mes plus belles dégustations oenologiques... ou les pire

13 janvier 2020

Le programme à partir de janvier

                                                                                                                                                                                                Il n'y a pas qu'en Normandie ou dans le pays d'Othe que l'on réalise de bons cidres. Je viens de découvrir  par exemple les cidres du Maine maintenant en AOP :  la ferme du pressoir à 53400-Craon réalise également un pommeau du Maine, une fine  de Poire Williams qui titre donc 40° et qui arrive dans mon trio de tête des poires françaises et un remarquable cidre de glace.

Je prends dès maintenant comme l'an dernier les commandes. Le prix est exceptionnel pour la qualité : eau de vie de poire Williams : 35€ et cidre de glace 25€ (50cl). Pour toute information ou commande : Contactez l'auteur

 

 

        janvier

       20 Vinapogée (vins à leur maturité servis par les viticulteurs), rue Cimarosa , 30 € pour les pro, 60 € pour les amateurs.

     20 Papille & Pupille, le Cyclone rue Vulpian 13e

       20 Maisons & Chateaux 47 av de Wagram pour s'inscrire : https://la-grande-degustation-de-dmc-2019.eventbrite.fr

       20 l'Alsace bio Ground Cortal 81 rue du Charolais de 16h à 19 h

       21 Mediterranean Cheese & Wines  Mavrommatis Passy » 70 avenue Paul Doumer  Paris De 18h à 21h Email : d.vaporidi@mavrommatis.fr

       22 Alain Ségelle le Templier 15e de 16 h à 21 h

       25 & 26 Saint Vincent tournante à Gevrey Chambertin

       25 & 26 fête de la coquille place des Abesses

        27 au 29 Milesime bio montpellier

        30 les vins de volcans à Vulcania.

 

       fevrier

       1 au 2   percée du vin jaune à Ruffey sur Seille 
                                                                                                                    

        3 les produits japonnais au Pavillon Gabriel à partir  de 12h

        3 & 4 salon des vins de loire Angers

       4 UGC Bordeaux au carreau du Temple de 13h à 17h

       9 Haut  les vins 94 rue j.p Timbaud 11e

      10 - 12 Vinexpo & Wine Paris

      10 Pomerol par Terre des vins hotel intercontinental  de 18h à 21 h

       23 au 26 salon du fromage Pte de Versailles

       22 au 1er mars salon de l'agriculture

       23 Cognac  hotel du Louvre à partir de 19h

       24 Empreintes champagne côte des Bars 6 rue paul Bert de 10 h à 19h

 

      mars

       1 & 2 Live wine Milan palais del ghiaccio via gb Piranesi 14 www.livewine.it

       2 la cave Legrand de Paris ouvre ses portes à partir de 14h

      9 Grignan-les-Adhémar de 10h30 à 17h00 au Baltard au Louvre 9 rue Coquillère 75001 Paris. pour s'inscrire :

 

      13 & 14 concours des Vignerons Indépendants Espace  Charenton

      14 les vins bio  117 rue Etienne Macel Montreuil à paetir de 10h

      20 Paulée de Marsannay au chateau à partir de 19 h

        28 Champagne tasting par Terre de vins   hotel Salommon de Rotschild à partir de 10h30

 

      avril

        6 & 7 Air Provence

       27 & 28 Vinomed à Montpellier

         27  BUVONS TERROIRS Salon professionnel vins Biologiques et Biodynamiques Palais de la Femme, 96 rue de Charonne Paris 11e

       juin 2020

       3 au  7 Le Champagne au Trocadero sur 6000 m2

       22 Paulée de l'Anjou noir & diner à l'abbaye de Fontevrault

septembre

       13 &14 Dugas à la Bourse

Contactez l'auteur

Posté par stackanovins à 10:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]


04 janvier 2020

La dégringolade des foires au vin

En 2019, aucune enseigne n'échappe à la dégringolade. Récoltés par Rayon Boissons, les chiffres d’affaires des ventes promotionnelles de l'automne dernier témoignent d’un système en perte de vitesse.

Durant les foires aux vins de l’automne 2019, « les sept principaux groupes de distribution et enseignes de supermarchés à dominantes marques propres essuient une nette baisse des ventes à -10 % » annonce Rayon Boissons Confirmant les données des panels Nielsen, le mensuel précise que le leader Leclerc affiche une baisse limitée de 4 % de son activité entre 2018 et 2019 (avec 95 millions d’euros de chiffre d’affaires cette année). Le challenger Carrefour encaisse une chute de 15 % de ses ventes (pour 88 millions €), comme Intermarché avec -16 % (80 millions €) et Auchan avec -22 % (45 millions €). Système U limitant la casse avec -7 % (45 millions €).

« Les raisons sont en tout cas nombreuses pour expliquer ces mauvais résultats entre une promo en berne, une désaffection des grands crus ou encore une offre saturée. Dans sa forme actuelle, cette institution du calendrier promotionnel des enseignes a certainement vécu ces dernières heures » prophétise Rayon Boissons.

Un constat partagé par Jean Glussot, l’expert distribution et vins chez Nielsen, qui expliquait il y a quelques semaines que « le rebond viendra d’un travail de fond sur le rayon avec trois axes prioritaires : des partis-pris forts sur l’assortiment sont nécessaires pour se démarquer, notamment face aux cavistes en ligne ; la théâtralisation du rayon, dans la lignée des initiatives d’espaces caves à vin dans les magasins ; un véritable effort de pédagogie auprès des consommateurs pour les accompagner dans leurs choix dans ce rayon si riche en références et en labels (bio, biodynamie, CAB, HVE, nature, sans soufre, vegan…). »

 d'après Vitisphère

Posté par stackanovins à 21:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 décembre 2019

Guillaume s'émancipe d'Anselme

Champagne Guillaume Selosse

C'est avec un immense plaisir que nous proposons désormais en exclusivité les Champagnes de Guillaume Selosse à la restauration parisienne et d'Ile-de-France.

A l’aube de la passation de flambeau, Guillaume s’affaire depuis 2012 à emboiter le pas de son père Anselme  tout en donnant une véritable identité à ses vins.


Au dessus du Gros Mont 
Pour ses 18 ans, Guillaume a reçu en cadeau de sa grand-mère une parcelle de 7,6 ares. Les vignes de Cramant datent d’avant 1950. La première vendange est de 2008 et n’a pas été mise en bouteilles mais en réserve. Extra-Brut Blanc de Blancs.
 
Largillier
Largillier est la seconde cuvée de Guillaume. Pour ce vin, il travaille avec les raisins de Jerome Coessens à Largillier dans l'Aube, qui lui confie une partie de ses plus beaux pinots noirs. Cette parcelle est en monopole. Sol type argilo calcaire, elevage de trois ans en tonneau sur lies. Blanc de Noirs.
 
 Cela fait 20 ans que la famille Selosse possède son propre système de culture, hors des recettes, en adaptation permanente avec les circonstances. Pour expliquer leur philosophie à la vigne, Anselme et Guillaume prennent l’exemple du cueilleur : « la forêt est le plus bel écosystème, on ne l’exploite pas, on vient simplement cueillir, prélever ce qu’elle offre.

« “Primum non nocere”. En premier ne pas nuire… Le serment d’Hippocrate… C’est l’homme qui apporte le plus de perturbations à la nature, il faut donc s’astreindre à intervenir le moins possible ».

La transmission est en marche et tels des athlètes, les deux hommes se passent le relais de la passion du vin, de la vigne et de l’épicurisme. Intègre, ouvert d’esprit et allant de l’avant, Guillaume s’apprête à laisser son empreinte dans l’histoire familiale avec des rêves, des ambitions et un charisme qui lui sont propres.
Ces vins sont disponibles à  la cave Legrand  de Paris rue de la Banque
 
 



 
 

Posté par stackanovins à 10:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 décembre 2019

concours de meilleur sommellier du monde 2022

La prochane édition se tiendra du 8 au 13 mai 2022  à PARIS

Posté par stackanovins à 15:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

code pour s'enregistrer à Wine Paris

 

MSPWP20

Posté par stackanovins à 11:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]


09 décembre 2019

Qui veut se former pour devenir dégustateur au concoirs des vignerons indépendants

Chaque année, les Vignerons Indépendants de France organisent un Concours des vins qui est axé sur le goût du consommateur. Ce Concours se déroulera à l’Espace Charenton (Paris 12e) les 13 et 14 mars 2020

Nous vous proposons de venir assister à nos formations dégustation Concours gratuitement pour que vous deveniez un dégustateur qualifié. Ces formations s’articulent en 2 modules.

Module 1 :
Connaître les mécanismes du concours des Vignerons Indépendants

Approcher la technique de dégustation d’un concours
Acquérir le vocabulaire d’une dégustation commentée

Votre programme
Le Concours des Vignerons Indépendants de France

Les règles pratiques de la dégustation
La dégustation commentée de Concours
Le vocabulaire de la dégustation de concours

Module 2 :

Dégustation et comparaison de 3 vins blancs et rouges

Utilisation du vocabulaire de la dégustation de Concours.

 

Ces formations sont dispensées par notre consultant œnologue à l’Ecole du Vin – 48 Rue Baron Le Roy 75012 PARIS.

Vous pourrez ainsi participer en tant que dégustateur à notre prochain Concours et médaillez les vins des vignerons indépendants.

Si vous êtes intéressé à participer au module 1 , cliquez sur le lien :

https://forms.gle/u6t6rrLgrLH4xeRx7

 

Chaque session dure 1H30 et ne peut contenir que 32 places. Cochez plusieurs dates de façon à ce que nous puissions vous satisfaire au mieux.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous contacter par mail concours@vigneron-independant.com

 

Cordialement

 

Anne CLAUDEL

Responsable opérationnelle Concours

 

Vignerons indépendants de France

18, avenue Winston Churchill

CS 60009

94227 CHARENTON-LE-PONT CEDEX

Tél : 01.53.66.33.09 - Fax : 01.53.66.33.01

 

 

 

 

 

Posté par stackanovins à 09:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 décembre 2019

salon de la RVF et salon des plaisirs gourmands porte de Champerret ainsi que le Grand Tasting de Bettane & Dessauve

salon de la RVF et salon des Plaisirs Gourmands porte de Champerret

Ceux qui se sont abstenu ont eu bien raison. Des revendeurs de fromage à 45 le kg, des vins de Bourgogne proposés par des négociants de Nuits Saint Georges dont on ne sait pas d'où ils sortent et un petit coin proposé par la RVF avec seulement 20 vignerons dont une majorité de champenois pour la majorité inconnus de nous.  Et que dire d'un négociant bordelais qui se permet de vendre en direct aux particuliers.

Le Grand Tasting au Carrousel du Louvre

Si Bettane & Dessauve sont incontestablement des dégustateurs hors pair, ils ont malheureusement été dévoyé par leur succès. Leur manifestation cette année souffre  de nombreuses carences. Pas de fontaines à eau ni de rince-verres à disposition des visiteurs à ma connaissance, quand aux crachoirs collectifs au milieu des allées, ils étaient d'une saleté repoussante. Ils devraient prendre exemple sur ce qui fait à Vinibio à Montpellier.. Les prix demandés au vignerons sont quand à eux manifestement prohibitifs et ceux de nombreuses régions qui vendent leur vin entre 10 et 15 € ne peuvent donc pas y participer. Pas de Marcillac ni de côte de Boudes ou de petits producteurs du Gers ou de la Côte roannaise entre autre. Quand aux producteurs d'eaux de vie à part un stand sur le Cognac, c'était le néant.

Par contre, c'est une des rares manifestations parisiennes où l'ont peu goûté des vins classés de Bordeaux comme Petit Village à Pomerol, Pichon comptesse de Lalande, Lynch-Bages à 33250-Pauillac,  même si certains ont perdu de leur superbe depuis 1855 comme Kirwan Lascombes,  ou sont à des prix déraisonnables comme Soutard en Saint Emilion à 86 € & Valandraud à 195 , également à Saint Emilion.


- Champagne Alexandre Bonnet à 10340-Les Riceys : Encore un intéressant producteur de l'Aube avec Harmonie de blancs 2015, une cuvée vineuse  à majorité de Pinot à 44 . En préparation une cuvée des 7 cépages.

- Charles  Joguet à 37220-Sazilly  en Chinon : D'intenses cabernets francs de garde à partir de 20  comme les Varennes du grand Clos. Vous pouvez acheter ces vins au salon des Vignerons indépendants.

- Agathe Bursin à 68250-Westhalten reste toujours ma passion en Alsace : Riesling Dirstelberg 2018 sur grès rose  à 12 €  à mettre immédiatement en cave &   en grand cru Zinkoepflé un Riesling sur grès particulièrement intense à 22 €.

- Henry Marionet en Tourraine avec des vins originaux comme Sève  noire en vignes nons greffées 2015 de Malbec à 35

- Famille Perrin à 84100-Orange dont les Chateauneuf du pape sont exceptionnels comme Beaucastel et sont prix à partir de 74

Et comme toujours un florilège de vignerons italiens

reproduction interdite © stackanovins 2019

 Pour plus de détails Contactez l'auteur

 

 

Posté par stackanovins à 14:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 décembre 2019

Salon des Outsiders et Champagnes par Millesima

Salon des Ousiders par J.M Quarin  : Ses choix recouvrent rarement les miens à une exception : Le Chateau Lajarre à 33350-Mouliets et Villemartin de Grégory Lovato. Ce Bordeaux supérieur de l'entre deux mers avec 80% de Merlot est une très belle découverte. Ce vin pourra se garder environ 5 ans. Le 2015 totalement fermé devra se faire attendre comme le 2017. Quand au 2016 il est à point  exceptionnel et meilleur que bien des bordeaux vendus le double. Tous ces vins sont vendus en direct 7 €. Précipitez vous.

Un invité champenois spécialiste du Pinot Meunier Piot Sévilano à 51700-Vincelles présentait des cuvées 2010 intenses entre 34 & 42 .

Millésima, négociant bordelais conviait pour 60 les parisiens à une dégustation-vente de Champagnes de grandes Maisons (par le prix). Des centaines de personnes grouillaient auprès entre autre de Krug dont la 167e édition de la Grande cuvée est une de mes grandes déception à 196 . On est bien loin des productions de Rémi Krug qui m'enthousiasmaient il y a 30 ans.

Quand à Dom Pérignon qui présentait son millésime 2008 à 175 le col, il en vend plus de 6.000.000  par an & l'objectif futur serait de 10.000.000. Pauvres buveurs d'étiquette.

le rosé de Ruinart vendu 70 est arrivé bon dernier à une dégustation de 10 rosés à laquelle j'ai participé pour le compte du magazine 60 millions.

Par contre, de jolis choses étaient présentées par de petites Maisons comme Jacquesson des frères Chiquet  avec leur cuvée 742 à 45 € ou Billecart Salmon, Bollinger qui produit les cuvées les plus vineuses marquées par leur terroir, Drappier, Delamotte à Ay filliale de Salon ou Ayala filiale de Bollinger.

Pour plus de détails Contactez l'auteur

reproduction interdite © stackanovins 2019

 

Posté par stackanovins à 19:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les aligoteurs

Si le cépage Chardonnay règne en majorité sur les blancs bourguignons, il y a quelques belles exceptions comme le Sauvignon à Saint Bris dans l'Yonne et surtout l'Aligoté que l'on trouve sur 302 ha dans l'Yonne sur 54 communes, 650 ha en Côte d'or sur 91 communes et 740 ha en Sône et Loire dont 52 ha uniquement sur Bouzeron sur 740 ha.

Le domaine le plus réputé est celui du co-gérant de la Romanée Conti Aubert de Villaine, géré par son neveu Pierre de Benoist et malheureusement pas présent lors de cette manifestation à La Cartonnerie.

Parmi la quarantaine de domaines présents, voici ceux que j'ai retenu pour vous :

- René Bouvier à 21220-Gevrey : le 2017  est un des plus intense que j'ai goûté, mais son prix est un des plus élevé aussi 15 car situé sur la côte de Nuits

- Eric Borgelot à 21190-Meursault : le 2018 Les belles côtes est un des plus prometteur de ce futur millésime à seulement 10

- Bret à 71680-Vinzelles : son futur 2018 préfigure un bel avenir mais est cher à 15 pour un vin du sud.

- Bersan à 89530-Saint Bris le Vineux est une des plus belles réussites avec un prix compétitif à 8,50 .

Parmi les vignerons invités externes à l'appellation 2 belles découvertes  :

- Les vins de la Madone  de Gilles Bonnefoy à 42600-Champdieu classés en AOP côtes du Forez & IGP Urfé : Un assemblage de Sauvignon gris et blanc 2018 prometteur à seulement 10 € en blanc. En rouge quelques rares Gamaret, Gamaret de Bouze & un Gamaret Chaudency sombre & intense à13,50 de la famille des Gamay teinturier.

- Domaine Sérol à 42370-Renaison   en Côte roannaise : encore du gamay teinturier avec le Gamay Saint Romain, Eclat de Granit 2018 à 10,50 €, ainsi qu'une exceptionnelle cuvée du même Eclat de granit  élevée en amphore

 

reproduction interdite © stackanovins 2019

 Pour plus de détails Contactez l'auteur

 

 

 

 

 

Posté par stackanovins à 15:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 novembre 2019

Benjamin Roffet succède à David Biraud

Benjamin Roffet  Chef sommelier du restaurant Jules-Verne à Paris, disputera la compétition organisée à Chypre dans un an. Une première pour celui qui a joué le rôle de suppléant à quatre reprises.

Si cinq candidats avaient postulé au titre de représentant de la sommellerie française pour le mondial disputé à Anvers en mars dernier, ce 25 novembre, dans les salons du restaurant Mavrommatis, à Paris, deux seulement étaient présents avec l’espoir  d’être présent à Chypre qui accueillera le concours Europe dans un an précisément. Venu en voisin du restaurant Jules-Verne où il occupe le poste de chef sommelier depuis la réouverture, Benjamin Roffet  a, en quelque sorte, conjuré le sort après avoir tenu le rôle de suppléant de David Biraud. Le voici donc dans la peau du candidat ! Le rôle de suppléant incombera à Dominique Laporte, sommelier-conseil basé en Roussillon.

Au cours d’une matinée d’épreuves avec notamment quatre Meilleurs sommeliers du monde pour membres du jury (Serge Dubs, Philippe Faure-Brac, Olivier Poussier et Andreas Larsson), les deux prétendants ont enchaîné une première phase par écrit et en anglais (questionnaire, commentaire de dégustation, identification de spiritueux) avant de poursuivre avec des exercices pratiques (ouverture de bouteille avec un bi-lames et service, dégustation et identification de vins, accords mets-vins). L’expérience et la préparation de Benjamin Roffet ont permis à ce sommelier originaire de la région stéphanoise, comme Gérard Basset de tirer son épingle du jeu.

Mais cette sélection n’est qu’un début ! Au-delà de l’entretien des connaissances sans frontières nécessaires, le candidat va également profiter du Team France coordonné par Olivier Poussier afin de lui donner un maximum de chances avec une préparation aussi intense que variée…

d'après Terrre de vins

Posté par stackanovins à 11:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 novembre 2019

Les marques viticoles du groupe LVMH

Filiale des vins et spiritueux du groupe Louis Vuitton Moët Hennessy (LVMH), Moët Hennessy marque une nouvelle étape de rapprochement avec le salon Vinexpo. Christophe Navarre, le président du conseil de surveillance de Vinexpo depuis 2017 ayant dirigé pendant vingt ans les cognacs Hennessy, puis l'ensemble de la branche Moët Hennessy. Le portefeuille des marques de Moët Hennessy comporte 21 maisons de Cognac (Hennessy), de Champagne (Moët & Chandon, Veuve Clicquot, Dom Pérignon, Ruinart, Krug, Mercier), de Provence (château du Galoupet), de vins du nouveau monde (Chandon, Newton, Terrazas de los Andes, Cloudy Bay, Cape Mentelle, Numanthia et Ao Yun), de tequila (Volcán De Mi Tierra), de vodka (Belvedere), de whisky écossais (Glenmorangie et Ardbeg), de bourbon (Woodinville Whiskey Company) .

d'après Vitisphère

Posté par stackanovins à 08:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 novembre 2019

L’AOC Cheverny étendue aux vignes du château de Chambord

L'aire d'appellation est étendue et compte maintenant 25 communes dont la commune de Chambord annonce le syndicat viticole de Cheverny .L’aire de l’appellation ligérienne englobe désormais la commune de Chambord, dont le premier vin sera commercialisé en 2020.

Pour les 500 ans de son implantation en val de Loire (en 1519, sur ordre de François premier), le cépage Romorantin connaît une renaissance au château Chambord, où il a été planté en 2015 et qui vient d’entrer dans l’aire d’appellation de Cheverny. L’appellation de Loir-et-Cher vient en effet d’intégrer la commune de Chambord dans son cahier des charges. Un seul opérateur viticole s’y trouvant, l’AOC s’étend aux 14 hectares de vignes du château de Chambord (au lieu-dit de l'Ormetrou, à 1 km du château). « La récolte 2019 du domaine de Chambord sera ainsi officiellement reconnu "Vin d'AOC Cheverny" annonce dans un communiqué le syndicat viticole de l’appellation Cheverny.

Après avoir ouvert en 2016 une maison des vins au cœur du monument historique, le syndicat viticole continue de miser sur le relai de notoriété du château de François premier. En février 2020, les premières bouteilles du vin de Chambord seront commercialisées. A terme, le potentiel de production du domaine devrait atteindre 50 000 cols. Ce qui s’annonce déjà insuffisant par rapport au 1,5 million de touristes accueillis annuellement par le monument.

En 2018, l’AOC Cheverny s’étendait sur 682 hectares de vignes pour 63 opérateurs et 39 100 hectolitres de vins produits.

d'après Alexandre Abllan de Vitisphère

Posté par stackanovins à 09:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le château Rollan de By quitte les crus bourgeois du Médoc

« Avec mes quatre propriétés, je faisais partie des poids lourds des crus bourgeois » parle, au passé, Jean Guyon. Face à la perspective de ne pas figurer au sommet du prochain classement, la propriété annonce en finir avec son statut de cru bourgeois.

Cru bourgeois exceptionnel ou rien. Après avoir été un candidat au classement quinquennal des crus bourgeois du Médoc qui szra pblié en février 2020 avec trois niveaux : cru bourgeois, supérieur et exceptionnel, le château Rollan de By a décidé de se retirer du processus de sélection. « J’ai posé un dossier et quand j’ai eu le retour des dégustations à l’aveugle, c’était pour me dire que mes vins étaient classés 4, hors des crus bourgeois. Mais une semaine après avoir réglé 500 euros [pour une nouvelle dégustation en appel], on me dit soudainement que mon château peut bien devenir un cru bourgeois. Mais qui sont ces dégustateurs ? Ce n’est pas sérieux ! » tempête Jean Guyon, à la tête des domaines Rollan de By.

Jugeant suffisamment installée auprès des critiques et consommateurs la réputation de sa propriété, Jean Guyon tablait sur un classement en cru bourgeois exceptionnel de son principal château (80 hectares pour 450 000 cols/an en AOC Médoc). Au-delà du dépit le poussant à se retirer malgré « l’idée formidable d’une hiérarchie pour redonner de l’élan aux crus bourgeois », Jean Guyon lâche les coups et ses critiques

"S'ouvrir au monde"

Pour lui, « le problème de ce classement c’est d’être porté par le jury de dégustation de QualiBordeaux. Personne ne sait qui sont ces juges, mais on est sûrs que ne s’y trouvent pas les grands critiques et sommeliers connus dans le monde. Il ne faut pas organiser derrière des rideaux des dégustations par une émanation de la filière bordelaise, mais s’ouvrir au monde avec un jury [d’influenceurs se réunissant] au grand jour. »

Ayant confiance dans la force de sa marque Rollan de By pour se passer de la mention cru bourgeois, le propriétaire compte maintenir le château Greysac cru bourgeois, ayant la possibilité d’obtenir la mention supérieure. Installé en 1989 à Bégadan avec deux hectares de vigne, Jean Guyon dirige actuellement les 192 ha et 1,2 million de cols des domaines Rollan de By (dont deux autres crus bourgeois : château la Clare et Tour Séran).

Lors des dernières foires aux vins, « Rollan de By était en une du catalogue Carrefour. Nous avons vendu 250 000 bouteilles en une semaine grâce à nos efforts commerciaux et au geste du distributeur » affirme Jean Guyon.

d'après Alexandre Abellan de Vitisphère

Posté par stackanovins à 09:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 novembre 2019

Choix rude parmi sept manifestations

Je me suis cantonné à Singuliers et aux Vins doux Naturels.

* Singuliers par Vinhop se tient tous les deux ans au Pavillon de l'Arsenal. Ce grossiste-importateur nous présente une sélection de très bons vignerons dont Domaine de la Janasse en Chateauneuf du pape , Clusel-rochNicolas Champagneu qui ne produit que 15.000 cols & bien entendu Gangloff  en Côte rôtie, Combier & ses 300.000 cols en Croze-Hemitage  ainsi qu'une dizaine de bons producteurs espagnols.  

J'ai comme d'habitude particulièrement apprécié le beau choix de vignerons champenois :

- Laherte à 51530-Chavot en particulier pour Les Vignes d'Autrefois un blanc de Pinot Meunier de 2014 dosé  à 3 gr, parfait pour accompagner un repas. Prévoir 50 €.

- Pouillon à  51160-Mareuil sur Ay avec une Solera depuis 1997  qui permet un exceptionnel rosé dosé à seulement 3 gr, ce qui est rare, mais qui se mérite aux alentours de 60 . 

- Savart à 51500-Ecueil : L'Ouverture un  pinot  noir dosé à 5gr avec une acidité exceptionnelle à base de 2016-2017 particulièrement réussi. Compter 38 .

- Suenen à 51530-Cramant : Oiry BdB grand cru à base de 2016 dosé à 2gr.

A remarquer également  Dehours à 51700-Mareuil le port et  Marguet à 51150-Ambonnay de 40 à 140 .

 *Vins doux Naturel du Roussillon au Ritz  :

- Mas Amiel à 66400-Maury : seul le 1969 avait été élevé par le prédécesseur de l'actuel propr!étaire Olivier Decelle, Charles Dupuy et méritait donc de l'intêret.

- Gérard Bertrand à 11100-Narbonne présentait différents Rivesaltes Ambré. Cependant il faut savoir qu'il ne posséde pas un seul pied de vigne dans cette belle appellation.

- Cave de l'Etoile à 66650-Banyuls : Banyuls 1950 tout en finesse

- Chateau Las Collas à 66300-Thuir : Rivesaltes Ambré 1945 tout en fraicheur & distinction

- Domaine Puig à 666300-Passa un de nos préférés qui présentait des Rivesaltes tuilé tous magnifiques avec  une prédilection pour le 1947 éblouissant et le 1914 encore émouvant.

- Domaine  Rancy, famille Verdaguer à 66720 -Latour de France : Ses Rivesaltes Ambré me font damner depuis plusieurs années; J'ai gouté les 5 millésimes présentés. Le " jeune" 1998 m'a enthousiasmé avec un nez envahissant de plaisir  et une bouche suave. Le 1952 est arivé à maturité mais mon souvenir le plus extraordinaire remonte à quelques années pù j'avais été ébloui par un exceptionnel 1948 mais  il se faisait désirer à 300

 

Avec l'aimable collaboration de R.B

 

reproduction interdite © stackanovins 2019

 

 Pour plus de détails Contactez l'auteur

 

 

 

 

 

Posté par stackanovins à 15:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 octobre 2019

Le château Figeac regagne sa marque, mais pas son monopole

N’étant plus sur la sellette, le cru classé va devoir partager son nom avec les châteaux Cormeil-Figeac et Magnan-Figeac, selon le privilège de ténement validé par la Cour d’Appel de Bordeaux. Du moins si le château Figeac ne se pourvoit pas en cassation.

L'arroseur ne sera pas arrosé. L’arrêt du 29 octobre de la cour d’Appel de Bordeaux met fin aux risques juridiques encourus par la marque château Figeac en particulier (grand cru classé de Saint- Émilion appartenant à la famille Manoncourt), et tous les utilisateurs du terme château dans leur marque. Présidente de la première chambre civile de la Cour d’Appel, Béatrice Patrice infirme la déchéance de la marque château Figeac jugée par le Tribunal de Grande Instance de Bordeaux il y a trois ans.

Détricotant le jugement de première instance, la magistrate reconnaît également le droit à revendiquer le terme Figeac dans leurs marques des châteaux Cormeil-Figeac et Magnan-Figeac (AOC Saint- Émilion grand cru, propriétés de la famille Moreaud). « La décision reconnaît les droits historiques et le privilège du tènement en faveur de mes clients. Cette décision rejette la tentative adverse de réduction à un périmètre "agréé et approuvé" par le château Figeac. Ce qui se situe dans la conformité avec les arrêts de principes et la jurisprudence centenaire de la Cour de Bordeaux » souligne maître Caroline Lampre, l’avocate des deux châteaux assignés pour déceptivité par le château Figeac depuis 2012. « Le château Figeac regrette que la Cour n’ait pas confirmé le jugement en ce qu’il avait reconnu le caractère trompeur des marques des domaines de Cormeil et de Magnan [...] et va examiner dans les prochains jours avec ses conseils l’opportunité d’un pourvoi en cassation » précise un communiqué de la famille Manoncourt.

Privilège du tènement

La demande de nullité des marques Cormeil-Figeac et Magnan-Figeac a été rejetée en appel par « application du principe prétorien dit du "privilège du tènement",  [impliquant] qu'à certaines conditions, le nom d'un vin puisse incorporer le toponyme correspondant aux parcelles dont il est issu, et ce, quand bien même une autre marque viticole aurait été antérieurement déposée en référence au même toponyme » conclut l’arrêt de Béatrice Patrice qui se base notamment sur des cartes et actes notariés du XVIIème siècle pour « retenir l’appartenance des parcelles exploitées par les défendeurs au tènement de Figeac », constitué à l’origine de 200 hectares de vigne (avant de se réduire à 38 ha plantés du château Figeac, à la suite de ventes successives).

 

"Vinifications séparées"

Si le « caractère hautement distinctif dans le domaine viticole du toponyme Figeac » est remis en cause pour les châteaux Cormeil-Figeac et Magnan-Figeac, le château Figeac peut être soulagé par cet arrêt qui rétablit son droit à utiliser sa propre marque. Dans un rebondissement inattendu, le tribunal avait conclu en première instance à la déchéance des marques château Figeac, château de Figeac, la Grange Neuve de Figeac et Petit Figeac « faute de vinification séparées » causant une tromperie du consommateur par rapport aux cahiers des charges AOC.

Comme le rappelle la cour d’Appel, « malgré les diverses sommations de communiquer qui lui avaient été adressées par ses adversaires et l'incident aux fins de communication qui avait été fixé en cours de procédure, le GFA demandeur n'avait jamais fourni une telle preuve ». La traçabilité de la propriété ayant été prouvée par des registres, la déchéance des marques est infirmée en appel. « La Cour a confirmé que l’exploitation du domaine château de Figeac était parfaitement conforme à la règlementation et aux règles de l’art » estime un communiqué de la famille Manoncourt.« La Cour a confondu la traçabilité de la récolte et celle des vinifications, y compris avec des châteaux extérieurs » regrette pour sa part maître Lampre.

Ayant par le passé attaqué nombre de ses voisins pour utilisation de la mention Figeac, le cru classé n'a pas réussi à confirmer son monopole sur son nom cette fois, mais a réussi à ne pas y perdre de plumes. Si le château Figeac se réserve le droit de se pourvoir en cassation, la propriété « entend aujourd’hui consacrer toute son énergie à porter plus haut encore, la qualité du vin château-Figeac » alors que l'ouverture approche pour les travaux du classement de Saint-Émilion de 2022. Ce jugement d'appel « devrait freiner les croisades d’épurations intempestives après des siècles de coexistence » conclut pour sa part maître Lampre, pour qui « il n’aurait pas fallu nous attaquer ».

d'après Alexandre abellan de Vitisphère

Posté par stackanovins à 09:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 octobre 2019

Les vins de Provence inventent le salon régional sur mesure Air Provence

Son nom avait déjà été dévoilé au printemps dernier. Air Provence est l’évènement professionnel provençal destiné à accompagner la montée en gamme de la région. Organisé par l’interprofession, il invite les acteurs du trade et les prescripteurs français (sommeliers et journalistes) à venir passer deux jours en Provence. Sur deux « terminaux », le Château Sainte-Marguerite et le Château Font du Broc, 200 producteurs, caves coopératives et négociants présenteront un millier de cuvées. Mais pas que... Selon leurs désirs, les « passagers » pourront participer à des circuits de visite au cœur du vignoble, à des soirées évènementielles, des masters class et faire part de toutes leurs attentes à l’organisation qui se mettra en quatre pour y répondre.

L’évènement est annoncé les 6 et 7 avril 2020, soit un bon mois après Wine Paris. Mais aussi, aux mêmes dates que le salon professionnel régional que mitonnent les interprofessions du Languedoc, du Roussillon et des pays d’Oc. Ce dernier doit se tenir à Narbonne et s’attend à réunir 500 exposants. Le salon, qui devrait annoncer très prochainement son nom officiel, affichera ainsi l’offre la plus diversifiée du Languedoc sur un salon professionnel. A noter également que Bien Boire en Beaujolais, salon professionnel du beaujolais, sera quant à lui organisé sur les 7 et 8 avril. Ce calendrier d’évènements régionaux qui s’entrechoque est-il une mauvaise chose ? « Cela peut permettre de créer des synergies pour que les acheteurs passent une journée dans une région, une journée dans une autres » note un observateur philosophe

d'après Marion Sepeau Ivaldi de Vitisphère

Posté par stackanovins à 09:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Avant même sa première édition le nouveau salon des vins méditerranéens change de nom

Le salon Vinimed devient Vinomed pour « éviter toute confusion avec d’autres événements qui ont pu se dérouler à Montpellier dans le passé » explique dans un communiqué Olivier Darras, le directeur associé de Break Events. Qui connait bien le salon Vinisud pour l’avoir dirigé de 2002 à 2006 et s’être impliqué sur les évènements asiatiques d’Adhesion Group (notamment propriétaire des salons Vinisud, Vinovision et Wine Paris). Si Vinomed compte bien combler le vide laissé par le salon interprofessionnel Vinisud (ayant rejoint Wine Paris), le nouvel évènement souhaite affirmer sa distinction. Même si ses organisateurs ne souhaitent pas préciser l'origine de cette modification.

Visant 300 exposants pour 2 500 visiteurs les lundi 27 et mardi 28 avril 2020 au parc des expositions de Montpellier, Vinomed se définit comme « le salon grand export des vins et de l’œnotourisme en Méditerranée ».  « l’esprit de notre salon reste inchangé. Nous offrons aux vignerons de la région un salon professionnel export, orienté grand export Asie avec un volet œnotourisme qui le différencie de tout autre événement » annonce Olivier Darras, qui promet à ses exposants des rendez-vous avec la centaine de membres d’une délégation venue d’Asie-Pacifique et la présence d'une cinquantaine d'agences de voyages et tour-opérateurs.

 Vinomed est fondé par Olivier Darras , Bruno Coffinières et Linh-Tri Phan. Tous trois ont travaillé pour Vinisud en particulier et Adhesion Group en général. Le premier en tant que directeur de Vinisud, le second en tant que directeur technique et logistique des évènements vins de 2000 à 2018, le troisième sur les conventions internationales des vins de Cannes, du Languedoc-Roussillon, des Côtes de Bordeaux...

d'après Alexandre Abellan de Vitisphère

Posté par stackanovins à 09:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 octobre 2019

le bistro Au Village des Ternes

Niché au 7 rue Guersant dans le 17e, ce bistro est à la foi une table sympathique et un marchand de vins dont la volumineuse carte  vous propose au moins 120 champagnes de "climats" et de lieux dits. N'y cherchez pas de Champagnes de maison. Par contre, vous y trouverez des allocations quasi introuvables ailleurs à prix presque raisonnables comme Egly Ouriet ou Sélosse entre autre. Les prix indiqués sur la carte sur le mur sont pour une consommation sur place. Comme la maison est ouverte du lundi au vendredi jusqu'à minuit, c'est le lieu idéal pour se procurer en urgence la belle bouteille qui vous manque en dernière minute. dans ce cas, les prix sont minorés de 20 à 25%. La plupart des classiques vous seront facturés entre 75 et 80€ à la table

Le patron et chef  ancien de chez Sanderens vous propose une cuisine rustique de qualité. Nous y avons récemment mangé un persillé de boeuf Black Angus en provenance des USA, très goûteux et généreusement servi . La portion faisait environ 300 gr  pour 20€. Il y avait à une autre table un ris de veau fort appétissant. On trouve également un plat peu connu en France, le cochon Pluma Ibérico que j'ai eu l'occasion de découvrir récemment et c'est d'une grande finesse. Nous avons eu le plaisir de boire pendant ce copieux repas 4 champagnes différents :

- Gérome Coessens à ville sur Arce dans l'aube au liu dit largillié : un splendide blanc de noir dosé à 6 gr mais compensé par une belle acidité, facturé 70€, une belle mise en bouche.

- Eric Rodez à Ambonnay : encore un magnifique blanc de noir dosé à 4 gr à 75€.

- Dehours à Mareuil, lieu dit Les Genevreaux à Troissy :  un splendide 2006 extra brut dosé à 3gr et dégorgé en 2014 grandiose à 75€.

- Maurice Grummier à Vanteuil : encore un explosif 2006 dosé à 4 gr à 70€.

Ce fut une soirée mémorable. Vous y trouverez également de beaux vins tranquilles de bien d'autres régions. Y étant repassé aujourd'hui pour y prendre les photos çi-dessous, j'y ai bu un Volcelist 2014 de chez J.YMilaire à Fronsac qui est un sauvignon atypique et surprenant.

 

DSCF1796

DSCF1798

DSCF1799

DSCF1800

DSCF1801

DSCF1803

DSCF1804

DSCF1805

reproduction interdite © stackanovins 2019
Pour plus de détails :  Contactez l'auteur 

Posté par stackanovins à 15:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 octobre 2019

A vos agenda

Un grand événement oeno-culturel autour du champagne se tiendra à Paris

Après le Champagne Day, un autre événement va faire bouger la planète Champagne au mois de juin. Du 3 au 7 juin 2020, les jardins du Trocadéro accueilleront « Le Champagne aime Paris », une « exposition oeno-culturelle » de 6000 m2 qui mettra en scène le champagne et la Champagne. Initié par Bertrand Trépo, viticulteur dans la Marne, avec la collaboration de Pierre-Eric Jolly, vigneron aubois, et Olivier Gratiot, viticulteur de l’Aisne, ainsi que de Jean-Philippe Franqueville, consultant, cet événement a pour objectif de faire rayonner le champagne dans un lieu qui accueille 70 000 touristes par jour dont 80 % sont étrangers.

Le ticket d’entrée sera proposé à 20 € et comprendra une flûte personnalisée, 3 dégustations et l’accès à un spectacle. 80 viticulteurs de toutes les régions champenoises et 10 maisons de champagne seront présentes au Trocadéro pour faire déguster leurs vins et pour échanger avec les participants. De nombreuses animations et espaces informatifs sont prévus, dont un dôme avec un spectacle de danse de 15 minutes « autour des bulles » ou encore un restaurant éphémère orchestré par deux grands chefs, l’un parisien  - Yves Cambdeborde – l’autre champenois, Arnaud Lallement. L’objectif, ambitieux, est d’accueillir 100 000 visiteurs pour cette première édition.

d'après Marion sepeau Ivaldi  de Vitisphère

Posté par stackanovins à 12:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 septembre 2019

La Winerie Parisienne va sortir ses premières bouteilles

Ile-de-France : trois vignobles vont voir le jour

La réglementation européenne permet depuis peu de planter des vignes à but lucratif dans le bassin parisien. Trois vignobles sont en cours de création.

Julien Bengué (31 ans), Julien Brustis (28 ans) et Adrien Pélissié (31 ans) dans leur parcelle de 3 hectares tout juste plantée de jeunes ceps à Davron (Yvelines).

Julien Bengué (31 ans), Julien Brustis (28 ans) et Adrien Pélissié (31 ans) dans leur parcelle de 10 hectares tout juste plantée de jeunes ceps à Davron (Yvelines).

Sur les coteaux d'Ile-de-France, les choses étaient claires, rectilignes comme des rangées de ceps : avant le 1er janvier 2016, les 150 et quelques microvignobles d'Ile-de-France, souvent des parcelles municipales ou associatives, produisaient tous du "vin franc", un alcool qui ne peut être commercialisé. Une exception, les cuvées de blanc de Suresnes (environ 4.000 bouteilles par an). Le célèbre vin de Montmartre, issu d'un terrain de 0,75 hectare seulement, ne peut être vendu qu'au bénéfice des œuvres caritatives de la mairie du 18e.

Il y a dix-huit mois, la réglementation européenne a changé et permet, depuis, de planter des ceps partout afin de produire et vendre des nectars comme dans les grandes régions viticoles. Des pionniers se sont engouffrés dans cette nouvelle voie et ont demandé des droits à planter, à commencer par trois mousquetaires, âgés de plus ou moins 30 ans. Julien Brustis, Julien Bengué et Adrien Pélissié ont lancé en 2015 la Winerie parisienne : ils ont commencé par assembler des vins d'abord à Paris, puis à Montreuil dans un hangar. Les raisins sont cueillis dans différents vignobles de province, tel le Bordelais, et montent le lendemain en cagettes sur Montreuil, où ils sont pressés, puis vinifiés. "Nous créons des vins de marque assemblés à Paris, explique Adrien Pélissié. Mais nous voulions lancer un vin de terroir, élever nos propres raisins. Nous faisons le pari de réveiller le terroir d'Île-de-France, un vignoble historique, en proposant des vins qui représentent le goût du lieu."   
Certains ont montré qu'on pouvait vinifier du vrai vin, et que ce n'était pas que du folklore

L'Ile-de-France a été une grande région viticole (42.000 hectares), avant les ravages du phylloxera à la fin du XIXe siècle et de la poussée immobilière concomitante qui a dévoré des parcelles. Mais le vin produit, du blanc, souvent du Guinguet servi dans les… guinguettes, était une piquette dont on disait "qui en boit une pinte en pisse quatre!". Après la destruction du vignoble francilien, des amateurs épaulés, parfois par des pros, ont récréé des microvignobles au cours des dernières décennies. La vigne de Montmartre a été replantée en 1932. "Certains ont montré qu'on pouvait, avec des techniques au top comme à Suresnes ou à Sannois, vinifier du vrai vin, et que ce n'était pas que du folklore", explique Ghislain Pagès, fondateur d'Oenodyssée, une agence d'événementiel autour du vin qui connaît bien les vignes franciliennes. Selon lui, la production de Suresnes n'est "pas mal du tout". "C'est un blanc légèrement moelleux, comme en Touraine, avec une acidité parfois trop marquée si l'année n'a pas été assez ensoleillée."

Les premières cuvées de rouge en 2020

Ces pionniers ont, en tout cas, montré que c'était possible en région parisienne. "On peut faire des choses intéressantes ici", estime Julien Brustis, l'œnologue de la Winerie parisienne. Lui et ses associés ont planté, au printemps 2017, 10 hectares à Davron, un village des Yvelines. Ils ont créé ce qui est pour l'instant le plus grand vignoble d'Île-de-France. Ils vont encore planter 20 hectares dans les trois ans à venir! "Nous faisons même le pari du rouge, ajoute Julien Brustis. Le réchauffement climatique permet de miser sur des terres plus au nord. Nous pensons que nous pourrons élaborer un vin qualitatif, une cuvée souple, élégante." Premières bouteilles vendues en 2020.

A Heaulme, dans le Vexin, Bruno Lafont, 67 ans, fait le même calcul basé sur l'évolution du climat. Il a également demandé des droits à planter, a mis en terre en avril 3.500 ceps sur un hectare et compte produire du pinot noir, à récolter en 2020. "L'aventure, à la fois angoissante et excitante, commence. Il faut d'abord investir beaucoup, en travaillant ses vignes, et financièrement aussi, avant d'avoir un retour plusieurs années plus tard." Tables de tri, cuves, tonneaux, pressoir : ce passionné, hyperactif, a dépensé près de 100.000 euros pour son futur Clos Férout.

On pense même que des touristes venu du monde entier pourraient venir visiter notre exploitation

Plus à l'est, dans la Brie, un vigneron bordelais, Pierre-Gilles Gromand-Brunet d'Evry, propriétaire dans le Médoc du Château Lamarque, va planter 4 hectares de cépages rouges dans les deux ans qui viennent. "Ma femme et moi voulons ressusciter un vignoble qui existait dans le village d'Evry. Nous sommes en train de tester les sols. Nous disposons de terrains en pente pas mal exposés." La famille d'Evry bénéficie aussi d'un savoir-faire exceptionnel grâce à son cru du Médoc.

Tous ces nouveaux vignobles comptent accueillir les visiteurs, que ce soit à Davron, dans le Vexin ou à Evry-les-Châteaux en Seine-et-Marne, où Pierre-Gilles d'Evry veut ouvrir un conservatoire de la Brie dédié au fromage et au vin. "La viticulture intéresse les citadins, on pense même que des touristes venu du monde entier pourraient venir visiter notre exploitation" imagine Adrien Pélissié. Pour Patrice Bersac, président de Vignerons franciliens réunis, pas de doute : "Il y a une demande culturelle autour de la vigne, qui est festive. Il y a également une demande commerciale pour des vins locaux caractéristiques de la région." Son association a déposé une demande d'inscription géographique protégée à l'Inao qui est en cours d'instruction. "Nous espérons l'obtenir début 2018." De quoi peut-être pouvoir mettre sur les étiquettes, lors des premières cuvées en 2020 : "Vins d'Île-de-France".

d'après le J.D.D

Si le chai installé en 2015 fut une première étape dans le renouveau d’une tradition que la capitale avait perdue depuis quelques décennies, la Winerie Parisienne fondée par Adrien Pélissié, Julien Bengué et Julien Brustis passe un cap supplémentaire en cette rentrée avec le lancement de ses premières vendanges. Après les raisins issus de grandes régions viticoles françaises sélectionnés pour être vinifiés aux portes de Paris, voici que ce trio de passionnés s’apprête à récolter les fruits de la vigne qu’ils ont plantée en 2017 dans la plaine de Versailles, à Davron. « Premier vignoble professionnel d’Ile-de-France depuis la crise phylloxérique », ce domaine tricote une nouvelle histoire viticole dans une région qui fut jusqu’à la fin du XIXe siècle l’un des plus grands vignobles de France, avec 40 000 hectares de vignes.

Julien Brustis, Adrien Pélissié et Julien Bengué, les trois fondateurs de la Winerie parisienne, ont réalisé leur rêve : ils vont produire un vin 100 % francilien.

Les premiers vins en 2020

Ce nouveau vignoble, qui intègre « les enjeux de la viticulture de demain » en alliant précision, savoir-faire traditionnel et respect de l’environnement, a été inauguré la semaine dernière en présence de Pierre Bédier, président du conseil départemental des Yvelines. Projet soutenu, entre autres partenaires, par bettane+desseauve, le domaine de la Winerie Parisienne compte pour le moment dix hectares et la première récolte (issue des cépages chardonnay, chenin, pinot noir et merlot) donnera des vins 100 % issus de l’agriculture francilienne. En attendant la certification bio qui interviendra au prochain millésime, au sortir des trois années de conversion exigées. En jachère depuis quinze ans, la parcelle choisie par la Winerie a en effet été entretenue mécaniquement sans produits chimiques de synthèse.

Le millésime 2019 en Ile-de-France

« Les conditions ont été particulièrement propices à la viticulture. Le cycle de la vigne a démarré fin avril, des nuits fraîches en mai ont conduit à un développement sans avance jusqu’à fin juin où soleil et pluie s’équilibrent, permettant une belle floraison mi-juin. L’ensoleillement en juillet a permis à la végétation de s’épanouir sans souffrir de la sécheresse grâce à l’argile des sols. Chaque cépage dispose de son rythme et de ses spécificités et les raisins devraient être dans des conditions optimales fin septembre et début octobre. » Avec un objectif de 10 000 bouteilles pour ce premier millésime, et en visant à terme une production approchant les 150 000 cols, la Winerie Parisienne proposera des cuvées mono-cépage afin d’offrir l’opportunité aux amateurs de redécouvrir ces cépages connus « sur un nouveau territoire avec une nouvelle typicité. »

L’engagement du département des Yvelines

Président du conseil départemental des Yvelines, Pierre Bédier souligne l’importance de l’agriculture locale : « Nous sommes fiers de nos agriculteurs. Ils sont indispensables au dynamisme économique des Yvelines, ils font vivre de nombreux villages. On leur doit la qualité de notre alimentation, la diversité de nos paysages et la richesse de nos terroirs. » Pour maintenir une agriculture de qualité, respectueuse de l’environnement et compétitive, ce département qui se place au second rang des départements agricoles d’Ile-de-France apporte depuis de nombreuses années des soutiens significatifs (500 000 euros d’aide aux agriculteurs par an). Le conseil départemental subventionne des projets d’investissement des entreprises agricoles en lien avec la chambre d’agriculture et soutient les agriculteurs (blé) engagés dans une démarche éco-responsable pour diminuer l’utilisation de produits phytosanitaires.

d'après A.Couture de En Magnum

Posté par stackanovins à 15:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]