mes plus belles dégustations oenologiques... ou les pire

19 septembre 2017

Le programme de septembre & octobre

21 octobre baptême du Chablis 2017 à partir de 10h30

28 octobre au 1er novembre Salon du Chocolat porte de Versailles

11 & 12 novembre  Rencontres des cépages modestes Saint-Côme-d'Olt 

18 & 19 novembre foire aux harengs et à la coquille Saint Jacques Dieppe

 

3 & 4 février 2018 Percée du Vin Jaune à l'Etoile  voir l'article spécifique

5 & 6 février 2018 Salon des Vins de Loire à Angers

12 au 14 février 2018 Vinovision Paris

16 &17 mars 2018 concours des vignerons indépendants

18 & 19 juin 2018 Bulles expo Paris

Pour les dates des foires aux vins d'automne,  voir la fiche spécifique

septembre

21 les crus bourgeois chez Artcurial à partir de 20h 29€ inscription Le Figaro                                                                             22 au 24 avenue des Ternes                                                                                                                                                          22 La vigne · les cépages · les vendanges · les terroirs chez Soif d'ailleurs 19h30 45€

22 les vins lauréats  du Chili  sur inscription me contacter                                                                                                          23 & 24 whisky live cité de la mode paris 13e                                                                                                                             23 & 24 Chevilly-larue marché campagnard                                                                                                                               23 & 24 fête du vins Bagneux                                                                                                                                                         22 au 24 Pari fermier parc du chateau de Méry sur oise                                                                                                            22 au 24 fête de la gastronomie Melun
24 & 25 métiers  de bouche  pte versailles hall 4 pro me contacter pour s'inscrire                                                                      25 Secraie, l'association des vignerons du Sézannais de 16 à 20h sur inscription me contacter
29 au 1 octobre salon du goût Puteaux
29 au 1er octobre Journées de la Fourme de Montbrison et des Côtes du Forez 42600-Montbrison
30 au 2 octobre marché paysan Poissy

 octobre

2 Les alcools par Dugas musée des Arts forains sur inscription préalable

3 ou 4  1,23 hectares de l’excellence alsacienne pour une cuvée d’exception Addict comme ce  terroir sur lequel la cuvée a été sélectionnée : Altenberg de Bergheim par  Gustave Lorentz dîner à partir de 19h30 sur inscription me contacter

6 au 8 vins & gastronomie L'Hay les roses

7 fête du Brie Melun

7 fête des vendanges Beauchamp

9 Wine tour Gault & Millaut 9h à 18h  sur inscription me contacter

11 au 15 Fête des vendanges Montmartre 

13 au 15 Clamart

13 au 15 Pari Fermier champerret

13 au 15 Rambolivins hippodrome Rambouillet

14 & 15 fromages à Meulan

14 & 15 Villeparisis

15 fête des vendanges et de la gastronomie, Place du marché, Milly-la-Forêt, 91490  

15 finale master of port                                                                                                                                                                16 Les climats de la côte chalonnaise sur inscription me contacter

17 Force 4 pavillon Kléber rue Cimarosa sur invitation

18 Les vins de Madère  à partir de 15h30 sur inscription me contacter

19 Languedoc Roussillon par Alain Ségelle au Délirio paris 11e à partir de 15h 30

20 au 23 Chartres

20 au 23 vivez nature Event center Paris 19e

21 & 22 Vins et gastronomie Noisy le grand

27 & 28 Pari fermier parc floral Vincennes

 

Posté par stackanovins à 18:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Les AOC gagnent un peu de liberté d’irriguer

Le nouveau décret permet aux vignes AOC d'utiliser les systèmes d'irrigation enterrée. Une manière de donner davantage de solutions technique. 

Publié le 11 septembre dernier, le décret sur l’irrigation change les règles en matière d’alimentation hydrique. Et ajoute un peu de cohérence agronomique dans la gestion du stress hydrique des vignes AOC.

« C’est une véritable satisfaction que ce dossier aboutisse après six à sept ans de travail » souligne Bernard Angelras, président des Costières de Nîmes et chef de file du sujet à l’INAO. Le 10 septembre a été publié le décret modifiant les règles d’irrigation des AOC. Le texte introduit plusieurs modifications. Il est désormais autorisé d’irriguer du 15 juin à la vendange et non entre le 15 juin et le 15 août, comme la réglementation le prévoyait jusqu’alors. Cet allongement des dates d’autorisation permettra d’éviter les effets de blocage de maturité et de défoliations précoces en fin de cycle, comme on a pu le voir cette année. Le texte autorise également les systèmes d’irrigation enterrée. Et c’est aussi un soulagement pour les producteurs. « Les canons à eau induisent une utilisation supplémentaire de produits phytosanitaires car il humidifie les feuilles, favorisation les contaminations fongiques. Les systèmes de gouttes à gouttes hors sols sont attaqués par les lapins » explique Bernard Angelras. « Et ills empêchent le travail des bineuses sous le rang » ajoute Philippe Pellaton, président des Côtes du Rhône.

Des hausses de rendements possibles pour les vignes non irriguées

Enfin, le texte introduit la notion d’hétérogénéité des terroirs, en permettant des rendements différenciés entre les parcelles irriguées et celles non irriguées. « Désormais, les parcelles irriguées devront respecter le rendement de base tandis que les parcelles non irriguées (dans des terroirs plus frais) pourront procéder à des dépassements de rendement » se satisfait Philippe Pellaton. Ce devrait être l’appellation Ventoux qui devrait être la première appellation à bénéficier de ces nouvelles décisions en matière de rendement. Elle avait formulé une demande en ce sens durant l’été. À ce moment-là, elle agissait par vocation politique, souhaitant souligner que le décret se faisait un peu trop attendre. Finalement, son vœu aura été exaucé. Le Comité national de l’INAO du 14 septembre n’a pas trouvé matière à redire à ce qu’elle ait deux rendements cette année.

d'après Vitisphère

Posté par stackanovins à 09:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 septembre 2017

Les alcools par France Quintessence chez Ledoyen

On trouve ici beaucoup d'entreprises peu ou pas connu. comme : Distillerie des alpes, Distillerie du golf, cognac Fany Fougerat, cognac Conte & fils, Distillerie Bercloux, Rhéta vodka issue de pommes de terre de l'ile de Ré, cognac Augier depuis 1643, Denoix liquoriste à Brive la gaillarde, Julien Chopin une particularité le Ratafia de Pineau Meunier élevé en soléra, Veuve Capet vodka champenoise à base à base de Chardonnay de la côte des blancs, Domaine des Hautes Glaces pour ses whiskies, whisky Armorik, Mattéi l'apéritif corse, G.Rozelieures le whisky lorrain, Aqua l'eau de vie bordelaise et bien d'autres encore et toujours La Gabarre avec cette année  un beau cognac 1935 et chez Manguin une poire willliams à base de Williams rouge, rare et étonnant.

Pour plus de détails, voir notre article du 13 septembre 2015

Contactez l'auteur

reproduction interdite © stackanovins 2017

 

Posté par stackanovins à 09:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 septembre 2017

Le monde du Chasselas à l'O.I.V

 Le Chasselas également connu sous le nom de Gutedel en Allemagne et Fendant dans le canton du Valais en Suisse produit des vins à de rares exception près sans grand intêret que j'appellerai plutôt eau colorée. Cela s'explique facilement par le fait q'un rendement de 120 hl/ha est autorisé en Suisse. Le plus gros pays producteur est la Suisse et plus particulièrement autour de ses lacs ; Léman et Neufchatel. la quasi totalité de la production est consommée sur place en apéritif. On en trouve également au Canada, en Alllemagne et en France en particulier en Savoie. Le plus gros producteur français est incontestablement le domaine de Ripaille à 74100-Thonon les bains qui en produit 130.000 cols mais avec un rendement de seulement 65hl/ha ce qui en fait presque le seul buvable et  à un prix raisonable de 7,40€ le col alors qu'en Suisse on est plus proche de 20 chf. Dizerens à 1095-Lutry produit un des seuls chasselas classé Calamin Grand cru au dessus de Vevey. Il produit 10.000 cols à 2 gr de sucre résiduel et 3,4 gr d'acidité. Une jolie robe dorée et un nezaux notes de sureau et de pêche blanche et une bouche quasi inexistante comme la plupart de ses congénères. 14,50 chf le col.

Voir également mon article sur le même sujet le 2 octobre 2015

Contactez l'auteur

reproduction interdite © stackanovins 2017

 

Posté par stackanovins à 17:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 septembre 2017

Les domaines de l'année par Bettanne & Dessauve

LE NUMÉRO 1 DE L’ANNÉE
Château Mouton-Rothschild
LES PRODUCTEURS DE L’ANNÉE (Top 10)
Domaine Louis-Claude Desvignes
Château Tertre-Roteboeuf
Domaine Leroy
Domaine de la Vougeraie
Laurent-Perrier
Domaine André et Mireille Tissot – Stéphane Tissot
Domaine Thibaud Boudignon
Château des Tours
Famille Perrin
Domaine de l'Île
LA CONFIRMATION DE L’ANNÉE
Château Marquis de Terme
LA PROGRESSION DE L’ANNÉE
Piper-Heidsieck
LE GRAND RETOUR
Mas Conscience
LE DOMAINE BIO DE L’ANNÉE
Domaine de l'Oratoire Saint-Martin
LA SIGNATURE DE L’ANNÉE
Dauvergne Ranvier

 

LES VINS DE L'ANNÉE
LES VINS NUMERO 1
Domaine Chanson Père et Fils
Beaune premier cru Clos des Mouches 2015, rouge
Beaune premier cru Clos des Fèves 2015, rouge
Beaune premier cru Les Grèves 2015, rouge
VINS DE L’ANNÉE (Top 10)
Château Cos d'Estournel Saint-estèphe 2014, rouge
Château Suduiraut Sauternes 2015, blanc
Domaine J.A. Ferret
Pouilly-fuissé Hors Classe – Tournant de Pouilly  2015, blanc *
Pouilly-fuissé Tête de Cru Clos des Prouges 2015, blanc
Champagne Jacquesson Champagne Dégorgement Tardif N°736 Extra-Brut NM
Domaine Peyre Rose Languedoc Syrah Léone 2007, rouge
Domaine Cosse Maisonneuve Cahors La Marguerite 2014, rouge
Domaine Jean-Louis Chave Hermitage L'Hermitage 2014, blanc
L’ÉMOTION DE L’ANNÉE
Domaine René BouvierMarsannay Champs Salomon 2015, rouge
LA RÉVÉLATION DE L’ANNÉE
Champagne de Castelnau Champagne Hors Catégorie NM
LA CONFIRMATION DE L’ANNÉE
Clos Venturi Corse Clos Venturi 2015, blanc
L’EXPRESSION DU TERROIR
Mas Jullien Terrasses du Larzac Autour de Jonquières 2014, rouge
LA BELLE SURPRISE
Clos Saint Vincent Bellet Vino Di Gio 2015, rosé
LE VIN À METTRE EN CAVE
Domaine Anne et Hervé Sigaut Chambolle-musigny premier cru Les Noirots 2015, rouge
Château Léoville Poyferré Saint-julien 2014, rouge
LE MEILLEUR RAPPORT PRIX-PLAISIR
Domaine des Champs Fleuris Saumur-champigny Les Tufolies 2016, rouge
LE VIGNOBLE DE L’ANNÉE
MÂCON ET MÂCON-VILLAGES 
 

Posté par stackanovins à 11:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]


09 septembre 2017

Non-lieu pour les châteaux voisins de l’école de Villeneuve-de-Blaye


 
Quatre parcelles de vigne se trouvent autour du groupe scolaire de Villeneuve-de-Blaye. Celles traitées ce 5 mai se trouvent à l'Ouest (en conventionnel, Éperon Pépite et Pepper) et à l'Est (en bio, héliocuivre et souffre). Archives Vitisphere
Quatre parcelles de vigne se trouvent autour du groupe scolaire de Villeneuve-de-Blaye. Celles traitées ce 5 mai se trouvent à l'Ouest (en conventionnel, Éperon Pépite et Pepper) et à l'Est (en bio, héliocuivre et souffre). - crédit photo : Archives Vitisphere
 

Mis en examen pour « utilisation inappropriée de produit phytopharmaceutique », les châteaux de Barbe et Castel la Rose bénéficient d’un non-lieu « faute de charge ». Comme le conclut dans son ordonnance du 4 septembre le juge d'instruction du Tribunal de Grande Instance de Libourne. En dix pages, le dossier d’instruction estime que l’intoxication des vingt-trois écoliers et de leur institutrice de l’école élémentaire de Villeneuve-de-Blaye ne peut, en l’état, être reliée aux traitements phytosanitaires réalisés le 5 mai 2014.


Deux châteaux mis en examen pour l’intoxication de l’école de Villeneuve-de-Blaye

« Si la chronologie des faits ainsi que l’ensemble de ces éléments permettent de soupçonner que ces malaises ont été causés par un entraînement des produits hors des parcelles traitées, force est de constater qu’aucun élément objectif ne permet de l’assurer » conclut l’ordonnance. Le juge d’instruction ajoutant que « si les symptômes ressentis présentent des similitudes avec les risques liés à l'usage de ces produits épandus, ces symptômes ne relèvent pas une adéquation parfaite et n'excluent pas que leur cause puisse résider dans un autre événement ».

"Épandages litigieux"

Ces conclusions valident les témoignages des deux propriétés viticoles ayant traité les parcelles voisines, qui rapportent des traitements réalisés durant la présence des élèves en classe et des vents peu importants, donc inférieurs à la limite légale de 19 km/h. « Force est de constater qu’aucun relevé spécifique à cette commune n’existe » souligne le juge d’instruction. Ajoutant que « si la localisation ainsi que l’orientation et l’intensité du vent permettent de soupçonner que des vents de plus de 19 km/h ont soufflé sur le lieu des faits lors des épandages litigieux, force est de constater que cette preuve n’est pas formellement établie ».

Cette prudence irrite logiquement les associations anti-phytos, qui ont immédiatement réagi à cette ordonnance. « Il serait sûrement très pertinent de demander désormais aux directeurs-trices d'écoles d'investir dans des anémomètres placés dans les cours pour qu'un jour cet article 2 de l'arrêté du 12 septembre 2006 (devenu celui du 4 mai 2017) puisse se voir appliquer » raille dans un communiqué l’association Générations Futures. S’étant portée partie civile, le collectif citoyen annonce sa volonté de poser un recours devant la chambre d'instruction de la Cour d'Appel de Bordeaux.

Zones sensibles

Particulièrement médiatisé, ce dossier est hautement symbolique. Pour le vignoble, l’affaire de Villeneuve-de-Blaye a marqué une phase de prise de conscience et d'évolution des pratiques. D’autant plus que des arrêtés préfectoraux définissent désormais les lieux sensibles et points d’eau à prendre en compte lors des traitements. Que ce soit en termes d’horaires ou de distances, dans la continuité du nouvel arrêté phyto.

d'après Vitisphere.

Posté par stackanovins à 09:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 septembre 2017

La percée du vin jaune 2018

Après un an d'interruption  et de remise en questions, la Percée du Vin Jaune se renouvelle en faisant le choix de la décroissance. Pour l’édition 2018, les organisateurs ont choisi de limiter l’accès de la Percée à 25.000 visiteurs sur prévente uniquement. Sélective autant que restrictive, cette approche va marquer une nette réduction du visitorat, ce plafond de 25 000 visiteurs sur deux jours est très limité par rapport au record de 60 000 visiteurs pour la percée 2016, à Lons-le-Saunier. À noter que le nombre d'exposants est également en repli, avec 46 vignerons annoncés, contre 60 en 2016.

Assumant le parti pris qualitatif de ce rééquilibrage, les Ambassaseurs des Vins Jaunes comptent pour cette vingt-et-unième édition « améliorer le confort des participants, en limitant le temps d’attente devant chacun des stands de dégustations, et renforcer la sécurité, en dotant l’événement de nouveaux dispositifs humains et matériels obligatoires exigés » annonce un communiqué.

Marquant la mise en commercialisation du millésime 2011, la Percée du Vin Jaune se tiendra les 3 et 4 février 2018 à l’Étoile

Vendues 20 € la journée ou 35 € le week-end, les places sont disponibles sur le site officiel de l’évènement, ainsi que chez les revendeurs habituels (y compris les offices de tourisme).

Le salon des vins de Loire aura lieu à Angers les 5 & 6 février 2018

Contactez l'auteur

reproduction interdite © stackanovins 2017

Posté par stackanovins à 11:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

première de la saison le sud ouest à la Bellevilloise

Du rouge, du blanc, du rosé, du sec, du liquoreux, du pétillant, des eaux de vies. Il y en avait vraiment pour tous les goûts.

J'en ai extrait pour vous la quintessence :

- Jurançon : Clos de Thou à 64110-Jurançon  en 2015 son  Petit Menseng  récolté en novembre rejoint les ténors de l'appellation pour 19 €.

Domaine de Bellegarde à 64360-Monein a la particularité de produire sur 1,5 ha du Camaralet. Ce rare cépage qui n'est pas admis à 100% dans les canons de l'appellation est donc commercialisé ici en I.G.P Pays Tolosan. Ce vin à la belle tension est proposé à 9,80€.

- Marcllac : cette petite appellation peu connue en cépage Fer-Servadou était  représentée ici pendant des années par le Domaine Laurens qui est aussi distillateur (voir mon article du 8/3/2012). Le Domaine du Cros à 12390-Goutrens n'est pas aussi intéressant.

- Armagnac : Domaine Ladevèze à 32250-Montréal : ce petit producteur de la sous appellation Ténarèze en plus des classiques Ugni Blanc et Colombard produit entre autre un 100% Plan de Graisse, cépage devenu rarissime dans la région. Son 2001 à 52° mérite donc toute notre attention à environ 95€.

Contactez l'auteur

reproduction interdite © stackanovins 2017

Posté par stackanovins à 10:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Phélan Ségur change de main

Thierry, Stéphane et Laurent Gardinier, propriétaires de Château Phélan-Ségur, du groupe Taillevent, des Crayères à Reims et d'un domaine d'agrumes en Floride, annoncent la  négociation exclusive, pour la vente de Phélan-Ségur à un entrepreneur belge, Philippe Van de Vyvere.
La rumeur courait depuis un moment; Elle n'était donc pas sans fondement. Rappelons que la famille Gardinier a signé un long passage de trente ans aux commandes du cru, lequel est devenu l'un des plus exemplaires de l'appellation et, certainement, un grand du Médoc.
Voici ce que les frères Gardinier déclarent :
« Afin de renforcer la cohérence entre nos différentes activités, nous avons décidé de consacrer l’essentiel de nos investissements à venir dans les métiers de la gastronomie (restauration, distribution, …) et de l’hôtellerie haut de gamme. Taillevent Paris, le Domaine Les Crayères et le Comptoir du Caviar en seront les premiers bénéficiaires, avec des projets déjà définis. Le renforcement du groupe pourra également passer par de la croissance externe si cela s’avère être complémentaire », expliquent les trois frères,  et d’ajouter « le vin, l’une de nos passions, reste au coeur de l'ADN du groupe. Nous gardons ainsi une réelle proximité avec nos amis viticulteurs. »

À propos de l'acquéreur
Philippe Van de Vyvere, qui a construit son développement autour d'activités maritimes et portuaires à travers son groupe Sea-Invest, a toujours cultivé une passion des grands vins. « Initié dès mon plus jeune âge par mon grand-père, grand connaisseur et collectionneur des Vins de Bordeaux, je perpétue cette tradition familiale. Parmi mes amis, je compte d'heureux propriétaires dans le Bordelais, et mon rêve de posséder un jour une belle propriété a été exaucé lors de ma rencontre avec la famille Gardinier. J’ai eu un réel coup de coeur pour Château Phélan Ségur, magnifique domaine surplombant la Gironde. Les nombreux échanges avec les frères Gardinier leur ont fait comprendre que j'allais être un acquéreur respectueux du passé, et ayant la volonté de continuer l'excellent travail accompli. Mon ambition est de pérenniser Phélan Ségur comme l'un des grands Saint Estèphe. »

d'après BONVIVANT

Posté par stackanovins à 10:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 août 2017

Les dates des foires aux vins d'automne

Les foires aux vins dans la distribution:
Lavinia : du 5 septembre au 2 octobre
Leader Price : du 5 au 17 septembre
Netto : du 5 au 17 septembre
Biocoop : du 5 septembre au 13 octobre
Franprix : du 6 au 17 septembre
Lidl : à partir du 6 septembre
Intérmarché : du 6 au 24 septembre
Badie : du 8  au 30 septembre
L'intendant : du 8  au 30 septembre
Lafayette Gourmet : du 8 septembre au 1er octobre
Casino : du 11 au 24 septembre
Carrefour hypermarchés : du 12  au 25 septembre
Monoprix : du 13 septembre au 1 octobre
Nicolas : du 13 septembre au 17 octobre                                                                                                                           Auchan : du 26 septembre au 10 octobre                                                                                                                                Système U : du 26 septembre au 7 octobre                                                                                                                        Carrefour Market : du 22 septembre au 8 octobre                                                                                                                   Leclerc : du 3 octobre au 15 octobre

 

Les foires aux vins  sur la toile :
Intercaves : du 26 août au 14 octobre                                                                                                                                 Avenue des vins : du 28 août au 24 septembre                                                                                                                   Vinatis : du 1er septembre au 9 octobre
Cdiscount : du 6  au 30 septembre                                                                                                                               Chateaunet: du 8  au 30 septembre                                                                                                                                IDealwine: du 7  au 26 septembre                                                                                                                                  Netvin.com : du 6 septembre au 11 octobre                                                                                                                       Vente-privée : du 6au 23 septembre
vignerons indépendants du 9 au 30 septembre                                                                                                                           Millésimes : du 12 septembre au 3 octobre       

Posté par stackanovins à 09:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le président du Medef choisit le Château de Sannes pour se lancer dans l’aventure du vin, révèle le Canard Enchaîné.

11 millions d’euros : ce serait, selon le Canard Enchaîné, le montant de la transaction permettant à Pierre Gattaz de s’offrir une propriété dans le Lubéron. Un montant supérieur à l’acquisition réalisée par Georges Lucas en Provence (9,5 millions d’euros) et révélée dans la presse récemment. Cependant, le Château de Sannes se déploie sur une surface plus importante que la propriété du père de Star Wars. Selon le Canard Enchaîné, les terres du Château de Sannes s’étendent sur 73 hectares dont 35 hectares de vignes (Georges Lucas a seulement 15 hectares de vignes). Le Château de Sannes dispose également de quelques atouts pour développer un œnotourisme de luxe : six suites, jardins à la française, deux piscines (dont l’une chauffée),… Le bâtiment de 2120 m² de bâtis avait tapé dans l’œil de Steeve Jobs qui s’était porté acquéreur en 2011 pour un montant de 25 millions d’euros. Il est possible de découvrir toutes ses potentialités : l’annonce de sa vente étant toujours active.

Posté par stackanovins à 09:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 août 2017

Le réalisateur de Star Wars achète une propriété viticole dans le Var

 

Le réalisateur américain George Lucas a fait l’acquisition du Château Margüi, une propriété viticole à Châteauvert (Var), a annoncé Philippe Guillanton, qui en était le propriétaire depuis dix-sept ans. La transaction, qui remonte au mois d’avril, n'a été révélé que dimanche par Var Matin. Le montant de la transaction n’a pas été communiqué par le vendeur mais le maire de cette petite commune varoise, Serge Loudes, évoque dans les colonnes du quotidien la somme de 9,5 €. Sur le site Internet, aucune allusion n’est faite au sujet de cette vente, si ce n’est l’énigmatique mention «a member of Skywalker vineybards» au bas de la page d’accueil.

L’ex-propriétaire Philippe Guillanton précise que la transaction a été réalisée avec la société Skywalker Vineyards, une société d’investissement dans le vin déjà propriétaire de vignobles en Californie et en Italie. George Lucas est l’actionnaire principal de cette société dont le nom reprend celui du héros de sa saga-phare, Star Wars. La société Skywalker Vineyards projette d’investir 15 millions d’euros supplémentaires pour moderniser la cave et construire une résidence hôtelière destinée à des réunions d’entreprise ou de famille et des réceptions privées.

Le conseil municipal de la commune de Châteauvert a voté en février, avant la conclusion des négociations de vente, une modification de son plan local d’urbanisme de manière à autoriser cette extension, qui doit selon M. Guillanton permettre de créer «entre vingt et trente emplois» après deux ans de travaux.

Le Château Margüi, qui compte plus d’une centaine d’hectares, produit sur une quinzaine d’hectares un vin d’appelation d’origine protégée côteaux-varois-en-provence. Sa bastide est cataloguée comme bâtiment agricole remarquable mais ne constitue pas un monument classé.

d'après Le Figaro

Posté par stackanovins à 09:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 août 2017

Du vin de glace sur le Mont Blanc

Vigneron en Savoie, Pascal Perceval fait mieux que les Allemands et les Canadiens. Pour élaborer son vin de glace, il héliporte ses moûts au sommet du mont Blanc. Réaliser les vinifications les plus hautes de France. Non content de vinifier 37 cuvées différentes et d'emmener du vin au mont Blanc, c'est la nouvelle ambition de Pascal Perceval. « La tonnellerie du Sud-Ouest me confectionne un fût en acacia spécial. Je vais y mettre du moût et l'emporter sur le mont Blanc aux prochaines vendanges. » Le vin sera isolé du froid grâce à des douelles plus épaisses. Il logera dans une enceinte en bois de 300 litres, insérée dans un fût de 700 litres. Pascal Perceval est également en train de faire du repérage pour immerger des bouteilles dans le lac d'Évian. « C'est un nom qui parle, comme le mont Blanc, et que l'on peut valoriser à l'export. » Vin Toujours plus haut ! Ce 16 février, Pascal Perceval a donné rendez-vous à deux de ses ouvriers et à La Vigne à 5 h 30 du matin. Tour - née de café avant d'entamer un périple peu banal : acheminer 20 hl de moût de jacquère à plus de 3 600 mètres d'altitude, au refuge des Cosmiques, le point de départ pour l'ascension finale du mont Blanc. Le vigneron cultive 50 ha aux Marches, en Savoie. Il y a dix ans, il vendange par accident des raisins de jacquère gelés. L'eau glacée est retenue dans le pressoir. Il obtient un moût sucré et bien équilibré qui lui donne l'envie de se lancer dans l'élaboration d'un vin de glace. Un vin qu'il ne fait pas dans la demi-mesure. Sa cuvée subit deux cryoextractions. Les raisins sont récoltés fin novembre, en pleine nuit, complètement gelés. « Sulfités et pressés, ils donnent des moûts à 13,5 degrés potentiels. Nous les transférons dans des cuves en plastique de 5 hl, que je stocke dans un gros container climatisé. Sept minutes de vol pour contempler l'immensité des reliefs alpins et déjà nous sautons dans la poudreuse, aux pieds des Cosmiques. L'hélicoptère, lui, replonge vers la vallée. Lorsqu'il réapparaît, il transporte un gros baluchon de provisions et se positionne au-dessus de la terrasse du refuge. Pascal et Élise réceptionnent le colis. Aussitôt, une chaîne humaine se forme pour décharger sacs de riz et autres aliments dans la cuisine. Les gestes sont rodés. L'opération se répète cinq fois, puis l'hélicoptère revient avec une première cuve de moût. Les deux amis la font glisser dans un coin de la terrasse. Les trois autres cuves feront le même chemin. L'équipée a tout juste le temps de sabrer le champagne, de prendre la pose à 4 °C pour bloquer les départs en fermentation » , explique-t-il. La suite est spectaculaire. Depuis neuf ans, entre février et mars, Pascal Perceval transporte ces moûts sur le mont Blanc pour qu'ils gèlent une seconde fois. « Pendant trois ans, nous avons emprunté le téléphérique qui monte à l'Aiguille du Midi, à 3 800 mètres. Désormais, nous les héliportons au refuge des Cosmiques, 200 mètres plus bas. » Ce voyage a lieu quelques jours avant l'ouverture du refuge. Le vigneron partage ainsi l'hélicoptère avec l'équipe de gardiennage, qui y apporte des provisions. A 6 heures, Pascal Perceval et ses ouvriers chargent les quatre cuves de jacquère dans le camion de livraison. Nous quittons les Marches, direction Chamonix, à 160 km, d'où l'hélicoptère doit décoller à 10 heures « Il nous faut deux heures de route. Mais nous prenons de l'avance. » à 30 € la mi nute, mieux vaut être ponctuel. à 8 heures, le vigneron arrive à destination. L'équipe d'Élise, gérante du refuge des Cosmiques, est déjà là. Pascal et ses ouvriers déchargent les cuves et les entourent de harnais qui permettront de les accrocher à l'hélicoptère. Le temps d'une petite pause croissants avec vue dégagée sur l'Aiguille du Midi, et voilà l'hélicoptère. L'équipe du refuge fait le premier voyage. Un quart d'heure plus tard, l'hélicoptère redescend. Pascal Perceval se courbe et monte à bord. Nous le suivons avec un de ses ouvriers. L'autre reste sur place. C'est lui qui arrimera les cuves à l'hélicoptère. Chaque année, Pascal Perceval produit 8 000 bouteilles de 37,5 cl de vin de glace, étiquetées vin de France. Il vend la bouteille 40 € TTC, présentée dans un coffret en bois. malgré ses 150 g/l de sucres résiduels, cette cuvée garde une belle fraîcheur avec des arômes de figue et de mimosa. Restaurants gastronomiques et épiceries fines de la région sont séduits. Le vigneron écoule aussi son vin dans plusieurs salons français. son objectif est désormais de développer l'export, en visant, dans un premier temps, les États-Unis et Hong Kong. « Il fait doux aujourd'hui, mais la nuit la température tombe à - 35 °C. Les jus devraient geler en trois ou quatre jours. Je reviendrai les chercher dans trois semaines, lorsque le refuge aura besoin de se réapprovisionner » , relate le vigneron. Il en profitera également pour remonter de nouvelles cuves, restées dans le container réfrigéré. Alors qu'elles ne sont remplies qu'aux deux tiers à l'arrivée, les cuves repartiront pleines. Un gros glaçon aura pris la place laissée libre. De retour au domaine, Pascal Perceval soutire le peu de jus resté liquide par la vanne du bas, dans des cuves en Inox à chapeau flottant. « Sur les 20 hl de départ, je récupère environ 7 hl d'une liqueur très sucrée, au TAP compris entre 28 et 32 » , détaille- t-il. Il ne lui faut pas moins d'un hectare pour obtenir 15 hl. Les moûts partent en fermentation sans levurage au bout de quelques jours. « L'aération provoquée par le soutirage doit aider. » Après deux mois de fermentation à 17 °C, les levures fatiguent. « C'est pourquoi notre vin de glace ne dépasse pas les 9,5 % vol. et contient 150 g/l de sucres résiduels. » Il est alors muté avec 4 g / hl de SO 2 . Une partie est transvasée dans des barriques neuves d'acacia. Le vin y passe quatre mois et gagne en gras et en couleur. Après un collage à la bentonite et une filtration tangentielle, la cuvée est embouteillée, prête à gagner les tables des grands chefs savoyards. .

 

D'après Marion Bazireau du magazine La Vigne

Posté par stackanovins à 10:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 août 2017

l'assureur SCOR fait vibrer Saint Emilion

Le Château Troplong-Mondot, premier grand cru classé B de Saint-Emilion (Gironde), a été vendu au réassureur français Scor pour un montant non communiqué, a-t-on appris vendredi auprès du domaine.

« La famille Valette-Pariente a cédé en date du 6 juillet 2017 au groupe Scor le Château Troplong Mondot, premier grand cru classé B de Saint-Emilion. Un nouveau directeur général prendra ses fonctions dans les trois mois, Xavier Pariente assurant la transition dans l'intervalle», a indiqué le PDG et propriétaire du domaine, Xavier Pariente, dans un communiqué. Le Château Troplong-Mondot, qui possède 33 hectares, dont 29 de vignes, est une des plus grandes propriétés de Saint-Emilion. Il produit 100.000 bouteilles par an. Les chambres d'hôtes et le restaurant étoilé Michelin sont inclus dans la vente.

Le prix de cette transaction n'a pas été communiqué. Selon la Société d'aménagement foncier et d'établissement rural (SAFER), l'hectare de vignes à Saint-Emilion se vendait en 2016 entre 180.000 euros et 2,3 millions d'euros.

En 1934, la famille Valette en fait l'acquisition et depuis 20 ans, les Valette-Pariente en sont propriétaires. Christine Valette-Pariente avait hissé le domaine vers les sommets, son millésime 1990 obtenant 98 points sur 100 dans le classement du plus réputé des dégustateurs de l'époque, l'Américain Robert Parker.

Elle est décédée en 2014. Son mari, Xavier Pariente, a continué à gérer le domaine.

 

 

Alain Moueix vend le château Fonroque à l’assureur Hubert Guillard

 

Inscrit en biodynamie depuis une dizaine d’années, Fonroque est le chef-lieu des vins alternatifs lors de la semaine bordelaise des primeurs.

 

La figure de la biodynamie bordelaise conservera un rôle de consultant auprès de l’homme d’affaires nantais, qui réalise sa première acquisition viticole.

 

A en croire les assureurs, il n’y a actuellement rien de plus sûr qu’un investissement dans un grand cru classé de Saint-Émilion. Bataille juridique ou pas sur le classement de 2012. Racheté en même temps que le Château Troplong-Mondot, le château Fonroque vient d’être cédé à Hubert Guillard, le PDG fondateur de la Compagnie Européenne de Prévoyance à Nantes. Diversifiant ses investissements, l’assureur nantais possédait déjà l’hôtel Le Burgundy (cinq étoiles, à Paris). Il réalise son premier achat viticole avec un grand cru classé de Saint-Émilion de 17,6 hectares de vigne et 100 000 cols produits par an.

Le GFA du Château Fonroque était la propriété de Claude et Jeanne-André Curat et de leur neveu Alain Moueix. Ingénieur agricole et œnologue, ce dernier avait repris la gestion du domaine familial aux Établissements Jean Pierre Moueix en 2001. Soit 70 ans avant son acquisition par ses arrières grands-parents corréziens, Jean et Adèle Moueix. Incarnant le renouveau du château Fonroque, Alain Moueix en a restructuré l’outil de production selon sa philosophie. Il a obtenu le label bio en 2006, puis a été certifié biodynamie en 2008 (référentiel Biodyvin). Alain Moueix conservera un rôle de consultant auprès de la propriété précisent les experts de Wine Bankers & co, qui ont accompagné la transaction.

d'après Vitisphère

 

Posté par stackanovins à 17:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Deux nouveaux cépages inscrits au catalogue par l'INAO

Le Tardif et le Carignan gris viennent d’être inscrits au catalogue officiel des variétés de vigne. L’arrêté officialisant les choses est paru le 28 juillet au Journal Officiel.

Le Tardif est un cépage de cuve noir des Hautes-Pyrénées. Il donne de grandes grappes dotées de petites baies juteuses à la saveur poivrée. Côté maturité, il est classé en troisième époque tardive.

Le Bouysselet inscrit au catalogue

Le Carignan gris (un cépage issu de la mutation du carignan noir dans l’Aude),  vient d’être inscrit au catalogue officiel des variétés de vigne. L'arrêté qui entérine cette décision est paru au Journal Officiel le 28 juillet. 

Le Bouysselet a subi le même sort en juin

Le Bouysselet vient d'être inscrit au catalogue. Le texte l'officialisant est paru au JO le 9 juin.

D'après Vitisphère

Posté par stackanovins à 16:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 juillet 2017

Médoc : deux châteaux sous pavillon chinois partent à la dérive

Deux propriétés médocaines, rachetées en 2014 par le fonds d’investissement chinois Liaoning Energy Investment, subissent depuis plusieurs mois une lente descente aux Enfers. Personnel livré à lui-même, vignes abandonnées, vin négligé… La belle aventure vire au cauchemar.

C’est une bien triste histoire que rapportent Sud-Ouest  : au cœur du Médoc, entre Margaux et Avensan, se joue en silence la lente déliquescence de deux propriétés viticoles passées sous pavillon chinois en 2014. Le château des Quatre Vents (Margaux, 7 hectares) et le château Bonneau (Haut-Médoc, 21 hectares), vendues il y a trois ans par le belge Luc Thienpont au fonds d’investissement chinois Liaoning Energy Investment (LEC), connaissent depuis plusieurs mois un abandon progressif et dramatique.

Sous couvert d’anonymat, les membres du personnel racontent l’absence totale de management et le jeu de chaises musicales erratique à la tête des propriétés, les salaires versés plusieurs mois en retard, les bulletins erronés, les vignes où les herbes folles dépassent le sommet des ceps, les cuves où végète encore le millésime 2015, l’absence de matériel. Entre arrêts maladies et démotivation totale, les employés des deux propriétés ne savent plus à quel saint se vouer. Et du côté chinois, c’est le silence radio absolu. Une situation ubuesque et cruelle, face à laquelle l’ancien propriétaire lui-même reconnaît son total désarroi : « Je ne pensais pas que c’était à ce point. Mais quel gâchis ! »

Source Julien Lestage pour Sud-Ouest

Posté par stackanovins à 18:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 juillet 2017

Louis Jadot continue ses emplettes

crédit photo : Domaine Prieur Brunet
crédit photo : Domaine Prieur Brunet
Respectivement huitième et septième générations de la famille à diriger le domaine, Guillaume et Dominique Uny-Prieur viennent de céder les rênes à la maison Louis Jadot.
En reprenant la propriété de 18 hectares à Santenay, la maison Louis Jadot conforte ses approvisionnements sur six crus de la Côte de Beaune.

Cum priore vino prior deum laudat : « avec le vin du prieur, celui-ci loue le Seigneur », clame la devise du domaine Prieur-Brunet, qui passe désormais sous la frise de Bacchus, l’emblème de la maison Louis Jadot. Louis Jadot étoffe ainsi ses approvisionnements en Côte d’Or avec des parcelles disséminées sur six crus : Beaune (premier cru Clos du Roi), Chassagne-Montrachet (premiers crus Embazées et Morgeot), Meursault (Chevalières, premier cru Les Charmes), Pommard (premier cru Les Platières), Santenay (premiers crus Comme, Clos Faubard, Clos Rousseau, Maladière…) et Volnay (premier cru Santenots).

213 ans de propriété familiale

Précisément fondé par les frères Prieur le 11 ventôse de l'an 12 (soit le 11 mars 1804), le domaine Prieur-Brunet rassemble les vignes du château Perruchot (Santenay). Depuis 2004, et le bicentenaire de sa fondation, la propriété familiale était dirigée par Guillaume Uny-Prieur, représentant de la huitième génération, avec le soutien de sa mère, Dominique Uny-Prieur.

Déjà propriétaire de 225 hectares en grande Bourgogne, la maison Louis Jadot en possède 120  en Côte-d’Or. « Alors que de plus en plus de domaines optent pour la mise en bouteille à la propriété et que le marché pour les raisins de qualité est de plus en plus compétitif, les négociants bourguignons accroissent de plus en plus leur propre vignoble » analyse la revue Decanter.

d'après Vitisphère

Posté par stackanovins à 09:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 juillet 2017

Le château Fauchey racheté par un investisseur chinois

 

 

Basé à Villenave-de-Rions, le château Fauchey date du XVème siècle.
Basé à Villenave-de-Rions, le château Fauchey date du XVème siècle. - crédit photo : Maxwell-Baynes-Vineyards
Le domaine bio de 6,5 hectares a séduit une holding de Hong-Kong pour sa capacité de réception, et le potentiel de développement de son vignoble.

En appellation Cadillac Côtes de Bordeaux et certifié bio, le château Fauchey vient d’être vendu par Maryse et Paul-François Emmanuelli à la société d’investissement Profitsun Holdings, basée à Hong Kong. Annoncée par le cabinet Maxwell-Baynes-Vineyards, la vente concerne 6,5 hectares de vignes (sur 26 hectares de propriété) et les stocks du domaine (avec une cuvée rouge et une étiquette rosée).

Comptant demander de nouvelles autorisations de plantation, les nouveaux propriétaires tablent sur le potentiel réceptif de la propriété, qui développe depuis 2014 une activité de chambres d’hôtes. « Nous recherchions un vignoble avec un beau château pour accueillir les personnes appartenant à notre groupe et nos clubs » indique dans un communiqué le président de Profitsun Holdings, Xu. Qui prévoit la distribution des vins de la propriété « aux membres de nos clubs situés principalement à Pékin, Shenzhen et Hong Kong ».

Cet investissement s’inscrit dans une véritable série d'implantations chinoises en AOC Cadillac : les châteaux Renon en 2015, Birot en 2014, Grand Mouëys en 2012

Faisant valoir leurs droits à la retraite, le couple Emmanuelli avait acquis le domaine en 2010, et lancé sa conversion à la viticulture bio (certifiée en 2013).

d'après  Alexandre Abellan, Vitisphère

Posté par stackanovins à 12:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les caves de Vacqueyras et Beaumes de Venise fusionnent

 

Rhonéa est présidée par Claude Chabran (au centre, ex-président des Vignerons de Beaumes de Venise) et vice-présidée par Jean-Paul Grangeon (à gauche, ex-président des Vignerons de Caractère) et Cécile Joly (ex-vice-présidente des Vignerons de Caractère).
Rhonéa est présidée par Claude Chabran (au centre, ex-président des Vignerons de Beaumes de Venise) et vice-présidée par Jean-Paul Grangeon (à gauche, ex-président des Vignerons de Caractère) et Cécile Joly (ex-vice-présidente des Vignerons de Caractère). - crédit photo : Rhonéa
Après trois ans de fiançailles consommées, les deux coopératives rhodaniennes peuvent désormais convoler en justes noces.

Formant la société coopérative agricole Rhonéa, les Vignerons de Caractère à Vacqueyras et les Vignerons de Balma Venitia à Beaumes de Venise fusionnent. Ayant constitué les Vignerons des Dentelles en 2014, prenant l’identité Rhonéa en 2015, les assemblées générales des caves coopératives ont entériné leur absorption définitive par cette union. Présidée par Claude Chabran et dirigée par Pascal Duconget, Rhonéa doit désormais « renforcer son image et  ses marques, finaliser la mise en commun des moyens, rationaliser la vinification des différentes appellations, simplifier les structures juridiques et démarches administratives, rentabiliser les investissements à venir, uniformiser les pratiques dans le vignoble… » énumère un communiqué.

L’ensemble Rhonéa regroupe 236 adhérents, pour 1 800 hectares de vignes en AOC Côtes-du-Rhône (dont 1 000 ha en crus). L’union coopérative représente 40 000 hl en AOC Beaumes-de-Venise (70 % de l’AOC rouge) et 30 000 hl sur Vacqueyras (soit 30 % de l’AOC).

Commercialement, Rhonéa annonce avoir mis en vente 8 millions de cols en 2016, pour un chiffre d’affaires de 32 millions d'euros. Soit des hausses de 10 % en valeur et 8 % en volume par rapport à 2015. L’an passé, 83 % des volumes de Rhonéa étaient commercialisés sur le marché domestique (45 % en grande distribution, 16 % en réseau traditionnel, 14 % en vente directe et 7 % via le négoce).

d'après Vitisphere

Posté par stackanovins à 12:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 juillet 2017

Côte d'or une nouvelle appellation en Bourgogne

Feu vert de l'Inao pour la nouvelle dénomination « Bourgogne Côte d'Or » par Juliette Cassagnes de Vitisphère 

Bourgogne Côte d'Or sera la 14eme dénomination géographique de l'appellation régionale Bourgogne

Les producteurs de l'appellation Bourgogne détenteurs de parcelles de vigne en Côte d'Or et sur quelques communes de Saône-et-Loire sont soulagés. Après plusieurs années d'attente, ils devraient enfin pouvoir revendiquer, à partir de la récolte 2017, la mention Bourgogne « Côte d'Or » pour leurs vins blancs ou rouges. La décision a en effet été validée par le Comité national Inao du 15 juin 2017.

Une seule contestation a été adressée à l'Institut pendant la période de la Procédure nationale d'opposition (PNO), qui s'est terminée en avril 2017, mais a été classée sans suite.

Il reste néanmoins à franchir l'étape ultime, celle de l'homologation officielle du nouveau cahier des charges par le ministère de l'agriculture, et sa parution au journal officiel, vivement attendues. Celle-ci doit avoir lieu avant le mois de novembre 2017 prochain, date de dépôt des déclarations de récolte, sans quoi les producteurs ne pourraient toujours pas revendiquer la nouvelle dénomination pour la campagne  2017.

Des règles de production plus strictes ont été définies par rapport à l'appellation régionale pour celle-ci. La zone de production est située sur les secteurs de la Côte de Nuits et de la Côte de Beaune, jusqu'au Maranges, situées en Saône-et-Loire, soit potentiellement 1000 hectares, excluant le châtillonais et l'ouest dijonnais.

Carte de l'appellation Bourgogne, qui s'étend de l'Yonne jusqu'au Beaujolais:

Liste des communes référencées dans le cahier des charges, autorisées à revendiquer la nouvelle dénomination

géographique "Côte d'Or"

- Dans le département de la Côte-d’Or : Aloxe-Corton, Bligny-les Beaune, Brochon, Chassagne-Montrachet, Chenôve, Chorey-les-Beaune, Comblanchien, Corgoloin, Corpeau, Couchey, Fixin, Gevrey Chambertin, Gilly-les-Cîteaux, Ladoix-Serrigny, Marsannay-la-Côte, Morey-Saint-Denis, Puligny-Montrachet, Santenay, Vougeot.

Communes prises en partie : Auxey-Duresses, Beaune, Chambolle-Musigny, Dijon, Flagey Echézeaux, Magny-les-Villers, Meursault, Monthelie, Nuits-Saint-Georges, Pernand Vergelesses, Pommard, Premeaux-Prissey, Saint-Aubin, Saint-Romain, Savigny-lès-Beaune, Volnay, Vosne-Romanée.

- Dans le département de Saône-et-Loire : Communes prises en partie : Cheilly-les-Maranges, Dezize-les-Maranges, Remigny, Sampigny-les-Maranges.

Posté par stackanovins à 12:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]