fait

- Crété Chamberlin à 51530-Moussy

. 1683 70% Meunier 30% Chardonnay dosé à 5,5 gr, RAS à 30 €.

. CDB grand cru 2017 Chardonnay dosé à 2 gr à 39 €.

Les Mazaux 2014 Chardonnay dosé à 4,5 gr trop cher à 42 €.

- Lafalise Froissart à 51360-Verzenay

. cuvée 045 Extra brut Les Rochelles Pinot noir & Chardonnay bien équilibré

. cuvée 276 brut parcelle Les Longues raies non dosé Pinot noir & Chardonnay uniquement sur allocation à 57 €.

- Loriot Pagel à 51700-Festigny

. carte d'or sur base 2016 80% Meunier 10% Pinot noir 10% Chardonnay à 22 € c'est pour moi la plus belle proposition de cette manifestation.

. brut nature  sur base 2015 95% Meunier 3% Pinot noir 2% Chardonnay, une barique perpétuelle depuis 1990 à 28 , une perfection à 28 .

. Spécial Club 2015 un 100% Meunier exceptionnel à 47 .

- Pic Saint Loup 34270-Saint Mathieu de Trèviers :chateau Fontanès :

. En foule blanc assemblage de Vermentino & Clairette 2021 bien fait à 17

. En foule rouge assemblage de 5 cépages intense en bouche à 19

reproduction interdite © stackanovins 2022

 Pour plus de détails Contactez l'auteur



   

Posté par stackanovins à 18:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 juillet 2022

concours MOF sommellerie 2022

Sur 39 candidats au départ, voici la liste des 8 candidats pour la prochaine finale des 17 & 18octobre  au Touquet :


    •    Gaëtan Bouvier, Institut Paul-Bocuse à Écully (69)
    •    Emmanuel Cadieu, Hôtel Cheval Blanc à Paris (75)
    •    Bastien Debono, La Table de Yoann Conte à Veyrier-du-Lac (74)
    •    Antoine Lehebel, Le Wine (Belgique)
    •    Florent Martin, Hôtel The Peninsula à Paris (75)
    •    Julia Scavo, Julia Scavo Formation
    •    Xavier Thuizat, Hôtel de Crillon à Paris (75)
    •    Pierre Vila Palleja, Le Petit Sommelier à Paris (75)

Posté par stackanovins à 12:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 juin 2022

Les tribunaux bordelais se fachent

200 000 € d'amende pour un vin de Bordeaux qui "a délibérément trompé les consommateurs"
Avec ces lourdes peines, le tribunal judiciaire plante un nouveau clou dans le cercueil des marques domaniales ne correspondant pas à sa vision de la protection des consommateurs.
La quatrième chambre correctionnelle du tribunal judiciaire de Bordeaux poursuit son entreprise de dissuasion de l’usage des marques domaniales jugées déceptives.

By débouté et débité. Dans la longue liste des condamnations de marques de négoce utilisant un nom traditionnellement rattaché à un château, c’est un verdict sévère que prononce la quatrième chambre correctionnelle du tribunal judiciaire de Bordeaux ce 2 juin. Coupable de « pratique commercialise trompeuse », la commercialisation de 509 223 cols de la marque "Bordeaux de By" de l’été 2017 à l’été 2018, la juridiction condamne à 100 000 euros d’amende les domaines médocains SAS La Haute Couture du Vin, propriétaires de la licence inspirée du château Rollan de By (pour une redevance représentant 110 000 € HT sur la période) et présidés par Jean Guyon (qui écope de 5 000 € d’amende), ainsi qu’à 100 000 € d’amende le négociant la SAS Les Chais d’Haussmann, qui a exploité la marque (pour un chiffre d’affaires de 1,42 million € HT) et présidé par Pierre-Jean Larraqué (condamné à 5 000 €).

Dans son jugement, le tribunal caractérise la tromperie des consommateurs dans les mentions de l’étiquetage (reprise de la graphie "By", mentions "mis en bouteille à la propriété" et "récoltant" pour un vin de négoce, texte sur la contre-étiquette « Jean Guyon est le propriétaire des Domaines Rollan de By. Ce savoir-faire, mis au service du terroir exceptionnel que nous offre le vignoble bordelais nous permet aujourd'hui de réaliser le Bordeaux de By, un vin de caractère élaboré dans la plus pure tradition des vins de Bordeaux ») et une publicité du distributeur Metro, client exclusif de la marque, ayant distingué le vin en 2017 (« chaque année, les experts en œnologie de Metro élisent soigneusement l'un des meilleurs vignobles au monde afin de sélectionner son Vin de l'Année. Pour cette année 2017 ont été retenus les domaines Rollan de By, vignobles bordelais maintes fois récompensés et reconnus pour leur classicisme, leur grande qualité et leurs pratiques innovantes. »).

Si le tribunal traite sur un pied d'égalité le négociant et le vigneron, ce dernier, Jean Guyon, a plaidé durant la procédure pour que sa moindre implication soit reconnue. Ainsi que son souhait de mettre un terme au partenariat dès les premiers soucis administratifs. Sa société ayant porté la résiliation du contrat de licence devant le tribunal de commerce de Bordeaux (avec un jugement le 4 mai 2021), pour que cesse toute exploitation de la marque (qui n’est plus commercialisée depuis août 2018). Dans son jugement, le tribunal choisit sciemment de coupler les peines du titulaire de la marque et de son usage. « Jean Guyon ne peut invoquer utilement son ignorance des modalités de commercialisation des vins sous la marque "le Bordeaux de By" alors même […] qu'il a manifestement été associé a minima à l'élaboration de ces vins » indique le délibéré. Jean Guyon étudie la possibilité de faire appel de ces condamnations.

Avec cette décision, la quatrième chambre correctionnelle continue de condamner lourdement les marques domaniales jugées déceptives. Pour les rendre dissuasives, la jurisprudence de première instance est déjà étoffée, avec la condamnation à 100 000 € chacun des domaines Henri Martin (englobant le château Gloria, en appellation Saint-Julien) et le négoce Sovex Grands Châteaux (premier acheteur des domaines Henri Martin) pour la commercialisation des 230 000 cols du vin de négoce "le Bordeaux de Gloria" (représentant un chiffre d’affaires de 892 000 € pour le négoce, avec une redevance de 177 000 € pour la propriété). Les années précédentes, la juridiction avait égrené des condamnations de 200 000 € pour "le Bordeaux de Maucaillou", de 60 et 80 000 € pour le château et le négoce à l’origine du "Bordeaux de Citran" et de 30 000 € pour les opérateurs du "Bordeaux de Larrivet Haut-Brion"

d'après  Alexandre Abellan de Vitisphère

Posté par stackanovins à 19:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 juin 2022

Le château la Gaffeliere préfère sortir du classement que d'être déclassé

De la déception à la défection, le premier grand cru classé B indique ne pas reconnaître les qualités de ses vins dans les notes de dégustation de la commission de classement.
La propriété « ne reconnait plus ses valeurs dans les critères d’évaluation des grands terroirs et des grands vins de Saint- Émilion établis par la commission du classement ».

Nouvel échappé du peloton. Après trois premiers grands crus classés A (Angélus, Ausonne et Cheval blanc), un premier grand cru classé B indique sortir de la révision 2022 du classement de Saint-Émilion : le château La Gaffelière. Mais contrairement aux trois grands crus l’ayant précédé, préférant se détacher d’une procédure sans fin devant les juridictions administratives, la propriété de la famille Malet de Roquefort indique se retirer à la réception des notes de dégustation. Les modalités de ces dernières ayant changé depuis 2012 pour les premiers grands crus classés : la note de dégustation à l’aveugle de 15 millésimes ne représentant plus le tiers de la note totale, mais la moitié.

Un premier rapport remet en question le niveau qualitatif d’un terroir plébiscité et distingué par les instances viticoles de l’AOC depuis plus de 65 ans  peste un communiqué de la propriété, qui juge que le système de notation mis en place pour la dégustation vient contredire toutes les notes obtenues par le château La Gaffelière depuis plusieurs années par les plus grands professionnels du vin. Se drapant dans sa dignité bafouée, la propriété annonce quitter le classement sans solliciter un nouvel examen du dossier et sans demander à être entendu par la commission.

Se disant surpris par ce départ émanant de l’une des familles les plus illustres et anciennes du territoire, Jean-François Galhaud, le président du Conseil des Vins de Saint-Émilion. Je peux comprendre leur déception si les notes ne permettent pas de maintenir le grade de premier grand cru classé [mais] les anciens n’ont pas choisi la voie de la facilité avec une révision décennale du classement. On voit l’émulation sur le territoire. À Saint-Émilion, rien n’est acquis. Tout est permis à ceux qui recherchent  l’excellence à la vigne et au chai  souligne le vigneron, qui n’est pas candidat et rappelle ne pas avoir connaissance des dossiers, et même des noms, des impétrants, qui sont gérés par l’Institut National de l’Origine et de la Qualité (INAO).

Énième rebondissement pour le classement à venir, ce départ soudain apporte au moins l’assurance à la procédure qu’il n’y aura pas de recours de la part de cette propriété . Le nouveau classement doit être divulgué à l’automne.

d'après Alexandre Abellan de Vitisphère

Posté par stackanovins à 11:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 mai 2022

Le concours AMPHORE des vins bio

Pierre Guigui après 25 ans de dévouement à la cause des vins bio a passé la main à   monsieur Victor. Nous avons eu le droit à une dégustation variée, à savoir igp Provence 2021, Vallée du Rhône sud et nord, Portugal demi-sec et Italie demi -sec. Ces dex dernières appelations nous ont surpris par leur intêret.

Le gagnant à notre table fût le Chateau La Canourgue classé en appellation Luberon et en IGP Méditerrannée. Ce vin blanc de Viognier à la robe jaune pâle est brillante. Au nez, il dévoile des notes d’abricots, de fruits secs et de fruits confits.En rouge, vous trouverez du Carignan , Grenache noir , Syrah , Cabernet sauvignon , Merlot , Bourboulenc , Clairette , Marsanne , Roussanne , Grenache gris


Dès la fin de la dégustation, nous avons pû enlever les cachotiers et les quelques 600 bouteilles testèes ont été mises à notre disposition. J'ai ainsi pû récupérer  quelques vins dont je vais vous parler.

- Espagne : Domaine Castero de pobledas 2013, vin rouge du Priorat titrant 15°, à oublier.

- Autriche : le  domaine Hirschmugl à 8430-Leibnitz am Plockelberg aus ud est du pays avait présenté 3 vins de cépages méconnus en France.

* Cabernet blanc 2018 au nez puissant titrant 12,5° et au goût surprenant pa rapport à ce que nous connaissons.

* Suvignon blanc 2019 à l'oeil particulièrement clair, au nez de fleurs blanches intense et en bouche d'une rare puissance par rapport à ce que nous  rencontrons  habituellement.

* Muscaris 2021, cépage inconnu chez nous et typique de l'Autriche et de l'Allemagne au nez de roses anciennes  et aussi surprenant en bouche que le précédent.

Si vous avez l'occasion de croiser ces vin sur votre route, surtout n'hésitez pas.

Pour terminer nous avons rencontré notre producteur de Sauternes préféré que nous estimons supérieur à Yquem aujourd'hui. Il s'agiit du domaine Rousset-Peyraguey à 33210-PREIGNAC un petit domaine  de 10 ha 30 cultivé en biodynamie depuis toujours dont 6ha 30 en 33 parcelles  enclavées entre les grands du Sauternais (Château Yquem, Suduiraut, Rieussec, Lafaurie-Peyraguey). 2 ha sur la commune de Barsac et 2 ha sur la commune de Fargues de Langon.

Un ami nous a fait goûté Sélection 2017, assez clair et d'une belle intensité, mais rien à voir avec ce qui va suivre.

Nous avons donc terminer en apothéose avec sa cuvée Asthèsis 2004  au nez intense de coing confiit à la robe acajou et au goût grandiose qui vous emporte par sa puissance. Une exception grandissime  dans cette appelation.

reproduction interdite © stackanovins 2022

 Pour plus de détails Contactez l'auteur



Posté par stackanovins à 14:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 mai 2022

après 28 ans Sandrine Garbay quitte Yquem pour Guiraud

 L'oenologue prend la direction générale des propriétés de Matthieu Gufflet.
Un communiqué officialise ce 19 mai 2022 le transfert de Sandrine Garbay du château d'Yquem au château Guiraud.
C’était l’un des potins de la semaine des primeurs, épinglé par Jacques Dupont du Poin: l’œnologue Sandrine Garbay, maître de chai du château d’Yquem depuis 1994, rejoint un autre grand cru classé en 1855 de Sauternes, le château Guiraud (107 hectares de vigne en bio). À la suite du départ de Xavier Planty (ancien président du syndicat viticole de l’AOC Sauternes), le château Guiraud a récemment changé de propriétaire, avec la prise de participations majoritaires de Matthieu Gufflet, fondateur du groupe d’achats indirects EPSA et investisseur dans l’hôtellerie. Sandrine Garbay s’occupera de son autre propriété viticole, le château de Callac (40 ha en AOC Graves).

Cette arrivée s’accompagne d’un départ, celui de Luc Planty, qui quitte la direction du château Guiraud après 9 ans au sein du premier grand cru classé. Dans un communiqué, Luc Planty indique qu’« il est temps pour moi de passer la main » et d’ajouter que « château Guiraud a toujours évolué pour exprimer son terroir avec sincérité ».

Rejoignant un cru classé en bio, Sandrine Garbay ne suivra pas le premier millésime certifié bio du château d’Yquem que sera 2022. Présidée par Pierre Lurton et dirigée par Lorenzo Pasquini, la propriété du groupe LVMH salue le travail effectué pendant 28 par Sandrine Garbay et se réjouit qu’elle continue à travailler au sein de l’appellation Sauternes.

 

D'après Alexandre Abellan de Vitisphère

Posté par stackanovins à 21:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

De nouveaux cépages vont être introduits en France

Après Coliris, Lilaro et Sirano en rouge, et Selenor en blanc en décembre dernier, c’est au tour de la variété Opalor, également blanche, d’être inscrite au catalogue et de pouvoir être multipliée et plantée en France. 

Comme les précédentes, Opalor est issue du programme Resdur 2 de l’Inrae de Colmar. « Comme les Resdur 1, ces cinq obtentions sont toutes dotées de deux gènes de résistance contre le mildiou et de deux contre l’oïdium. C’est notre stratégie pour éviter le contournement de résistance », précisait récemment à notre consoeur Michèle Trévoux,Christophe Schneider, en charge du programme.

Mais elles sont plus résistantes au mildiou que les Resdur 1 parce qu’elles possèdent le gène Rpv10, à la place du Rpv1, légué par le Bronner, un de leurs ascendants. Outre le Bronner, ces cépages comptent une variété Bouquet parmi leurs ascendants qui leur apporte, comme aux Resdur 1, le gène Run 1 de résistance totale à l’oïdium.

Pour le Black Rot, Christophe Schneider parle de tolérance et non de résistance. « En cas de fortes attaques comme en 2021, il faut réaliser un ou deux traitements ». Opalor a en plus, comme Coliris, une bonne résistance à la pourriture grise.

Cette variété murit en même temps que le Merlot. Elle donne des vins relativement neutres, qui selon Christophe Schneider, pourraient se rapprocher du Sylvaner en Alsace ou du Sémillon à Bordeaux, et sont dotés d’une belle acidité, de quoi vinifier de bons vins de base pour effervescents.

D'après Marion Bazireau de Vitisphère

 

Posté par stackanovins à 20:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 mai 2022

La Tour d'argent ferme à partir du 1 er mai pour plusieurs mois

Le célèbre restaurant du quai de La Tournelle a fermé ses portes samedi 30 avril pour plusieurs mois de travaux. Il sera toutefois toujours possible de partager certaines prestations « Tour d’Argent », à Paris mais pas seulement !
Un événement aussi rare que le passage de certaines comètes : la dernière rénovation complète du célèbre restaurant, c’était… en 1936 !
La réouverture s’annonce scintillante : tout en haut, roof top ouvert à 360 degrés sur la plus belle vue du monde avec, privilège absolu, une seule et unique table d’exception (entre 8 et 10 couverts) et un lunch bar (entre 25 et 30 personnes).
Une nouvelle terrasse Tour d'Argent
Le fameux restaurant, transformé sous l’égide de l’architecte parisien Franklin Azzi, reste au 6ème étage. Juste en dessous, ouverture d’une suite Tour d’Argent avec salon, chambre, cuisine et table particulière supervisée par le chef Yannick Franques himself.

Et au rez-de-chaussée ? Un bar « all day » où l’on pourra venir partager des tapas de 08h00 à 02h00 du matin. Sans oublier la cave, la glorieuse cave dont 150 000 bouteilles ont été soigneusement, méticuleusement déplacées pour faciliter le chantier.
Mais attention : pendant les travaux, La Tour d’Argent continuera  de nous éblouir... par le biais de nouvelles activités. Dès le 7 mai, une terrasse Tour d’Argent va être installée sur le Pont de la Tournelle, au dessus de la Seine.
Sur quai du même nom, La Petite Épicerie et Le Boulanger de La Tour, les deux magasins liés à l’établissement, restent ouverts. Les sauces, les sels, les crèmes et bientôt les soupes maison peuvent quant à eux être achetés en ligne, sur le site.

Surtout, La Tour propose d’ores et déjà à ses clients une série de dîners gastronomiques estampillés « Tour d’Argent » donnés dans des lieux exceptionnels, autour de flacons choisis. Dans les spectaculaires crayères de la maison Ruinart sous la colline Saint-Nicaise de Reims, dans le château de la Marquetterie, propriété de la maison de Champagne Taittinger (samedi 16 juillet 2022, 18 places disponibles, 490 euros), au château Lafite Rothschild dans les appartements privés et en présence du baron Éric de Rothschild et de sa fille Saskia (vendredi 2 septembre, 14 places disponibles, 1500 euros), dans la somptueuse Chapelle du Couvent des Jacobins à Beaune et dans la cuverie de la Maison Louis Jadot (17 et 18 juin) ou encore, le 8 octobre prochain, à bord de l’Excellence, l’un des plus beaux yatchs de Paris, pour un dîner-croisière sur la Seine animé par le chef Yannick Franquès et le nouveau chef-sommelier Victor Gonzales.

Deux événements de grand prestige sont encore programmés à plus long terme : un exceptionnel dîner de fin d’année 2022 au château de Vaux-le-Vicomte, où le surintendant des finances Nicolas Fouquet osa défier le roi Soleil et une vente aux enchères qui s’annonce historique. Sous le marteau d’Artcurial seront dispersés des pièces de la vaisselle, de l’argenterie et du mobilier de La Tour (juillet 2023).
Hommage donc à André Terrail, le propriétaire, qui a l’audace de tout changer pour que rien ne change, pour que La Tour d’Argent, élément-clé du patrimoine parisien, continue de faire rêver bien au-delà de nos frontières.                                                                                                                              réouverture annoncée pour le 2 mars 2023

d'après la RVF

Posté par stackanovins à 20:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 avril 2022

A Madiran, Alain Brumont passe la main

A 76 ans, Alain Brumont revient sur ses 40 millésimes avant de passer le relais à son beau-fils Antoine Veiry.                                                                                                                                                       Pour ses 40 ans de millésimes, Alain Brumont avait fait mettre les petits plats dans les grands au Bristol à Paris et avait sorti ses plus belles bouteilles. Toujours aussi pugnace et loquace, intransigeant et intarrissable, il a retracé son parcours dans le vin. « J’étais déjà à courir les réunions agricoles dans les années 50 et à 16 ans, mon père m’a retiré du lycée pour travailler sur ses 12 ha de vignes et 30 de céréales, j’ai bossé avec lui jusqu’à mes 30 ans, à la dure 15 h par jour sans salaire mais ça m’a forgé le mental ». Finalement en empruntant au Crédit Agricole, il parvient à acheter une vigne à Montus, un vin renommé depuis qu’un foudre a été offert en 1760 à Napoléon 1er. « C’était déjà un indice de qualité tout comme le fait que les grands bordeaux venaient chercher jusqu’au début du XXe siècle des vins médecins à Madiran» souligne celui que l’on surnomme vite dans le vignoble Monsieur de Montus de La Romanée Conti tant il scrute les parcelles de son terroir pour acquérir les meilleures, souvent en friche dans un pays de polyculture. Après avoir racheter les vignes, il acquiert le château Montus alors en ruine. Il se procure des barriques d’occasion chez le baron Philippe de Rothschild et sort son premier vin en 1982 ; il est à 80% tannat associé au cabernet sauvignon après avoir essayé plusieurs cépages et assemblages, puis trois ans plus tard en 100% tannat pour le Prestige. « La clef était surtout de le ramasser à maturité et de dompter les tanins par un élevage en fût ». Il ambitionne déjà d’en faire « le meilleur vin du Nouveau Monde dans l’Ancien monde ». Entre-temps, Il hérite des vignes de son père à Bouscassé. « J’ai appris beaucoup auprès de Marcel Guigal, Michel Rolland, Jean-Michel Cazes, Henri Ramonteu pour les premières vendanges tardives de Pacherenc du Vic-Bilh en 1988 » et il côtoie le professeur Cabrol, chantre des vins très tanniques et du french paradox qui va faire les beaux jours des madirans. Fort de quelques médailles, il flirte rapidement avec les grands bordeaux et contribue largement à ressusciter ce cépage tannat qui a eu si longtemps bien mauvaise réputation.

Les ajustements d’Antoine Les Vignobles Brumont, c’est aujourd’hui un ensemble de 292 hectares de vignes dont la magnifique parcelle de La Tyre sur le plus haut coteau de l’appellation avec ses galets roulés sur des argiles rouges, et une soixantaine encore à planter. Tout est travaillé en bio non certifié, sans intrant ni insecticide et le vignoble est labellisé HVE. On y fait la part belle aux trois cépages autochtones que sont le tannat, le petit courbu et le petit manseng. Alain, a commencé à passer le relais à Antoine Veiry, 28 ans, le fils de son épouse Laurence : « Alain a créé le style, il ne s’agit pas d’en changer mais de faire quelques ajustements, de chercher à mieux maîtriser les extractions en limitant le plus possible la trituration des raisins, en cherchant davantage l’équilibre par des fermentations plus lentes, en baissant encore les doses de soufre, en travaillant sur des élevages longs comme la cuvée XL (4 ans en fûts neufs et en foudres) mais sans bodybuilder les vins et en travaillant sans intrant ni collage ».  Antoine, arrivé à 10 ans sur la propriété, a signé son premier millésime avec le Montus 2018. Il a déjà fait le tour de nombreux vignobles dans le monde, travaillé chez Anselme Selosse, Joseph Drouhin, Hervé Bizeul, la famille Guigal, aux Carmes Haut-Brion et à son retour, a constitué son équipe (26 ans d’âge moyen). « L’important est de toujours incarner le domaine » conclut Antoine.

d'après Terre  de Vins

reproduction interdite © stackanovins 2022

 Pour plus de détails Contactez l'auteur



Posté par stackanovins à 11:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 avril 2022

Vinapogée ou l'outrecuidance financière

Faire payer 40 E poir déguster des vins même ancien me semble particulièrement injustfié; même si le lieu d'accueil porte Dauphine est particulièrement agréable et surement très cher. Il y en avait cependant pour tous les goûts.

Trente-quatre vignerons ont présenté, en moyenne, trois à quatre cuvées arrivées à maturité. Parmi la centaine de vins dégustés, quelques-uns ont spécialement émergé, et méritent certainement d'être mentionnés :
— Pol Roger – Cuvée “Sir Winston Churchill”, AOC Champagne, blanc, millésime 2004 ;
— Bollinger – R. D. Champagne, blanc, millésime 2002 (en jéroboam) ;
— Philipponnat – Clos des Goisses, AOC Champagne, blanc, millésime 2007 ;
— Ruinart – Dom Ruinart Blanc de Blancs, AOC Champagne, millésime 1993 (en magnum) toujours aussi cher
— Domaine Coursodon – Le Paradis Saint-Pierre, AOC Saint-Joseph, blanc, millésime 2012 (en jéroboam) ;
— Chapoutier – Le Pavillon, AOC Ermitage rouge, millésime 2011 ;
— Château de Beaucastel – AOC Châteauneuf-du-Pape, rouge, millésime 2007 ;
— Domaine du Clos des Fées – La Petite Sibérie, AOP Côtes du Roussillon villages, rouge, millésime 2003 (en magnum) ;
— Château Montus – La Tyre, AOC Madiran, rouge, millésime 2010 trop cher
— Château Phélan Ségur – AOC Saint-Estèphe, rouge, millésime 2005 (en double magnum) ;
— Château Suduiraut – AOC Sauternes, millésime 2001 ;
— Rivesaltes – Domaine de Casenobe, millésime 1971, mis en bouteille par Ma's del Vin, à Elne, présenté par Idealwine ;
— Château de Pibarnon – Le Vieux Marc de Bandol, millésime 1996 (en magnum).
Par ailleurs, une demi-douzaine de Domaines nous ont fortement déçus, qualitativement indignes de ce salon, dont un particulièrement lamentable. Toutefois, nous n'en parlerons pas par magnanimité.
-Bollinger : Rosé 2006 et 2005, ainsi que le Blanc 2005 (en Jéroboam) ; Champagne Alfred Gratien  Superbe 1998 en vieillissement bouteille debout !
Le responsable habituel du stand Taylor's, dont le visage nous est familier, nous a expliqué que la classe de leurs Vintages récents a augmenté. Grâce à une meilleure qualité, et sélection des alcools intégrés aux fruits lors du processus de mutage. C'est pourquoi il m'est apparu que le Vintage 2007 et le Vintage 2017, comme supérieurs aux Vintages 1997 et 2003. Ces deux-là se rapprochent trop de raisins macérés à l'eau de vie. Ils apparaissent dissociés en bouche au cours de la dégustation. Les 4 vins présentés par Taylor's étaient tous remarquables, chacun à sa manière, et en tenant compte du fait que, depuis le début des années 2000, l'utilisation de meilleurs alcools pour le mutage donne aux Portos une classe encore plus grande par rapport à leurs prédécesseurs, avec sans doute davantage de fruité dans les vins jeunes qu'autrefois. Je hasarderai les quelques commentaires suivants, en précisant avoir goûté les vins moins de 2 heures après l'ouverture des bouteilles :
     - 1997 : vin à maturité complète, avec des arômes d'évolution (ces notes mentholées !) que l'on peut aimer ou pas, à boire ou garder encore ;
     - 2003 : encore sur la réserve, avec certes suffisamment de fruit pour pouvoir se goûter, mais va se bonifier considérablement dans l'avenir ;
     - 2007 : très séducteur, fruité éblouissant, finale magnifique, on est tenté de le boire aujourd'hui, et il me semble qu'il évolue(ra) plus vite que le 2003 ;
     - 2017 : grandiose : l'équilibre parfait entre les différentes composantes : superbe définition, fruité magnifique, finesse des tanins puissants, mais sans agressivité, longueur, élégance superlative. On le boira sans doute trop vite !
Petite conclusion : pour ceux qui aiment les Portos évolués : allez vers le 1997. Pour les amateurs de vins jeunes, ou pour ceux qui ne veulent ou ne peuvent pas attendre : le 2007 est pour vous.

reproduction interdite © stackanovins 2022

 Pour plus de détails Contactez l'auteur



Posté par stackanovins à 14:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 avril 2022

Aubert de vilaine prend sa retraite

« J’ai l’impression que la nouvelle de mon départ en retraite a été diffusée bien au-delà de ce que j’attendais et surtout de ce qu’elle mérite… » glisse Aubert de Villaine, la figure du légendaire domaine de la Romanée-Conti (25 hectares d’appellations prestigieuses depuis Vosne-Romanée). La nouvelle du passage de relais à la co-gérance du plus coté des grands crus de France ne laisse personne indifférent dans le mondo vino. Concrètement, cette évolution n’aura « aucun changement dans les équipes, les pratiques ou la philosophie du domaine » indique Aubert de Villaine, qui cède son titre de co-gérant à son neveu, Bertrand de Villaine, qui « travaille au domaine avec moi depuis 14 ans ».

L’autre co-gérante est Perrine Fenal, qui représente l’autre famille propriétaire de la moitié de la Société Civile du Domaine de la Romanée-Conti. Précédemment distributrice de DRC en Suisse, elle a pris la cogérance en 2018 à la disparition de Henry-Frédéric Roch. Rejoignant « le Conseil des Sages du Domaine », Aubert de Villaine note « donc une transmission "douce", sans la moindre rupture, que l’on peut qualifier d’harmonieuse et qui, comme je le disais, ne mérite pas plus que de faire l’objet d’une simple information. » Figure du vignoble de Bourgogne, Aubert de Villaine est le président d’honneur des Climats du vignoble de Bourgogne.

Posté par stackanovins à 16:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 février 2022

concours 2021 des vins de Chablis

Sous la présidence de Guillaume Baroin

29 médailles décernées lors du 36e Concours des vins de Chablis
Pour la deuxième année consécutive, le Concours des vins de Chablis s’est déroulé dans un contexte particulier en raison de la crise sanitaire. L’événement a cependant pu être organisé grâce à un protocole strict assurant la sécurité des dégustateurs.

Il s’est déroulé le 15 janvier 2022 à Beine, sous la présidence d’un passionné des vins de Bourgogne, Guillaume Baroin, journaliste, œnophile et gastronome.

Particularité de ce concours : les professionnels présentant des échantillons ne peuvent pas devenir membre du jury. Les dégustateurs sont journalistes, restaurateurs, sommeliers, courtiers, œnologues, vignerons ou amateurs éclairés. Ils jugent les vins en deux temps: les échantillons ayant obtenu les meilleures notes lors de la première étape avec l’ensemble des dégustateurs passent ensuite l’épreuve du Super Jury, le seul habilité à décerner les médailles.

Les 44 membres du jury dégustaient cette année le millésime 2020 pour les appellations Petit Chablis, Chablis et Chablis Premier Cru, et le millésime 2019 pour l’AOC Chablis Grand Cru.                         ils ont décerné 29 médailles sur les 262 échantillons présentés.

Ces lauréats deviendront pendant un an les ambassadeurs des vins de Chablis lors des opérations menées en France ou à l’étranger par le Bureau Interprofessionnel des Vins de Bourgogne.

Tout d'abord commercial pour des bouchons en liège, Guillaume Baroin commence son métier de journaliste spécialisé vin en 1998 pour Magnum Vinum, avant de travailler comme correspondant régional en 2001 pour Cuisine & Vins de France. En 2007 débute sa collaboration avec la Revue du Vin de France qu’il intègre en 2013. Il participe également deux ans au Guide des Meilleurs vins de France avant de quitter le magazine fin 2019.

Il est en parallèle auteur des textes du Guide Hachette des vins depuis l'édition 2010, et poursuit sa collaboration comme pigiste pour des journaux nationaux et régionaux.

Il fut également conseiller technique sur des films autour du vin comme "Premiers Crus" (2015) ou "Intraitable" (2021).

En 2020 il lance, avec un ami photographe et vidéaste, son propre magazine en ligne sur les vins de Bourgogne, du Beaujolais et du Jura :
www.lesbuvologues.com « le site des vins qu’on boit et des assiettes qu’on sauce »

Nombre d’échantillons : 262
Nombre de dégustateurs : 44
Nombre de Domaines ou Maisons représentés : 66
Nombre de vins médaillés : 29

Petit Chablis 2020

Médaille d’Or
Domaine MOREAU et Fille
LAMBLIN Fils
Domaine PASSY LE CLOU

Médailles d’Argent
La CHABLISIENNE, Pas Si Petit
Domaine des MARRONNIERS

Médailles de Bronze
Domaine GAUTHERON Alain et Cyril

Nominés
Domaine BEAUFUMÉ
Domaine Sébastien DAMPT, Terroir de Milly
Domaine SERVIN
Domaine Gérard TREMBLAY
Domaine Vincent WENGIER
 

Chablis 2020

Médaille d’Or
Domaine BARDET et Fils

Médaille d’Argent
Jean COLLET et Fils
Domaine Guy ROBIN, Cuvée Marie-Ange

Médaille de Bronze
Domaine CHEVALLIER
Antoine et Laurent ROBIN
Domaine VERRET

Nominés
Domaine Sébastien DAMPT
Domaine GAUTHERON Alain et Cyril
Domaine des MALANDES, Envers de Valmur
Domaine ORION
 

Chablis Premier Cru 2020, Rive Gauche

Médaille d’Or
Domaine des HATES, Butteaux
Domaine PINSON Frères, Montmains

Médailles d’Argent
SIMONNET-FEBVRE, Beauroy
 

Médaille de Bronze
Domaine PINSON Frères, Forêts
Domaine PINSON Frères, Vaugiraut
LAMBLIN Fils, Vaillons
 

Nominés
Domaine NOTTON Laurent et Céline, Les Beauregards
Daniel DAMPT, Côte de Léchet
Domaine Jean-Paul et Benoît DROIN, Côte de Léchet
Domaine LONG-DEPAQUIT, Les Lys
Domaine Jean-Paul et Benoît DROIN, Vaillons
Domaine PINSON Frères, Vaillons
Domaine Guy ROBIN et Fils, Vaillons
Domaine Alain GEOFFROY, Vau Ligneau
Domaine de La MOTTE, Vau Ligneau
Domaine des MALANDES, Vau de Vey

 

Chablis Premier Cru 2020, Rive Droite

Médailles d’Or
Domaine Jean-Paul et Benoît DROIN, Vaulorent
 

Médailles d’Argent
Domaine CHRISTOPHE et Fils, Fourchaume
Domaine GAUTHERON Alain et Cyril, Vaucoupin

Médaille de Bronze
Domaine GAUTHERON Alain et Cyril, L'Homme Mort
Domaine COURTAULT MICHELET, Mont de Milieu

Nominés
Domaine COURTAULT MICHELET, Fourchaume
Daniel DAMPT, Fourchaume
Domaine Alain GEOFFROY, Fourchaume
Domaine JOLLY, Fourchaume
LAMBLIN Fils, Fourchaume
Domaine Jean-Paul et Benoît DROIN, Mont de Milieu
Domaine GAUTHERON Alain et Cyril, Mont de Milieu
Jean COLLET et Fils, Mont de Milieu
Domaine BILLAUD-SIMON, Montée de Tonnerre
Jean-Marc BROCARD, Montée de Tonnerre
Domaine LONG-DEPAQUIT, Vaucoupin
Domaine PICQ Jacques et ses Enfants, Vaucoupin

 

Chablis Grand Cru 2019

Médailles d’Or
Domaine Jean-Paul et Benoît DROIN, Vaudésir
Louis JADOT, Blanchot

Médailles d’Argent
Domaine des MALANDES, Les Clos
La CHABLISIENNE, Preuses 
 

Médaille de Bronze
SIMONNET-FEBVRE, Blanchot
Domaine Jean-Paul et Benoît DROIN, Les Clos
 

Nominés
La CHABLISIENNE, Blanchot
Domaine LONG-DEPAQUIT, Blanchot
Maison des HATES, Bougros
J. MOREAU et Fils, Les Clos
Domaine SERVIN, Bougros
J. MOREAU et Fils, Valmur
LAMBLIN Fils, Vaudésir

 

Téléchargez le palmarès du Concours des Vins de Chablis 2022.

 

Posté par stackanovins à 11:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 janvier 2022

Levée de Loire, biotop and co

Les trois Salons "Biotop", "La Levée de la Loire", et “Biocivamaude” se sont tenu au Ground Control, dans l'ancienne halle Charolais, de la gare de Lyon en novembre .Cent soixante exposants étaient disposés au coude à coude, sans plan apparent, de quoi s'y perdre ! Je me suis concentré sur la surface “Biotop” qui contenait quelques valeurs sûres.

- vallée du rhône
Domaine Le Sang des Cailloux. Localisé à Sarrians (Vaucluse), dans l'arrondissement de Carpentras. Dix-sept hectares de vignes en appellation Vacqueyras. Sols argilocalcaires brun rougeâtre sur un plateau de galets roulés.
Vacqueyras blanc “Un Sang Blanc”. Lieu-dit « Les Garrigues. » Millésime 2020. Grenache blanc 25%, Roussanne 5%, Marsanne 15%, Clairette 25%, Bourboulenc 15%, Viognier 5%. Rendement de 29 hl/ha. Vendange manuelle. Vinification, et élevage de douze mois dans des fûts de 450 litres. Fermentation malolactique accomplie. Ecocert Bio et Biodynamie.  « Un assemblage inattendu de ces six cépages qui donnent un résultat sensationnel ! Un vin blanc sudiste, opulent, fin, complexe, frais, équilibré. Treize et demi degrés d'alcool. Une pépite produite au volume de cinq mille bouteilles, soit quatre cents cartons de douze bouteilles environ. » Prix public de vingt-six euros.
Vacqueyras rouge “Floureto”, millésime 2019. Grenache noir 70%, Syrah 20%, Carignan 4%, Cinsault 3%, Mourvèdre 3%. Rendement de 30 hl/ha. Vendange manuelle. Éraflage intégral. Vinification traditionnelle dans des cuves en béton. Remontage quotidien. Élevage de six mois en cuves  béton, puis six mois en foudres.: « Vin manquant de relief. Sans intérêt. » Prix public de dix-sept euros. Vacqueyras rouge “Lopy”. Lieu-dit « Les Garrigues. » Millésime 2019. Grenache noir 80%, Syrah 20%. Cuvée “Vieilles Vignes”. Vignes plantées en 1939, en 1947, et en 1971 pour la Syrah en sélection massale. Sols argilocalcaires brun rougeâtre sur un plateau de galets roulés. Marnes bleues en profondeur. Rendement de 30 hl/ha. Vendange manuelle. Éraflage à cent pour cent. Vinification traditionnelle dans des cuves en béton. Remontage quotidien. Élevage de douze mois dans des fûts de 450 litres."Fruits noirs, prunes, thym, herbes de la garrigue, finale épicée. De la mâche, et de la consistance. Peut-être un manque de finesse dans les tanins finaux. Vin néanmoins intéressant". Prix public de vingt-six euros. Dix mille bouteilles produites,
Frédéri [sans "c"] Férigoule, avec son père Serge Férigoule, propriétaires, étaient présents à « Rhône en Seine » le 2 novembre.
Domaine Rouge Garance
Ce domaine est situé sur la rive droite du Rhône, à Saint-Hilaire-d'Ozilhan (Gard), à deux kilomètres du Pont du Gard – qui en réalité enjambe le Gardon –, dans l'arrondissement de Nîmes. Son nom proviendrait du personnage de Garance, jouée par Arletty, dans “Les Enfants du paradis” (1945) de Marcel Carné (1906-1996), et de Jacques Prévert (1900-1977). Le domaine a été créé en 1996 par Claudie et Bertrand Cortellini avec l’appui de Jean-Louis Trintignant (né en 1930). L’emblème du domaine est un oiseau qui a été dessiné par Enki Bilal. La superficie est de trente hectares. Les sols sont travaillés sans herbicides, et avec des matières organiques, conformément aux principes de l'Agriculture Biologique (AB). Vendange manuelle. Présentation assurée lors de ce Salon "Biotop" par Mme Claudie Cortellini. Trois cuvées ont été proposées. :
Little Garance Rouge”. Vin de Pays – Côteaux du Pont du Gard. Millésime 2020.
Feuille de Garance”. AOP Côtes du Rhône. Millésime 2020 [En fait, le deuxième vin].
"Rouge Garance". Côtes du Rhône Villages. Cuvée emblématique de ce domaine. Millésime 2020. Superficie de quatre hectares. Vignes âgées de vingt-cinq ans et plus. Cépages : Syrah 70 %, Grenache 30%. Rendement de 30 hl/ha. Sol argilocalcaire. Palissage sur 5 fils pour la Syrah, et sur 3 fils pour le Grenache. Amendement organique sans engrais chimique. Ramassage et triage manuels. Éraflage du raisin. Cuvaison de douze jours avec macération pelliculaire à froid de quarante-huit heures. Fermentation à température de 16° à 24° maximum. Remontage d'une cuve à l'autre pour mouiller le chapeau. Élevage en cuve en béton pendant dix mois. Les plus vieilles Syrah sont élevées en barriques. Assemblage. Filtrage léger sur plaques avant la mise en bouteilles. Prix public de quatorze euros la bouteille. : « Les deux premières cuvées sont anecdotiques. La Cuvée "Rouge Garance", phare de ce domaine très médiatisé est simplement sympathique. Des notes de fruits rouges, des tanins plutôt souples, sans énormément de complexité. Une finale épicée. Loin des sommets espérés. » 


- Vins de Bourgogne
 Jean-Yves Devevey 
Un article paru dans le journal Le Monde dui 29 avril 2021, par Laure Gasparotto, lui a été consacré. Il y est plaisamment surnommé le vigneron de « l’entre-côtes. » . Une petite Maison familiale fragile, localisée à Demigny (Saône-et-Loire), dans l'arrondissement de Chalon-sur-Saône. Agriculture biologique. Jean-Yves Devevey a présenté un blanc Hautes-Côtes-de-Beaune, cuvée « Champs Perdrix », millésime 2018. Un blanc Rully village, millésime 2013. Un rouge Rully lieu-dit “La Chaume”, millésime 2019. Assez quelconques. Et enfin, son meilleur vin :
Beaune rouge 1er cru “Pertuisots”, millésime 2019. Climat placé sous le premier cru “Les Aigrots”, qui est encadré au sud par le premier cru “Les Sizies”, et au nord par le premier cru “Les Vignes Franches”. Sol argilocalcaire. Superficie de 0, 51 hectare. Vignes plantées en 1954, et 1988. Vendange entière. Dix-huit mois d'élevage.  : "Vin rond, solaire, flatteur, déjà accessible. Quatorze degrés d'alcool ! Environ cent soixante-dix caisses sont produites annuellement.  quarante euros TTC en prix public au caveau. Jean-Yves Devevey a participé auparavant aux ventes directes sur la péniche Mélody. En comparaison, les Beaune premiers crus “Bressandes”, “Teurons”, et "Grèves" du Domaine Albert Morot de M. Geoffroy Choppin de Janvry me semblent supérieurs"


-- Divers.
Pomerol : Château Gombaude Guillot
Situé entre les Château Clinet et Château L'Eglise-Clinet, au nord, et le Château Trotanoy, au sud. Juste à l'ouest de l'église de la commune de Pomerol. Surface de 7 hectares. Sol de graves glaciaires sur argiles. Encépagement de 85% Merlot, 15% Cabernet franc. Vignes âgées de quarante ans. Rendement moyen entre 32 et 47 hectos/ha. Production annuelle de 25 000 à 30 000 bouteilles. Densité  de 6 500 pieds/ha. Taille “bordelaise” 6 à 8 yeux par plant. Récolte manuelle. Planning des vendanges selon la maturité réelle constatée. Pas de filtration. Vinification en cuves en béton, et en inox thermorégulées. Vinification naturelle, levures indigènes, pas d'enzymes. Chaptalisation exceptionnelle, soufre minimum, adaptée aux caractéristiques de chaque cuve (rythme des remontages, oxygénation, temps et température de macération). Élevage en barriques de chêne de l'Allier, 50% neuves. La proportion de bois neuf peut varier selon le millésime. Géré par Claire Laval, et son fils Olivier Techer. Deux millésimes présentés. 2017, végétal, pas mûr, à oublier. 2014, faiblard, frêle, manquant de corps, vendus 60 euros depuis la propriété. « Erreur stratégique de leur part de ne pas avoir choisi de millésimes plus favorables pour Château Gombaude-Guillot. »


Alsace  :

Domaine Achillée de Jean et Pierre Dietrich à Scherwiller (Bas-Rhin)
Dégustation d'un Riesling lieu-dit “Hahnenberg”, sur schistes noirs, millésime 2018, d'un Riesling sur grès, millésime 2018. D'un Pinot noir, avec rafle, également 2018, sans aucun intérêt. Cette famille détient aussi un Riesling Grand Cru Frankstein, mais celui-ci était absent.


Loire : Dégustation de tous les vins, blancs et rouges, du Domaine Agnès et Xavier Amirault à Saint-Nicolas de Bourgueil (Indre-et-Loire),qui n'ont, selon eux, aucun lien de parenté avec le Domaine Yannick Amirault également à  Bourgueil (Indre-et-Loire). Dégustation également de tous les vins de Les Clos Maurice à Varrains (Maine-et-Loire), arrondissement de Saumur. Tout cela n'est pas d'une qualité majeure.

Ceci n'est qun petit aperçu vu le nombre de vignerons présents

prochaine édition à Saumur en mars prochain 

Avec la collaboration de R.B

reproduction interdite © stackanovins 2022

 Pour plus de détails Contactez l'auteur



Posté par stackanovins à 11:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les Outsiders au pavillon Ledoyen

Le Salon des « Outsiders » de Jean-Marc Quarin s'est tenu en novembre dernier. L'espace mobilisé était plus réduit qu'au Shangri-La lors des éditions précédentes.

- Vins blancs secs et liquoreux
Sans conteste, la star a été Chateau de Fargues  . Propriété d'Alexandre et de Philippe de Lur Saluces, non classée, présentée par Alix [Dupont] de Dinechin, dans deux millésimes à point : 1998, et surtout 2005: « Arômes de coing confit, et de zestes d'orange au nez, et en bouche. Un registre plein, et très riche avec des notes salines en finale. Une bouteille qui s'impose par son équilibre, et l'extrême complexité de sa définition aromatique » (. Or, nous savons que les millésimes plus récents de Château de Fargues sont encore plus prodigieux... Il existe une boutique en ligne sur leur site internet.
Domaine de Chevalier blanc (Pessac-Léognan, 33850 Léognan). Proposé par Olivier Bernard. Millésime 2015, composé à 75 % de Sauvignon blanc, et à 25 % de Sémillon. 35 % de barriques neuves. Élevage de dix-huit mois sur lies avec bâtonnage. Ouverture sur des notes de citron, de pamplemousse, d'ananas, de chèvrefeuille. Bouche mi-corsée, minérale, encore très serrée, et vive. Finale d'agrumes. Une bouteille qui conserve une certaine fraîcheur malgré un millésime assez solaire.

- Alsace

Domaine Paul Blanck (Alsace, 68240 Kaysersberg/Kientzheim). Dégustation de la large gamme, en compagnie d'Hugo Blanck, neveu du colosse Philippe Blanck. Finalement, la plus belle bouteille de l'ensemble était un Riesling Furstentum Grand Cru, millésime 2017 [achetée 27 euros]. Terroir situé à quatre cents mètres d'altitude en plein sud. Un vestige des temps subméditerranéens que connut l'Alsace. Nature du sol caillouteuse, et filtrante. La roche mère calcaire y affleure. Vinification : extraction du jus par pressurage pneumatique lent du raisin pour éviter l’écrasement des rafles, et des pellicules. Fermentation des moûts qui démarrent spontanément grâce aux levures indigènes présentes dans le jus. D'une durée, en général, de quatre à dix semaines. Température contrôlée dans des cuves en inox, pour favoriser l’expression des arômes typiques du cépage riesling. Élevage sur lies en foudres, de douze mois, ce qui apporte du gras au vin. L’oxygène qui traverse les parois du bois permet une lente oxydation du vin, ce qui favorise l’épanouissement des arômes. Mise en bouteille deux à trois ans avant la commercialisation. Cette conservation en bouteille contribue à l’évolution du vin. Un phénomène inverse de l'oxydation se produit. Des réactions à l’abri de l’air développent le bouquet, tout en lui donnant des nuances plus subtiles. Dégustation : Nez minéral calcaire, floral, et très légèrement anisé. Bouche ample, tonique, profonde, raffinée, écorces d'agrumes, structure saline.


 - Autres vins blancs bordelais  dégustés de qualité moyenne : Château Valandraud blanc, Château Lespault-Martillac, Château Larrivet Haut-Brion blanc, Clos des Lunes – Lune d’argent

- vins rouge bordelais rive droite
Château Valandraud (Saint-Emilion Premier Grand Cru Classé B, 33330 Saint-Emilion), millésime 2019. Consécration suprême en 2012 pour Murielle Andraud, la vigneronne, et pour Jean-Luc Thunevin, le négociant. Château Valandraud, leur création, le chef de file du mouvement des vins de garage, a accédé au rang convoité de premier grand cru classé B. Château Valandraud n’aurait pu s’imposer parmi les plus onéreux, et les plus recherchés des Saint-Émilion sans le sens aigu du commerce de son propriétaire. Cependant, c’est le contenu de Château Valandraud qui fait surtout courir les amateurs. Un étonnant vin assemblé par Michel Rolland, méticuleusement sélectionné à partir de merlots sucrés, veloutés, exotiques, 100 % fût neuf, sensuel à sa naissance, et qui évolue avec suavité sur des notes de moka. Plus qu’ailleurs, l’élevage fait partie intégrante du vin. Il donne le secret de sa profondeur soyeuse, et de l'onctuosité de ses tanins. Il explique sa tension assez particulière, l’enrichit, révèle sa fraîcheur. Robe rouge intense, reflets pourpres. Nez concentrés sur des arômes de cerises noires, chocolat, réglisse. Bouche ponctuée d'une pointe de truffe, de notes torréfiées, de moka, de notes grillées. Finale fruitée, et relativement rafraîchissante grâce à une tension due au sol calcaire. La fougue des vinifications Jean-Luc Thunevin.

Autres Bordeaux rive droite dégustés de qualité moyenne : Château Bellevue, Château Dalem, Château de Pressac, Château Fonroque, Château La Croix de Gay, Château La Fleur de Gay, Château Clos de Boüard, Château Mazeyres, Château Sansonnet.


- Vins rouges Bordeaux Rive Gauche


Château d’Issan (Margaux, 33460 Cantenac), 3ème Grand Cru Classé en 1855. Le cru appartient aujourd'hui à cinquante pour cent à la famille Jacky Lorenzetti (Pédesclaux, Lilian Ladouys, Lafon-Rochet, et donc d'Issan), et pour l'autre moitié à la famille d'Emmanuel Cruse qui en assure la gestion. Depuis quelques années, les vins ont gagné en épaisseur, en intensité, et en profondeur, tout en conservant un toucher très soyeux. Le Château d’Issan millésime 2018 a été clairement le plus beau vin de tous les nombreux Bordeaux Rive Gauche, présentés dans cette chaude année 2018, lors de ce Salon des « Outsiders. ». Assemblage de soixante pour cent de Cabernet-Sauvignon, et quarante pour cent de Merlot. Élevage à cinquante pour cent en fûts neufs, et à cinquante pour cent en fûts de deuxième année, pendant environ dix-huit mois. Quatorze degrés d'alcool. Robe pourpre grenat foncé. Bouche de cerises, de cassis, d’épices, et de thé. Tanins fermes, et superbement fins. Finale exprimant une belle fraîcheur, et des notes minérales. Un fort joli Margaux, élégant, raffiné, doté d’une matière subtilement équilibrée.


Autres Bordeaux rive gauche dégustés de qualité moyenne : Château Angludet, Château Arnauld, Château Cos Labory – toutefois de belle facture en 2018 et 2019 -, Château Le Crock, Château Lespault-Martillac rouge, Château Pédesclaux, Château Tronquoy-Lalande, Domaine de Chevalier rouge.


Avec la collaboration de R.B

 

reproduction interdite © stackanovins 2022

 Pour plus de détails Contactez l'auteur



Posté par stackanovins à 10:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 janvier 2022

Boulversement à Saint Emilion

En sortant du classement des Crus de Saint-Emilion, Ausone et Cheval Blanc donnent un électrochoc au petit milieu des grands crus de la rive droite bordelaise.

La clôture des dépôts de candidature au classement de Saint-Emilion a eu lieu le 30 juin et deux domaines de premier plan n'ont pas rendu leur copie : Château Ausone, propriété de la famille Vauthier et Château Cheval Blanc, pépite du groupe LVMH. Depuis 1954, date du premier classement, Ausone et Cheval Blanc ont constitué le duo de référence de cette appellation bénie des dieux. Et puis, il y a un peu moins de dix ans, le fier binôme était rejoint par Angelus et Pavie.

Accéder au rang de grand cru classé À, c'est prendre pied sur l'olympe de la rive droite. Accessoirement, c'est voir le prix de ses bouteilles grimper au ciel.Mais le dernier classement décennal avait fait grincer des dents. Les critères faisaient la part belle à la qualité du vin, bien entendu, évalué lors de très sérieuses séances de dégustation, mais aussi à la capacité des domaines à recevoir des visiteurs et à d'autre critères moins œnologiques, pour une forme de consécration du marketing des vignes.

Le nouveau classement qui sera révélé en 2022 a peu évolué par rapport au précédent. La notoriété du château compte pour une large part (35%). Il s'agit donc pour les propriétés soucieuses d'accéder au sommet ou d'y rester de faire le meilleur vin mais aussi de faire le show. Ce qui signifie figurer dans les revues et journaux qui comptent, être vu à la télévision, apparaître dans des films au cinéma, multiplier le nombre de followers sur les réseaux sociaux, être bu par les stars de Hollywood ou de la NBA. Ce qui n'est pas du tout le genre de la famille Vauthier. Et du côté de Cheval Blanc, à l'heure de l'agroforesterie et des préoccupations environnementales, on ne se retrouve pas plus dans les nouveaux critères.

Renoncer au classement pour un Château de Saint-Emilion, c'est un peu comme renoncer aux étoiles pour un grand restaurant qui estime que l'assiette est plus importante que la couleur de la jaquette du portier. C'est annoncer qu'on préfère se concentrer sur la viticulture, la vinification et un peu moins sur la HomePage de son site internet. Cela veut aussi dire qu'il est temps de remettre l'église au milieu du village et rappeler que le vin est avant tout une histoire de raisin cultivé avec soin sur des terroirs sélectionnés au fil des siècles.

Cela signifie aussi sortir du jeu dont tout Saint-Emilion profite depuis des décennies. Chaque classement fut un formidable coup de projecteur dont tous les propriétaires surent tirer profit. Mais après tout, rien n'empêche d'inventer un nouveau classement.

En dernière minute Chateau Angélus rejoint ses deux compères

Malmené dans l’épopée judiciaire du classement de Saint-Émilion de 2012, le château Angelus arrête les frais pour la révision de 2022. Premier grand cru classé A depuis 2012, la propriété « retire sa candidature au prochain classement » annonce un communiqué ce 5 janvier, précisant que si « le classement de Saint- Émilion a longtemps été un formidable outil d’émulation collective qui a permis de promouvoir efficacement l’appellation [ses conséquences financières] en ont fait la cible d’un système de dénigrement ayant culminé avec de nombreux recours en justice ».

Si le cru classé a brillé dans les derniers films de James Bond, il a également défrayé la chronique judiciaire par l’implication de sa famille dans la vie syndicale bordelaise. Désormais dirigé pa Stéphanie de Boüard-Rivoal, le château Angélus était piloté par Hubert de Boüard de Laforest lors du classement de 2012. Copropriétaire du grand cru classé château Angélus et consultant pour sept propriétés candidates, ce dernier exerçait des missions de service public (présidence de l’AOC Saint-Émilion et membre du comité permanent vin AOC de l’INAO, Institut National de l’Origine et de la Qualité) pendant la rédaction du règlement du classement 2012 (suite à l’annulation judiciaire de celui de 2006). la juridiction déboutant en 2016 contre les écrits sur le sujet de la journaliste Isabelle Saporta puis condamnant en 2021 à 60 000 € d'amende pour "prise illégale d'intérêt".

Personnellement visée dans ces démêlés judiciaires, la famille de Boüard note également que le classement de 2022 est d’ores et déjà poursuivie en justice par deux propriétés (avec succès, comme le révélait récemment Vitisphere). « De source de progrès, le classement de Saint-Émilion est devenu vecteur d’antagonisme et d’instabilité » note château Angelus, qui « en prend acte et quitte ce système en se retirant du classement de 2022 ». La propriété est ainsi le troisième grand cru classé A à faire défection au nouveau classement de Saint-Émilion.

Aux dernières nouvelles, la commission de l'INAO dédiée au classement 2022 poursuit ses travaux pour finaliser un classement avant l'été.

 

Posté par stackanovins à 16:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]