mes plus belles dégustations oenologiques... ou les pire

21 juillet 2017

Faux Côtes-du-Rhône : une entreprise soupçonnée d'escroquerie

On le sait peu, mais 30% des Côtes-du-Rhône sont produits dans le Gard. Aujourd’hui le syndicat des vignerons de cette AOC se constitue partie civile, après une enquête des douanes : dans le Vaucluse, une société de négoce de vin est en effet soupçonnée d’escroquerie.

Vendre du vin de pays sous l’appellation AOC Côtes-du-Rhône : c’est l’escroquerie dont est soupçonnée la société de négoce Raphaël Michel crée en 1899 et installée à Piolenc dans le Vaucluse au CA de 74 M° .

Une enquête menée par les services des douanes entre 2016 et 2017, après le relevé de plusieurs manquements lors de contrôles, est arrivée à la conclusion que 300 000 hectolitres de vin auraient ainsi été surclassés.

Un énorme scandale dénoncé par le syndicat des vignerons, qui s’est constitué partie civile. Philippe Pellaton, son président, pointe du doigt une "fraude organisée" : Un certain volume de Côtes-du-Rhône entrait dans l’entreprise, et il en ressortait deux fois plus au bout du tuyau. Il y a tromperie sur la marchandise.
 

Mis en examen, le dirigeant de la société dément


Guillaume Ryckwaert, le dirigeant de l’entreprise incriminée, a été mis en examen pour tromperie et escroquerie. Il réfute cependant toutes les accusations par la voix de son avocat, maître Olivier Morice. Celui-ci s’indigne contre les méthodes contestables utilisées par les douanes, et se dit convaincu que toute une partie de cette procédure sera annulée.

Toujours est-il que certains clients de la société ont commencé à prendre leurs distances, : Carrefour en attendant les conclusions de l’enquête judiciaire, a suspendu ses approvisionnements

A Suze-la-Rousse, on s’inquiète aussi de l’affaire Raphaël-Michel

Depuis quelques jours, l’affaire Raphaël-Michel est très commentée à Suze-la-Rousse. C’est en effet dans ce village de la Drôme provençale que la société a acheté en décembre 2010 le domaine de Bellerencontre. La maison de négoce a acheté en même temps le domaine de la Canarde à Vinsobres et celui des Bourdeaux à Visan.

D’une superficie de 12 hectares à l’époque, il s’étend désormais sur une centaine d’hectares. Le domaine a grandi rapidement , confirme Vincent Boyer, l’un des patrons de la toute récente appellation côtes-du-rhône villages suze-la-rousse, obtenue fin 2016. « Au point que c’était presque bizarre. » Le domaine de Bellerencontre emploie d’après lui trois personnes, plus des saisonniers. « Mais le chef de culture est basé au siège de la société, à Piolenc. Il n’est pas de Suze-la-Rousse. »

Aujourd’hui, Vincent Boyer, qui dit se tenir au courant de l’affaire grâce au Syndicat des vignerons des Côtes-du-Rhône, se dit inquiet pour l’avenir du domaine installé dans le village. « C’est très incertain. On ne connaît pas encore tous les tenants et les aboutissants, mais c’est un gros truc. »

Il dit ne pas savoir qui à Suze-la-Rousse travaillait avec la maison de négoce. « Mais on s’interroge quand même : les gens vont-ils être payés et vont-ils pouvoir vinifier l’an prochain ? Et même si c’est trop tôt pour connaître les conséquences de tout cela, cette affaire n’est vraiment pas bonne pour notre appellation. »

Inter Rhône et l’Union des Maisons de la vallée du Rhône (UMVR) pourraient également se constituer partie civile. Pour sa part, Raphaël Michel par la voie de son avocat Maître Olivier Morice, conteste les faits qui lui sont reprochés.                      La Fédération des syndicats de producteurs de l'AOP Châteauneuf-du-Pape va se porter partie civile dans le dossier d'instruction mettant en cause la société Raphaël Michel.La justice reproche à cette dernière d'avoir vendue entre octobre 2013 et mars 2017 des IGP et des vins sans IG en appellation d'origine contrôlée. Le procureur de la République de Carpentras (84) estime le préjudice à "plusieurs millions d'euros". En plus des côtes-du-Rhône et des côtes-du-Rhône villages, la fraude présumée concerne également l'appellation Châteauneuf-du-Pape. Selon nos informations 55 000 hl de vins auraient été usurpés entre 2013 et 2017, soit près de 14 000 hl par an, ce qui représente 27 % du volume commercialisé par l'appellation sur le marché du vrac et 15 % de sa production annuelle totale.

d'apès Richard Duclos (avec France 3 PACA) le Dauphiné.com et France Boissons

Posté par stackanovins à 21:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]


18 juillet 2017

Le programme de juillet à septembre

 

juillet
 

28 à partir de 18h le rhum Longueteau chez Christian de Montaguerre Paris 6e

août

5 & 6 les vignerons de la vallée de la Sarce ( Champagnes de l'Aube)

 

septembre

2 & 3 vins et fromages à Veneux les Sablons
8 au 10 antony vins & fromages                                                                                                                                                      8 au 11 Mer & Vigne parc floral 12e                                                                                                                                               10 & 11 les alcools par France Quintessence chez Ledoyen inscription sur www.france-quintessence.fr/
15 au 17 foire aux haricots Arpajon
15 au 17 Marché flottant du Sud Ouest, quai Montebello, 75005. 10h30 à 19h                                                                          23 & 24 whisky live cité de la mode paris 13e
24 & 25 métiers  de bouche  pte versailles hall 4 pro me contacter pour s'inscrire



 

Posté par stackanovins à 16:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 juillet 2017

Où trouver de bons rhums à Paris ?

Quatres lieux sont spécialisés dans la fourniture de rhums de qualité :

- A'Rhûm 34 Rue du Grenier-Saint-Lazare Paris 3e

- Christian de Montaguère 20 Rue de l'Abbé Grégoire Paris 6e qui organise de nombreuses dégustations, certaines payantes & d'autres pas, voir mon agenda mensuel

- La  Maison du Whisky : 20 Rue d'Anjou,  Paris 8e bien que spécialisée dans les Whiskys du monde, cette entreprise est un important  importateur et distributeur de rhums.
- La Maison du Rhum 3 Bis Rue Carpeaux Paris 18e organise des dégustations, certaines payantes & d'autres pas, voir mon agenda mensuel. Hier soir, je suis donc allé à une dégustation gratuite de rhums hispaniques ( je fûs appremment le seul à cracher parmi la vingtaine de personnes présentes), de l'itallien Rossi & Rossi à Trévise commmercialisés sous la marque Nation. C'est un embouteilleur indépendant  comme l'autre italien Vélier qui importe des rhums de différents pays producteurs, déjà vieillis sur place, et qui les fait bénéficier d'un deuxième vieillissement  à Turin. Elle fût orchestrée par Mario Navarro et le représentant parisien, le brésilien Diego MIOTO. Tous ces rums sont bien entendu des rums de mélasse (résidu de la canne après extraction du sucre). Tous ces rums sauf spécification sont distillés en colonne à plateaux type Savalle comme le calvados du Domfrontais.
Nous avons dégusté successivement :
- Pérou : Peruano à 42% Il a vieilli localement 7 ans en fûts qui ont contenu du Bourbon et a ensuite bénéficié d'un vieillissement complémentaire d'un an à Turin en fûts de Xérès. La mise a eu lieu en 2016.
Au nez vanille, fruits secs, chocolat noir, raisins secs, en bouche : vanille, banane, raisins secs, fruits rouges, amande (amaretto). Mario conseille de le boire avec des glaçons.  49€
- Panama : Demarara à 40 % existe en 10, 18 et 21 ans. Pour le 10 ans, un dosage de 27g/l est opéré (un peu comme l'ajout de la liqueur de tirage en Champagne), pour le 18 ans le dosage est moindre et le 21 ans est sans aucun dosage. Nous avons goûté le 10 ans et le 18 ans. Ils sont élevés selon le principe de la solera hispanique qui est empilée sur 5 niveaux et tous les ans, on transfère une partie  à  l'étage inférieur afin de ouiller le 5e niveau avec le rum de l'année.
10 ans : nez de vanille, chocolat noir,  cannelle, un peu boisé , en bouche : très rond, gourmand, caramel, en pronenance de la solera n° 14. Ici, une distillation en pot still a été utilisée alambic en cuivre (pas de colnne). Finition dans des fûts de Xérès Oloroso à Turin.  C'est très sucré et pour moi écoeurant et bon pour un cocktail. 45€
18 ans : Enfin une belle couleur ambrée foncée prometteuse, nez de vanille, caramel, mangue, amande, fruits secs, bouche vanille, canelle réglisse. en pronenance de solera pour une mise en 2016. 75€
Mario l'apprécie  avec un cigare ou  avec une crème brûlée.
- La Barbade : Barbados  XO 40 % 12 ans. Ce rhum est produit et vieilli par la distillerie 4 Square  qui produit également le Doorly
La fermentation y est longue et les deux méthodes de distillation , colonne et alambic en cuivre, sont utilisées. Nation a demandé que la part de rums issus de colonne soit majoritaire (60 %).  La finition en fûts de sherry Oloroso est opérée à Turin. Nez : pistache, agrumes. En bouche : amandes, noisettes, noix de muscade, très gras. 79€

Contactez l'auteur

reproduction interdite © stackanovins 2017

 

Posté par stackanovins à 12:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 juillet 2017

Chateau de Reignac condamné en première instance

Le tribunal correctionnel de Bordeaux a condamné le 29 juin, château de Reignac, pour pratiques commerciales trompeuses et publicité comparative illicite.

« J’ai été profondément touché. Cela a été très violent ». Yves Vatelot accuse le coup. Le tribunal correctionnel de Bordeaux a condamné le 29 juin sa propriété, château de Reignac, 77 ha en AOC Bordeaux supérieur, pour pratiques commerciales trompeuses et publicité comparative illicite. C’est en 1990, que cet homme d’affaire achète cette propriété située à Saint-Loubès, au terroir superbe. En 2009, le Grand Jury Européen après une dégustation à l’aveugle, le classe devant Petrus et Lafite Rothschild. En 2014, Yves Vatelot s’inspire d’un slogan publicitaire et achète des encarts dans Le Figaro indiquant « Reignac, 1er grand cru classé » suivi d’un astérisque renvoyant à un démenti : « si c’était vrai peu se l’offriraient ».

Vers un appel du jugement ?

L’affaire n’en reste pas là. Quelques mois plus tard, la Direccte débarque dans la propriété et embarque des prospectus publicitaires du château faisant état du fait que Reignac a un terroir d’un premier grand cru classé, en s’appuyant sur les commentaires des journalistes et dégustateurs. Le hic : on ne badine pas avec la législation des grands crus classés. Le Conseil des vins de Saint-Emilion, l’Union des grands crus classés de Graves et le Conseil des grands crus classés de 1855 se constituent parties civiles. Yves Vatelot réfute la tromperie. Mais surtout il renvoie la balle dans le camp des crus classés : « 70% des vins des crus classés n’existaient pas en 1855. Or, le classement n’a jamais été révisé », souligne-t-il. En attendant, il écope de 15 000 € d’amende avec sursis, de 30 000 € pour sa société dont 20 000 € avec sursis et 4000 € de dommages et intérêts pour chacune des parties civiles. Yves Vatelot réfléchit à faire appel.

d'après Inter Vignes

Posté par stackanovins à 09:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Marc Sibard condamné en première instance

La 31e chambre du tribunal de Grande Instance de Paris a rendu son jugement le 6 juillet dans l’affaire Marc Sibard. Le caviste parisien était poursuivi pour harcèlement sexuel, moral et agression sexuelle.

Au téléphone, la voix d’Emma Bentley ne trompe pas : on y sent son soulagement et le sentiment de voir ses préjudices reconnus. Elle est l’une des trois plaignantes ayant eu le courage de dénoncer les agissements de Marc Sibard, caviste à la tête des Caves Augé propriété du groupe Lavinia. Ce dernier a été condamné  à un an de prison avec sursis, assorti d’une mise à l’épreuve de 24 mois qui comprend l’obligation de suivis de soins en matière d’alcoolisme, le versement de dommages et intérêts aux parties civiles (montant global 24 000 euros hors frais de justice) et l'acquittement d’une amende de 5 000 euros. Par ailleurs, la peine de prison s’appliquera en cas de récidive sur les cinq prochaines années. Le jugement est beaucoup plus sévère que le réquisitoire du procureur. Celui-ci avait plaidé pour trois mois de prison avec sursis et 10 000 euros d’amendes.

Les trois victimes voient donc leurs requêtes pour harcèlement moral et sexuel reconnues. « Je suis immensément soulagée. Le dossier a duré cinq années difficiles à vivre » commente Emma Bentley, qui vit désormais en Italie. Pour leur avocate, Maître Laure Tric : « c’est une bonne décision. Il est assez rare de voir au pénal la reconnaissance de harcèlement moral et sexuel reconnu. Cela montre que même dans le milieu du vin, les règles s’appliquent comme ailleurs ». Une partie de la défense de Marc Sibard consistait en effet, selon Maître Laure Tric, à expliquer que le milieu du vin se prêtait à des agissements et des paroles grivois et grossiers.

Contactée, l’avocate de Marc Sibard n’a pas donné suite aux sollicitations de Vitisphere et n’a pas précisé si celui-ci souhaitait faire appel. Le caviste à 10 jours pour faire part de sa décision.

Le groupe Lavinia propriétaire des caves Augé a envoyé un e-mail pour éclaircir sa position concernant le jugement de Marc Sibard.

En moins de 48 heures, le courriel envoyé par le groupe Lavinia, et qui serait destiné à ses vignerons partenaires, s'est retrouvé sur les réseaux sociaux. Le groupe y indique que la condamnation de Marc Sibard ne restera pas sans conséquence et que « toutes les mesures qui s’imposent seront prises ». D’ores-et-déjà, Marc Sibard s’est vu notifié sa mise à pied pour mesure conservatoire et le groupe prévoit de mettre en œuvre la procédure idoine, tout en respectant scrupuleusement le code du travail.

Lavinia reconnaît que l’affaire « jette un trouble dans le Groupe Lavinia » et précise qu’elle « ne correspond pas aux valeurs et à l’éthique de l’entreprise ».

d'après Vitisphère

Posté par stackanovins à 09:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]


11 juillet 2017

le millésime 2014 à Bordeaux

L'Union des Grands Crus de Bordeaux organisait au Carreau du Temple  la présentation après élevage du millésime 2014. Il se dégage de cette comparaison que ce ne sera pas une fois de plus le millésime du siècle. Il se dégage cependant une tonalité qualitative presque générale car après un début d'été pluvieux, août et septembre ont bénéficié d'un été indien. Seules quelques vieilles gloires de 1855 sont à la traîne comme Talbot , Giscours  ou Beychevelle.

Parmi une bonne dizaine de Saint Emilion Grand cru,  un m'a séduit car il n'est pas écrasé par le bois  et a cependant une belle réserve pour les années à venir : Chateau Villemaurine.

En Pessac Léognan, les blancs ne m'inspirent toujours pas. En rouge Chateau de France poursuit sa belle progression.

Dans la petite appellation Listrac Médoc, Chateau Fourcas Hosten tire bien son épingle du jeu.

 La Conseillante est un des meilleurs vin dégustés ce jour. C'est un grand Pomerol : un velouté et une texture en bouche remarquables. Le nez est très fin et d’une grande complexité.

 

Contactez l'auteur

reproduction interdite © stackanovins 2017

 

 

Posté par stackanovins à 08:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 juillet 2017

les 65 fortunes du vin 2017 par Challenges

Numériser

 

Numériser 1

 

Numériser2

Posté par stackanovins à 12:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 juillet 2017

bouygues boit le Clos Rougeard

Martin et Olivier Bouygues choisissent un grand nom de la viticulture bio française pour compléter leur portefeuille de domaines viticoles en France

Les frères Martin et Olivier Bouygues, qui possèdent déjà deux propriétés viticoles dans le Bordelais, ont acquis le domaine historique de Clos Rougeard, près de Saumur dans la vallée de la Loire, a-t-on appris vendredi auprès de Clos Rougeard.

Le domaine de 11 hectares, situé à Chacé (Maine-et-Loire), entre Tours et Angers, est mené en viticulture biologique depuis sa création, indique un communiqué de Clos Rougeard.

La reprise intervient après le décès en décembre 2015 de Jean-Louis Foucault, dit «Charly», ancien propriétaire du vignoble avec son frère Bernard, dit «Nady», huitième génération de viticulteurs installés sur le domaine.

Des précurseurs

Les frères Foucault sont connus pour avoir été précurseurs dans la valorisation de l'agriculture biologique dès les années 1970 souligne la Revue du vin de France.

Ils ont servi d'exemple à de nombreux viticulteurs en démontrant qu'il était possible de faire des vins bio d'exception, à une époque où cela n'allait pas de soi, ajoute la RVF en citant leur Saumur Brézé (blanc) et le Saumur-Champigny Le Bourg (rouge) qui affole les compteurs de vente aux enchères.

Sur ce domaine, une parcelle de vigne est cultivée «depuis 1664 au moins», note la revue.

Ni le montage de l'opération, ni le montant de l'acquisition, qui s'est fait via la SCDM, holding personnelle de Martin et Olivier Bouygues, n'ont été rendus publics.

En matière viticole, les frères Bouygues possèdent aussi deux crus de Saint-Estèphe rachetés en 2006, le Chateau Montrose, une propriété d'environ 90 hectares, cédée par la famille Charmolüe, et le cru bourgeois Château Tronquoy-Lalande 30 hectares, un des plus anciens crus de Saint-Estèphe, acquis auprès de la famille Casteja-Texier.

d'après AFP

Posté par stackanovins à 08:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 juin 2017

Inauguration du 1er vignoble professionnel d’Ile-de-France, à Davron (Yvelines)

 

Publié le 31/05/17 par Anne-Sophie De Mazenod du Figaro
De gauche à droite : Julien Bengué, Julien Brustis et Adrien Pelissié
Photo : CD78/N.Duprey

La Winerie Parisienne, chai urbain créé en 2015 à Paris par Julien Bengué et Adrien Pelissié, rejoints plus tard par Julien Brustis, a inauguré mardi 16 mai les premières vignes professionnelles d’Ile-de-France, dans le village de Davron.

La création de ce vignoble, à 25 kilomètre de Paris, dans les Yvelines, marque un véritable temps fort de l’histoire viticole : "il s’agit des premières parcelles professionnelles plantées depuis plus de 200 ans en région parisienne. Elles avaient disparu avec l’épidémie de phylloxera (un puceron dévastateur qui anéantit la vigne) du XIXe siècle. Ce n’est que depuis la loi de 2016 qu’il est possible de planter de nouvelles vignes en Ile-de-France. C’est le début d’un renouveau historique pour la région ainsi que pour la filière", explique Julien Brustis, l’œnologue de la Winerie Parisienne.

Avec le soutien du conseil départemental des Yvelines et de son président Pierre Bédier, 3 hectares de vignes ont été plantés ces mardi 16 et mercredi 17 mai à Davron. Cette plantation représente plus de 16 000 pieds. Quatre cépages français ont été choisis : Pinot Noir et Merlot pour les deux rouges, Chardonnay et Chenin pour les deux blancs.

Un emplacement stratégique

La Winerie Parisienne souhaite faire revivre la viticulture professionnelle en Ile-de-France. "Nous avons une situation idéale à Davron, village de 300 habitants avec beaucoup de cachet", raconte Julien Brustis. Les vignes ont une exposition nord-sud. L’emplacement du vignoble yvelinois a été longuement réfléchi. "Nous avons trouvé un lieu dont les caractéristiques correspondaient exactement à ce que nous voulions. Sur un sol faible, composé d’une dalle de calcaire et de craie, il y aura peu d’eau stagnante. La vigne sera limitée en eau l’été, ce qui permettra d’arrêter la pousse des feuilles et de passer toutes les réserves vers les raisins. Avec l’altitude et le vent permanent, le risque de gelées est quasi nul." Espérons qu’ils aient raison. 

 

Winerie Parisienne

"A Davron, nous retrouvons la tradition du vin de terroir. Nous voulons faire le plus de ventes directes possibles", raconte Julien Brustis. La Winerie Parisienne souhaite faire venir les acheteurs jusqu’aux parcelles, dans un lieu convivial, avec une grande capacité d’accueil. "Ce sera un endroit pédagogique, où des visites et des dégustations seront proposées".

La Winerie Parisienne doit se contenter d’une étiquette Vin de France. Ce qui ne semble pas déranger le moins du monde les consommateurs. "Nous cherchons à faire une marque décomplexée, avec des vins accessibles pour le grand public". 
Dans les 2 prochaines années, le vignoble s’étendra pour compter jusqu’à 25 hectares. 
Les amateurs de vin français pourront alors acheter leurs bouteilles, aux pieds des vignes, à seulement 20 minutes de Paris. 

Posté par stackanovins à 08:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 mai 2017

La justice rend son AOC pouilly-fumé à un vigneron abusivement sanctionné

Alexandre Bain.

 article de Corinne Caillaud paru dans le Figaro le 28 mai 2017

Le tribunal administratif de Dijon vient de rendre sa fierté à Alexandre Bain dont la passion est de réaliser « un pur vin de terroir » .

En redonnant son appellation d'origine contrôlée (AOC) à Alexandre Bain (photo), producteur de Pouilly-fumé « naturel », le tribunal administratif de Dijon vient de rendre sa fierté à un homme dont la passion est de réaliser « un pur vin de terroir » . Au cœur de la discorde, plusieurs rendez-vous manqués, mais pour des raisons justifiées, avec l'Organisme d'inspection des vins du Centre. En vertu de quoi l'Inao (Institut national de l'origine et de la qualité) a considéré que le viticulteur refusait de se soumettre à un contrôle obligatoire et a décidé, en 2015, de lui retirer son AOC. Une sanction sévère, la plus importante parmi celles dont dispose l'Inao. Me Pinet, l'avocat de l'institut, a reconnu que « ce n'(était) pas la qualité du vin dont il (était) question ».

Si les méthodes d'Alexandre Bain sont différentes de celles des viticulteurs du secteur, la qualité de son vin n'en est pas moins réputée. Même rétrogradées en «vin de France», ses bouteilles sont restées sur les cartes de 21 des 52 meilleurs restaurants du monde, de Paris à Tokyo en passant par Copenhague. Installé à Tracy-sur-Loire depuis 2007, Alexandre Bain, 39 ans, est le seul sur les 156 vignerons que compte le Syndicat viticole de l'aire de Pouilly à produire des vins «naturels», avec une production de 40.000 litres par an. Il entretient sa terre avec des chevaux de trait, en utilisant des produits minéraux, élabore son vin à partir de raisins cultivés en bio, ramassés à la main et sans ajout de produit chimique. Pour Me Éric Morain, avocat d'Alexandre Bain, ce que cette affaire met en lumière, c'est qu'« il est temps d'ouvrir le chantier des réformes des contrôles et la reconnaissance des pratiques de vinification naturelle».

Posté par stackanovins à 09:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 mai 2017

Les désillusions de ces derniers jours

- Champagne Tasting  par Terre de vins au pavillon Cambon : Une soixantaine de vignerons et maisons : à part Drappier et Veuve Ciquot, ce fût la tristesse à une exception près Benoit Gaullet à 10200-Meurville : son BSA composé de 80% de Pinot noir et 20% de Chardonnay dosé à 6 gr est d'un remarquable rapport qualité prix : 13€ le col. Quand au reste, c'est le déferlement de l'uniformité des 3 tiers noir, meunier et Chardonnay avec des prix bien souvent injustifiés pour des BSA : de 30 à 50€.

- Loire en scène : une organisation calamiteuse, pas de carnet de dégustation, pas de liste des vignerons et pas de nom des appellations sur les tables. Je ne vous en parlerai donc pas car je suis immédiatement parti. Pour trouver des informations sur les vignerons intéressant, voir mes chroniques des années précédentes. Petite précision, cela se passait au Batofar.

- Le salon de la R.V.F à la Bourse encore une manifestation en perdition : pour la première fois depuis 11 ans pas de carnet de dégustation et surtout près de 20 % de vignerons en moins dont de beaux noms habitués qui trouvent la sauce trop salée.  (on évoque le prix de 3.000 € pour une demi table). Heureusement Agathe Bursin et ses exceptionnels Riesling était bien présente. Le pays invité d'honneur cette année : le Liban.

- Amphore le concours des vins Bio et en Biodynamie : pas de chance cette année, je suis tombé sur des rosés 2016 et des rouge  de Provence. C'est un des rares concours d'une grande probité car il n'y a ici aucun vigneron dans les jurys. D'autre part après le rendu de la décision, on peut lever les cachottiers,  découvrir les étiquettes et même boire les meilleurs au déjeuner qui suit. A oublier les IGP Maures et Hautes Alpes. la Syrah à 600 m d'altitude n'est pas ici à sa place.  Bellet n'était pas en forme. Nous avons décerné une médaille d'or au domaine de la Bégude à Bandol dont en rouge j'adore la cuvée La Brulade.

Une éclaircie dans cette triste semaine :  "À la rencontre des cépages modestes et oubliés"  pour la présentation dans un restaurant de Montmartre de cet intéressant   livre de André Deyrieux paru chez Dunod et en vente à la librairie de la place des Abbesses. En complément une très intéressante dégustation de vins de cépages rares présentés par Philippe Cuq l'emblématique caviste du Lieu du vin dans le 20e, le 9e et maintenant à Pantin.

 

Contactez l'auteur

reproduction interdite © stackanovins 2017

Posté par stackanovins à 21:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 mai 2017

Les eaux de vie serbes, le Club des Professionnels du Vin et Rotary vins à Versailles

- Les eaux de vie serbes:

Cette dégustation avait lieu à la résidence de l'ambassadeur, un petit hotel particulier situé au pied du Trocadéro dans un bâtiment des années 1930 de 5.000 m2 de surface avec une hauteur sous plafond de 5 m et un jardin privé face à la tour Eiffel. Elle était accompagnée d'un buffet  de produits locaux de belle prestance. 4 eaux de vies étaient proposées dont un poire, et une eau de vie de pomme au miel sans intêret majeur. Par contre  le Coing  d'une grande subtilité est  manifestement à retenir.
 La Prune "Jelicki Dukat". Elle est élevée en futs de chêne local pendant 12 ans avant sa mise en bouteille. Ces 2 produits ont, retenu toute mon attention. Ceux qui seraient intéressés pour les goûter n'ont qu' à Contactez l'auteur  pour que j'organise une dégustation. Je pourrai ensuite m'en procurer pour vous si le nombre de personnes intéressées est suffisamment important. Le prix envisagé maximum serait de 38€ pour la prune et de 29€ pour le coing.                                                                                                                                                                                       Pour voir une autre proposition intéressante d'eau de vie, voir notre article Angers 2 de février 2017.

- Le club Professionnel des Vins au pavillon d'Armenonville était de nouveau bien décevant cette année à l'exception du Champagne Neret-Vély à 51210-Vauchamps près de Festigny : extra brut mature, nez d'agrumes confits, bouche vive, dosé à 3 gr pour un assemblage  2010-2011, de 5 à 7 ans sur lattes pour 60% de Chardonnay et 40 % de Pinot meunier à prix doux 18,50 €

- Au salon versaillais, les bordeaux en tout genre dominaient nettement les lieux mais notre palais a retenu un vin rare de la région Loire. Le Domaine de la Tucauderie à 44330-Mouzillon producteur de Muscadet, propose également un Gamay Chaudenay teinturier appelé Harpe de Bacchus qui vous donne une robe beaucoup plus sombre qu'en Beaujolais. A 4,50 €, il faut en profiter. Vous pourrez trouver ce producteur au  très prochain Mer & Vigne de Chatou.

 

Contactez l'auteur

reproduction interdite © stackanovins 2017

 

Posté par stackanovins à 18:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 avril 2017

Les vins clairs de Champagne édition 2016

Comme tous les ans, la folle semaine champenoise vient de démarrer ce samedi. Nous avons commencé comme l'an dernier par Origines Champagne une association d'une dizaine de vignerons qui se réunit tous les ans pour présenter entre autre les vins clairs de l'année.  Si 2015 avait été une année climatiquement exceptionnelle(voir notre article du 29 avril 2016), Ce n'est pas le cas cette année et tous ne pourrons pas millésimer.

DSCF1891

 

DSCF1892

Ceux qui étaient nommés l'an dernier le méritent encore cette année. A remarquer particulièrement  la Solera de Nathalie Falmet à  10200-Rouvres  les vignes ou celle de Maurice Grumier à 51480-Venteuil ainsi que son blancs de Venteuil 100% Chardonnay composé de 66% de 2012 et 34% de 2011 élevés sous bois et mis en avril 2013. Un dosage à 6 gr mais une acidité monumentale qui l'équilibre à merveille.

Le Cercle des Créateurs de Champagne Confidentiels au théatre Gabrielle Dorziat à Epernay n'est manifestement pas du même niveau à part Albin Martinot à 10260-Jully sur Sarce avec Hommage 2011 un Pinot noir non dosé millésimé, un vin de gastronomie pour accompagner tout un repas à 26 € et toujours une vieille connaissance : Piot-Sévillano à 51700-Vincelles en particulier pour la cuvée Indiscrète à 100% de Pinot Meunier d'un vin tranquille rare à 32 € (seulement 400 bouteilles produites)

 

Contactez l'auteur

reproduction interdite © stackanovins 2017

 

Posté par stackanovins à 12:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 avril 2017

les terroirs alsaciens à travers l'association ACT

Alsace Crus et Terroirs est une association de 19 vignerons pas tous connus qui est venue au Bristol nous présenter sa production uniquement en cépage Riesling. Particularité intéressante, le catalogue les classait  par type de terroir :

- Granitiques :

Riesling clos Sand de Barmes-Buecher                                                                                                                                      Riesling Grand cru  Schlossberg  de Bott-Geyl, Albert Mann, Meyer-Fonne, Martin Schaetzel by Kirrenbourg, Trapet Alsace, Weinbach (Faller).                                                                                                                                                            Riesling grand cru Brand de Josmeyer et Zind Humbrecht.

Gréseux :

Riesling grand cru Wiebelsberg de Marc Kreydenweiss                                                                                                               Riesling Bruderbach de Etienne Loew.                                                                                                                                   Riesling Fronholz et Heissenberg du domaine Ostertag.                                                                                                     Riesling grand cru Kessler des domaines Schlumberger.

- Schisteux :

Riesling grand cru Kastelberg de Marc Kreydenweiss.

- Volcaniques

Riesling grand cru Muenchberg du domaine Ostertag.                                                                                                               Riesling grand cru Rangen du domaine Schoffit et Zind Humbrecht.                                                                                          Riesling grand cru Kitterlé des domaines Schlumberger.                      

- Calcaires :                                                                                                                                                                          

Riesling grand cru Steigrubler du domaine Barmes Buechler                                                                                                    Riesling grand cru Hengst du domaine Barmes Buechler et Josmeyer                                                                                     Riesling Grapenreben du domaine Bott Geyl                                                                                                                        Riesling grand cru Osterberg du domaine Kientzler
Riesling  grand cru Kirchberg  de Ribeauvillé grand cru Geisgerg du domaine Kientzler
Riesling grand cru Furstentum et Rosenberg du domaine Albert Mann                                                                               Riesling Domaine clos Saint Landelin et grand cru Ziinkoepflé du domaine clos Saint Landelin-Mure                              Riesling Ostenberg du domaine  Etienne Loew                                                                                                                   Riesling grand cru Saering des domaines Schlumberger                                                                                                  Riesling grand cru Geisberg de Trimbach                                                                                                                           Riesling grand cru Pfingstberg du domaine Valentin Zusslin

- Schisteux :

Riesling grand cru Kastelberg de Marc Kreydenweiss  

- Marneux :                                                                                                                                                                                   

Riesling Grand  cru Schoenenbourg, Meyer-Fonne et Trapet Alsace                                                                                        Riesling grand cru Altenberg de Bergbieten du domaine Etienne Loew                                                                                Riesling grand cru Kaefferkopf du domaine Meyer-Fonne



Appellations Région  Types de sols 
Alsace grand cru altenberg de bergbieten Bergbieten Argilo-marneux
Alsace grand cru altenberg de bergheim Bergheim Marno-calcaire
Alsace grand cru altenberg de wolxheim Wolxheim Marno-calcaire
Alsace grand cru brand Turckheim Granitique
Alsace grand cru bruderthal Molsheim Calcaire
Alsace grand cru eichberg Eguisheim Marno-calcaire
Alsace grand cru engelberg Dahlenheim Marno-calcaire
Alsace grand cru florimont Ingersheim Marno-calcaire
Alsace grand cru frankstein Dambach-La-Ville Granitique
Alsace grand cru froehn Zellenberg Argilo-marneux
Alsace grand cru furstentum Kientzheim Marno-gréseux
Alsace grand cru geisberg Ribeauvillé Calcairo-gréseux
Alsace grand cru gloeckelberg Rodern Granitique
Alsace grand cru goldert Gueberschwihr Marno-calcaire
Alsace grand cru hatschbourg Hattstatt Marno-calcaire
Alsace grand cru hengst Wintzenheim Marno-calcaire
Alsace grand cru kaefferkopf Ammerschwihr Granitique
Alsace grand cru kanzlerberg Bergheim Argilo-marneux
Alsace grand cru kastelberg  Andlau Schisteux
Alsace grand cru kessler Guebwiller Gréseux
Alsace grand cru kirchberg de Barr Barr Marno-calcaire
Alsace grand cru kirchberg de Ribeauvillé Ribeauvillé Marno-gréseux
Alsace grand cru kitterlé Guebwiller Gréseux
Alsace grand cru mambourg Sigolsheim Marno-calcaire
Alsace grand cru mandelberg Mittelwihr Marno-calcaire
Alsace grand cru marckrain Bennwihr Marno-calcaire
Alsace grand cru moenchberg Andlau Marno-calcaire
Alsace grand cru munchberg Nothalten Gréso-volcanique
Alsace grand cru ollwiller Wuenheim Marno-gréseux
Alsace grand cru osterberg Ribeauvillé Marno-calcaire
Alsace grand cru pfersiberg Eguisheim Marno-gréseux
Alsace grand cru pfingstberg Orschwihr Calcairo-gréseux
Alsace grand cru praelatenberg Kintzheim Granitique
Alsace grand cru rangen Thann Volcanique
Alsace grand cru rosacker Hunawihr Calcaire
Alsace grand cru saering Guebwiller Marno-gréseux
Alsace grand cru schlossberg Kientzheim Granitique
Alsace grand cru schoenenbourg Riquewihr Argilo-marneux
Alsace grand cru sommerberg Niedermorschwihr Granitique
Alsace grand cru sonnenglanz Beblenheim Argilo-marneux
Alsace grand cru spiegel Bergholz Marno-gréseux
Alsace grand cru sporen Riquewihr Marno-calcaire
Alsace grand cru steinert Pfaffenheim Calcaire
Alsace grand cru steingrübler Wettolsheim Marno-calcaire
Alsace grand cru steinklotz Marlenheim Calcaire
Alsace grand cru vorbourg Rouffach Marno-gréseux
Alsace grand cru wiebelsberg Andlau Gréseux
Alsace grand cru wineck-schlossberg Katzenthal Granitique
Alsace grand cru winzenberg Blienschwiller Granitique
Alsace grand cru zinnkoepflé Westhalten Calcairo-gréseux
Alsace grand cru zotzenberg Mittelbergheim Marno-calcaire
 

 Avec la promotion du lieu-dit Kaefferkopf ( en français "tête de cafard") qui avait été délimité par un jugement du tribunal de Colmar dès 1932 ( les AOC ne datant que de 1936), classé en 2006, les grands crus d'Alsace sont maintenant 51. Pour ceux qui désireraient des informations complémentaires sur le Kaefferkopf, contactez l'auteur

Contactez l'auteur

reproduction interdite © stackanovins 2017

 

Posté par stackanovins à 12:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 avril 2017

L'Italie importée par Oenotropie

2 ans après, encore une très belle dégustation avec de grands noms mais à quel prix !

- Argentine : Bodega Chacra en Patagonie ; Des vignes franches de pied en Pinot noir  dans la vallée du  Rio Negro. Des vins d'une grande concentration et subtilité à faire pâlir de   jalousie la Bourgogne... mais avec des pix bourguignons : Barda 2014 : 36 €, Chacra 55 (planté en 1955) 2014 : 68 € et Chacra 32 (planté en 1932) 2013 à 128 €.

Espagne : Qui eut pensé que l'on faisait du vin... aux iles canaries. Et pourtant, jonatan Garcia à Tenerife  a réussi cet exploit sur 9 ha de terres volcaniques entre 400 & 700 m avec des cépages autochtones comme le Listan blanco et le Listan negro. Compter de 17 à 43 €. le blanc Trenzado  2015 a un grand nez de citron confit

- Italie : Abruzzes : domaine Emidio Pepe, le plus réputé de cette région sur 15 ha mais à quel prix : Trebiano (ugni blanc) 2014 splendide mais à 70 €. Montepulciano 2012 à 80 € et le grandiose Montepulciano riserva  1997 à 220 € .

Trentin (au pied des Dolomites) : Elisabetta Foradori nous enchante depuis plusieurs années chaque fois que nous la rencontrons, en particulier à Angers au Grenier Saint Jean. Un cépage local le Teroldego élevé en partie en   amphore produit entre ses mains des vins parmi les très grands de la péninsule mais il faut y mettre le prix de 47 à 62 € le col. 

Piémont : Molino produit à La Morra des Barolo parmi le meilleur rapport qualité-prix en Nebiolo : Barolo 2012 à 50 € qu'il faudra savoir attendre avec patience. Barolo La Serra 2012 86 € le col.                                                                                Luca Roagna produit des Barolo vendus de 120 à 230 € et dont le prix est manifestement injustifié.                                     Rino Sottimano : encore un grand producteur de Barolo  avec en particulier son Barbaresco pajoré 2013 au prix normal de 86 €, mais il faudra avoir 10 ans de patience minimum. Par contre son Cottta 2013 a seulement 68 € est presque prêt à boire.                                                                                                                                                                                                Roberto Voerzio la star du Barolo produit toujours d'immenses vins comme son Brunate 2011 à plus de 300 €   qu'il faudra attendre au moins 15 ans. Son chef de culture le jeune Cesare Bussolo possède à titre personnel une parcelle de 2 ha à La Morra où il ne produit que 3.800 bouteilles par an. Ce vin de garde, le Barbera d'Alba  Santa Lucia 2014 vous est proposé à seulement 35 €. Le meilleur rapport qualité-prix de cette dégustation.                                                                                     La famille Astrup  produit sur 24 ha en appellation Gattinara de grands Nebiolo en particulier  le Valferana 2009 dont les tannins sont maintenant presque fondus à 50 € le col.                                                                              

- Autriche : Fred Loimer à Kamptal , hormis le cépage local Grüner veltliner produit parmi les plus grands Riesling de son pays. en particulier le Riesling Loiserberg 2013 d'une très belle minéralité mais 56 € le col.            

Des vins sont également proposés dans les régions italiennes suivantes :  Toscane, Lombardie, Sicile, Vénétie (Proseco), Ombrie, Abruzzes, Sicile, Toscane, Frioul, Val d'Aoste, Campanie, Sardaigne.

Certains de ces vins peuvent être trouvés ailleurs à moindre coût. contactez l'auteur.

 

Contactez l'auteur

reproduction interdite © stackanovins 2017

 

Posté par stackanovins à 09:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 avril 2017

Les vins du monde par Barrère & Capdevieille

Barrère & Capdevieille : Cet agent bordelais sis  à Saint Emilion et propriétaire depuis 2008 de 2 grands cru de l'appellation : Chateau l'Evéché et  Chateau la chapelle lescours  s'intéresse aux vins du monde

En Italie, une quinzaine de régions sont présentes :

- Piémont : Tenute Sella sur des sols volcaniques très acides produit de beaux vins à base de 70% de Nebiolo avc un compément de Vespolina. Ces vins sont élevés en cuve inox puis de 28 à 48 mois en cuve bois et ou en en fût .  Vous aurez donc des vins taillés pour la garde. Quelques répérences : Bramaterra 2010, Lessona 2010, San Sebastiano allo zoppo 2007.   Luigi Pira jeune mais prometteur vigneron de Barolo dont certaines vignes sont mitoyennes du Domaine Gaja est à suivre.    Elio Altare à La Morra est un grand classique de la région. Il produit également un blanc magnifique en Basco, Albarola à Cinqueterre sur les falaises de Ligurie.

- Venise : Domaine Venissa, propriété de Desiderio Bisol  également bon producteur de Proseco  :  il y a environ 15 ans, Gianluca Bisol trouva à l'abandon 85 ceps de pied francs de Dorona (doré), vin blanc des doges. Il les acheta et les planta sur l'ile de Mazzorbo près de Burano. Par marcottage, il réussit à rétablir 0,8 ha de vigne et ne produit que 4.000 bouteilles de 50 cl en verre de Murano dessinée par Carlo Moretti. Ce vin rarissime est élevé en cuve de verre sur peau pendant 3 ans. Pour boire cette trouvaille, il faudra donc y mettre le prix.

- Veneto : Dal Forno star du Valpolicella avec une densité de 12.800 pieds à l'ha produit ds rouges grandioses en Carvina, Corvinone, Croatina et Oseleta élevés  15 jours en cuve inox puis 3ans en fûts et 3ans en bouteille. Il faudra savoir les attendre et y mette le prix : Valpolicella Superiore 2010 : 110€, Amarone della Valpolicella 2010; 400 € le col.                     Bisol déja cité plus haut est considéré comme une sommité du Proseco. Ses bulles dosées entre 8 & 9 gr de résiduel  sont bien faites mais leur prix les empêchera de rivaliser avec des champagnes honnêtes : de 13 à 20 €.

- Pour les amateurs d'eau de vie Nonino à  Ranchi di percato produit des Grappa en monocépagede 38 à 50°. Je vous recommande particulièrement Il  Proseco à base de Glérat (Proseco) à 38°.

D'autres jolis vins du Frioul, de Toscane, d'Ombrie, des Abruzzes, de Campanie, des Pouilles, du Basilicata, de Capri, de Sardaigne et de Sicile sont également représentés mais à quel prix!.

En Espagne où le choix est aussi vaste en bons vins, une douzaine de régions y sont représentées : Bierzo, Ribera del Duero, Rioja, Navarre, Campo    de Borja, Catalogne (Cava), Priorat,Cariñena, Terrerazo, Yecia.

Au Portugal : Vinho verde, Douro (Porto), Bairrada, Attentejo

En Argentine autour du Malbec à Mendoza.

Liban dans la Bekaa avec le chateau Kefraya.

Si vous souhaitez connaître les noms de domaines non cités, n'hésitez pas à m'interroger.

 

Contactez l'auteur

reproduction interdite © stackanovins 2017

 

 

 

Posté par stackanovins à 10:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 avril 2017

La folie des crus classés bordelais

La semaine des primeurs 2016 commence aujourd'hui. On nous annonce un millésime plus grandiose que 2015 lui même supérieur à la référence de  2010. Si on se réfère à la sortie des prix des 2015 (prix H.T départ négoce) qui viennent d'être publiés, nous ne sommes pas prêt d'en boire :

Margaux : 450                                                                                                                                                                             La Conseillante : 133                                                                                                                                                               Figeac : 120
Cheval Blanc : 620
Lafitte R : 450
Angélus : 294
Pavie :  294
Mouton R : 450
Haut Brion : 450
Pichon Comtesse : 113
Réserve Comtesse : 31
Canon : 72                                                                                                                                                                            Rauzan Ségla :  61

Contactez l'auteur

reproduction interdite © stackanovins 2017

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

 

 
 


   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   

Posté par stackanovins à 11:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 avril 2017

Du rififi dans les vignes bourguignones

d'après le livre de JP de la Rocque et Corinne Tissier  "Guerre & Paix dans la vignoble " chez Solar 2009
 
 
C’est Dallas in Burgundy : « Le clan des Leroy est aujourd’hui divisé en deux camps irréconciliables. « Lalou n’a pas pardonné à sa sœur Pauline Roch de l’avoir trahie », nous confie un courtier en vin. « Et lorsqu’il lui arrive de croiser son neveu Henry-Frédéric Roch dans un restaurant, elle sort précipitamment. »

Lalou Bize-Leroy nul besoin de la présenter, c’est une institution, « une grande dame du vin », dotée d’un fichu caractère elle sait ce qu’elle veut et elle fait ce qu’elle veut. Je l’ai rencontré lors de l’affaire où « Henri Nallet arrête les Japonais en Bourgogne ». En quelques mots, la maison de négoce Leroy (Lalou et sa sœur Pauline Roch) pour financer des acquisitions importantes, dont le rachat du domaine Noëllat en 1988, avait choisi de s’appuyer sur le groupe de distribution japonais Takashimaya importateurs de vins de Bourgogne. Cette prise de participation minoritaire de 33,6%  ne concernait évidemment pas une future prise de contrôle de DRC via la part tenue par les Leroy. Mais les communicants des ministres sont comme des sauterelles et ils ne savent pas lire. Henri Nallet le 1er septembre 1988 aurait mieux fait de se taire mais, à toute chose malheur est bon, ça m’a donné l’occasion de connaître Lalou Bize-Leroy, Pauline Fenal sa fille et de faire mon éducation à la dégustation des grands vins de Bourgogne.

« Les Villaine et le Leroy pour le meilleur… »
 
Je n’entre pas dans les détails :

- En 1942, Jacques Chambon, codétenteur de la DRC (la moitié) avec les de Villaine est vendeur et Henri Leroy fait une offre. Edmond Gaudin de Villaine ne peut suivre et le 31 juillet 1942, Leroy devient propriétaire de 50% de DRC.

- Henri Leroy est l’un des plus puissants négociant de Bourgogne et JF Bazin souligne qu’il «  a eu l’intelligence de comprendre avant les autres le capital que pourrait représenter un jour le Domaine de la Romanée-Conti »

- Aubert de Villaine, que l’on ne présente pas, fait remarquer qu’aussi étonnant que cela puisse paraître son grand-père faisait vivre le DRC « grâce aux revenus des fermes qu’il possédait dans l’Allier. Dans ma jeunesse, on considérait qu’on ne pouvait pas vivre en étant viticulteur. La Bourgogne était misérable. »

- Les 2 familles « les Villaine, vieille noblesse normande, et les Leroy, une famille de négociants bourguignons, dont le fondateur François fut élevé par l’Assistance Publique » sont issus de « 2 mondes qui ne se fréquentaient pas vraiment » mais  Edmond Gaudin de Villaine, père d’Aubert, et Henri Leroy, père de Lalou « vont former un duo efficace. » en partageant le pouvoir à travers « la cogérance d’une maison dont la forme juridique (société civile) et le mode de gouvernance (2 co-gérants et un conseil de surveillance) n’ont quasiment pas bougé depuis. »

- C’est Edmond Gaudin de Villaine qui tient la barre mais c’est Henri Leroy qui « finance une bonne partie de la modernisation du domaine et, surtout, l’arrachage et la replantation des vignes de la Romanée-Conti et de Richebourg, abîmées par le phylloxéra entre 1945 et 1947. »

-  En 1954, « Henri Leroy décide de léguer ses parts en deux moitiés égales à ses deux filles : Pauline, mère d’Henri-Frédéric Roch, et Marcelle dite « Lalou » Bize (nom de son ex-mari Marcel Bize) Leroy, mère de Perrine Fenal. »

-  18 ans après ce partage Lalou reprend les rênes de la maison Leroy et en 1974, « elle est nommée cogérante de la Romanée-Conti aux côtés d’Aubert de Villaine, son cadet de sept ans. »

« Aubert de Villaine et Lalou Bize-Leroy pour le pire… « 

Là encore, après celle d’une association, la chronologie d’une rupture :

-   « D’un côté, Aubert, un homme austère et discret. De l’autre, Lalou, une femme de caractère au tempérament « solaire », obstinée. Au début, leur relation paraissait idyllique. Même passion pour le vin, même respect pour le terroir du DRC, même exigence de qualité. Cette union professionnelle de l’eau et du feu va durer 18 ans, jusqu’au départ fracassant de Lalou Bize-Leroy en janvier 1992. »

- « À l’origine du clash, le monopole de la distribution des vins du DRC par la maison Leroy, à l’exception de la GB et des USA. Négocié par Henri Leroy en échange de son soutien financier au DRC, cet accord représentait, selon les Villaine et avant le conflit, une ponction trop importante sur les revenus du Domaine. »

- Comme  chacun sait, « la romanée-conti n’est pas disponible par caisse de 12. Les bouteilles sont réparties dans les caisses avec les autres crus du DRC. »  Ce système de rationnement « soi-disant démocratique » : limiter la spéculation et éviter la concentration des achats a aussi des effets pervers.

- Le grand millésime 1988, arrivé après un 86 et 87 considérés comme moyens, va provoquer le « faux-pas » de Lalou. « A-t-elle agit en connaissance de cause ou par négligence ? » elle fut à l’origine d’une spéculation sur le 1988 qui fâcha ses associés.

- « Femme d’affaires avisée, la patronne de la maison Leroy avait trouvé preneur à 10 300F (1570€) la caisse de 1988, un prix supérieur au tarif officiel.  L’acheteur s’empressa de les dépecer pour vendre à part les bouteilles de romanée-conti 1988 au prix « exorbitant » à l’époque de 4.500 F (686€) le flacon aux USA et jusqu’à 10 000 F (1524€) au Japon. » Puis il brada les 11 autres bouteilles du domaine : La Tâche, Richebourg, Grand Echezeaux, Echezeaux, Romanée saint-vivant, sur le marché gris au grand dam du distributeur exclusif américain des vins du DRC qui « s’était engagé à revendre ces bouteilles à prix supérieur. Il se retrouva alors mis au défi de vendre un La Tâche 1988 à 200 $ (138€) alors que la bouteille s’échangeait à 125 $ sur le marché gris. »

-  Le monsieur pas content réexpédie ses 3.000 caisses au domaine et réclame, comme le prévoyait le contrat, le rachat des invendus : 2,7 millions de F (410 000€). « Les Villaine estimèrent alors que la maison Leroy portait la responsabilité de cette affaire. Ils exigèrent de Lalou Bize-Leroy une participation au dédommagement. Elle refusa net. »

- « Chargé de trancher le conflit des cogérants, le conseil de surveillance, formé à l’époque d’Henri de Villaine, père d’Aubert, et de Pauline Roch, sœur de Lalou décide, le 15 janvier 1992, de révoquer Lalou Bize Leroy. »

- L’équilibre entre les 2 familles est rompu par le basculement des 25% de Pauline Roch du côté de la famille de Villaine. « Lalou est remplacée à la cogérance par Charles Roch, fils aîné de Pauline. Mais ce dernier se tue quelques semaines plus tard sur la route, et c’et finalement Henry-Frédéric Roch, le deuxième fils de Pauline et exploitant du domaine Prieuré Roch à Vosne-Romanée qui devient cogérant. »

- « Les Villaine remportent plusieurs batailles devant les tribunaux, et la maison Leroy perd le contrat de distribution conclu avec le DRC.


dans  « Guerre & Paix dans la vignoble » chez Solar 2009, vous trouverez la saga de  12 dynasties dont Pol Roger, Lurton, Rothschild, Drouhin, Hugel, Roederer pour les Français ; Egon Muller en Allemagne, Antinori en  Italie et Torrès en Espagne.

Contactez l'auteur

reproduction interdite © stackanovins 2017

Posté par stackanovins à 10:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 mars 2017

Trilogie en Côte de Nuits

Comme les 3 mousquetaires, elle sont 4, Morey Saint Denis, Chambolle Musigny, Vosne Romanée et Clos Vougeot. Dure journée avec environ 50 vignerons et une moyenne de 4 "climats" par individu. Je n'ai pu goûter qu'une trentaine de domaines. Comme à l'habitude je vous parlerai de ma sélection dans le rapport prix qualité plaisir sauf pour l'étude du Clos de Vougeot. La superficie des domaines va de 1,5 à 30 ha sauf pour Louis Jadot avec 204 ha et Bouchard père et fils avec 130 ha dont 12 ha de grands crus et 74 ha de premiers crus.  Les surfaces indiquées sont bien entendu pour la totalité de chaque domaine ou maison. Sauf exception, tous les vins sont du millésime 2015. Le problème principal avec beaucoup de ces producteurs, c'est qu'ils n'ont rien à vendre. Tout ou presque est comme à la Romanée Conti fourni sur allocation annuelle.

- Domaine Arlaud à 21220-Morey Saint Denis, 15 ha : un Clos de la Roche, grand cru tannique à souhait et de grande garde.

- Domaine Confuron Gindre à 21700-Vosne Romanée, 11 ha : probablement l'éleveur le plus qualitatif sur l'ensemble de  sa présentation avec un simple Bourgogne générique en provenance de la commune de Vosne Romanée ample, ce qui est rare dans cette région et surtout un Echezeaux grand cru presque digne d'un Grand Echezeaux.

- Henri  de Villamont à 21420-Savigny les Beaune,10 ha : un Grand Echezeaux grand cru 2014 à la hauteur de son appellation

- Domaine Henri Felletig à 21220 chambolle Musigny, 12,50 ha ; un Chambolle Musigny les Carrières minéral ce qui est rare dans cette région

- Anne Gros à 21700-Vosne Romanée, 6,50 ha : un Bourgogne générique et un Chambolle Musigny de très bon niveau mais... rien à vendre

- Domaine des Lambrays à 21220- Morey Saint Denis, 12 ha : Malgré le souhait de Bernard Arnault le Clos des Lambrays n'est pas un monopole car son voisin le Domaine Taupenot Merme en possède une "ouvrée" soit 4,28 ares. Encore un domaine qui a surement été surpayé.

- Domaine Hubert Lignier à 21220-Morey Saint Denis, 9 ha : un Morey Saint Denis 1er cru les Chaffots :  particulièrement concentré pour la région.

- Domaine Mongeard Mugneret à 21700-Vosne Romanée, 30 ha : certainement le meilleur producteur de cette dégustation avec en particulier un Grand Echezeaux donc Grand Cru grandiose. Sûrement le plus grand vin de cete présentation.

- Domaine Georges Noelllat à  21700-Vosne Romanée, 10 ha : un bourgogne générique intéressant.

- Clos de Tart à 21220-Morey Saint Denis, 7 ha 53 : un des rares grand cru monopole à la hauteur de sa réputation bien que boisé neuf à 85%.

- domaine Taupenot Merme  à 21220-Morey Saint Denis, 13 ha : pssède une "ouvrée" soit 4,28 ares qui empêche le Domaine des Lambrays de se prévaloir d'un monopole. un Chambolle Musigny 1er cru Combe d'Orveau particulièrement bien exposé.

- Domaine Cécile Tremblay à  21700-Vosne Romanée, 4 ha ; quand on est petit, on a le temps de bien soigner ses vignes. A remarquer en particulier un Chambolle Musigny 1er cru Feusselottes au dessus  du lot.

 

Clos de Vougeot : Le clos fut constitué vers 1330 quand les moines jugèrent utile de le ceindre de murs. Au cours du pontificat  de Clément VI (1342-1352), pour satisfaire celui qui fut le plus fastueux pontife d’Avignon, les cisterciens bourguignons subdivisèrent le Clos de Vougeot en trois climats afin de sélectionner la « cuvée du pape ». Les deux autres climats sont la « cuvée du roi » et la « cuvée des moines » de haut en bas. Cette faveur pour un vin rouge est une nouveauté du XIVe siècle. En 1364, le retour prévisible à Rome n'enthousiasmât que modérément la cour pontificale à tel point qu’Urbain V décida de frapper un grand coup en menaçant d’excommunication Jean de Bussières, abbé de Cîteaux, s’il continuait à approvisionner Avignon en Clos de Vougeot. Le bruit courait, en effet, que les cardinaux se refusaient d’aller à Rome où ils ne retrouveraient pas un tel cru. Pétrarque lui-même considérait que  "L’obstination des cardinaux à ne pas retourner à Rome trouve son origine dans la qualité des vins de Beaune. C’est qu’en Italie il n’y a pas de vin de Beaune et qu’ils ne croient pas mener une vie heureuse sans cette liqueur.  ils regardent ce vin comme un second élément et comme un nectar des dieux". Peu après son couronnement, en décembre 1370, Grégoire XI annula la menace d'excommunication et autorisa, à nouveau, l’abbé de Cîteaux à approvisionner sa Cour en Clos de Vougeot. Jean de Bussières fit parvenir à Avignon trente pièces de sa dernière vendange. Ce geste fut récompensé par la pourpre cardinalice.                                    Le clos a une superficie voisine de 50 ha répartie en environ 85 propriétaires dont certains  n'ont qu'un rang. Le plus  gros propriétaire est Chateau de la Tour (construit en 1890) avec environ 5 ha. Ce domaine se targue d'être le seul à vinifier ses vins dans l'enceinte du clos. Cela ne le rend pas meilleur pour autant car toute la culture est mécanisée. Je considère que c'est le moins intéressant de tous ceux que j'ai goûté y compris pour sa cuvée "vieilles vignes" de 3.000 cols parmi les 25.000 produits. Les meilleurs résultats sont obtenus par les propriétaires de parcelles dans le clos des papes, c'est à dire la partie située entre le château et les Petits Musigny. Les prix s'étagent entre 80 et plus de 200 €. Cela les vaut-il ? à vous d'en juger. Le problème si vous voulez en acheter, c'est qu'il n'est jamais indiqué sur les étiquettes du quel des 3 clos précités elle proviennent. Particularité, le cadastre n'y a jamais mis les pieds et il n'y a aucun bornage. Les limites se transmettent donc de bouche à oreille et il arrive qu'un propriétaire se trompe et coupe quelques grappes du voisin. Voir mon article du 2 avril 2012 pour d'autres détails.

- Maison Ambroise à 21700-Premeaux Prissey, 21 ha : en haut à 115 €. De loin pas le meilleur.

- Bouchard père et fils à 21200-Beaune 130 ha : pas le mieux élevé.

- Domaine d'Eugénie à 21700-Vosne Romanée, 5 ha : Ce n'est pas parce que l'on s'appelle François Pinault et que l'on achète un domaine à un prix déraisonnable que l'on doit en faire porter le prix sur le dos du consommateur. 1,2 ha vendu à 180 € le col et le reste est à l'avenant, pour une telle qualité ce ne sera pas mon choix.

- Domaine Faiveley à 21700-Nuits Saint Georges : 3 parcelles pour 1,28 ha dans le Clos des Moines à 189 € le col. C'est totalement disproportionné

- Domaine Philippe Charlopin à 21220-Gevrey Chambertin, 20 ha : une parcelle du bas plutôt bien réussie

- Domaine J.Grivot à 21700-Vosne Romanée, 15 ha : un beau vin vineux frais et  dense

- Anne Gros à 21700-Vosne Romanée  : 93 ares dans le clos des Papes : pas le plus réussi

- Michel Gros à 21700-Vosne Romanée : pas à la hauteur de sa parente

- Domaine François Lamarche à 21700-Vosne Romanée, 11 ha : un adepte de Parker avec une sucrosité dérangeante.

- Domaine Mongeard Mugneret à 21700-Vosne Romanée, 30 ha : 40 ares dans le clos du pape : un des meilleurs rapports qualité prix à 90 €.

- Domaine Georges Mugneret-Gibourg à 21700-Vosne Romanée, 8 ha : tendre mais bien fait.

- Domaine Jacques Prieur à 21190-Meursault, 22 ha : un bel avenir en perspective.

 

parcellaire Vougeot1

Que ceux qui souhaitent se procurer le parcellaire ci-dessus me contactent.

Pour une carte détaillée avec les surfaces de chaque propriétaire, voir celle établie par Laurent Gotti pour la collection Pierre Poupon.

Contactez l'auteur

reproduction interdite © stackanovins 2017

Posté par stackanovins à 14:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 mars 2017

les belles découvertes au salon de Groslay

A 17 km de Paris, cette petite ville du Val d'Oise en est  cette année à sa 26e édition. On y trouve des vignerons de belle réputation dans leur région comme Jo landron en Muscadet, Pithon Paille en Anjou ou Suronde en Quart de Chaume et Coteau du Layon. Quelques uns ont des prix prohibitifs pour leur appellation comme Opéra des Vins en Jasnières et Coteaux du Loir . Tant mieux pur eux s'ils trouvent des clients prêts à payer le double du prix du marché.

- Saint Nicolas en Fief Vendéens est cher (25€)  mais tout ceux qui l'ont goûté trouvent que cela est justifié.

- Domaine de la Tour Vieille  à 66190-Collioure : Banyuls rancio en soléra depuis 1952 pour accompagner un fromage  à pâte persillée comme le Roquefort ou un fondant au chocolat. 50 € les 50 cl

- Vouvray : Didier Champalou à 37210-Vouvray je suis ce bon vigneron depuis que Jean Luc Pouteau me l'a fait découvrir en 1985. Ses vins de Chenin secs à partir de 12,50€ sont réguliers. Pour les amateurs de Chenin passerillé La Moelleuse 2015 à 26 € les 50 cl et surtout pour les vins botrytisés Les Tries 2015 à 41 € les 50 cl.

- Fronton : Domaine de La Colombière à 31620-Villaudric pour les amateurs de vins concentrés avec le cépage Négrette en rouge à 13€. Une rareté en blanc sur 1,5 ha, le cépage ressuscité Bouysselet cultivé sur un sol d'argiles rouges. Une joli réussite qui se mérite à 16€ le col.

Côte Roannaise : Domaine Désormière à 42370-Renaison,  encore une peite appellation tricolore peu connue en Gamay et Chardonnay. Une belle réussite en bulles : Rosé D dosé à 15gr à 8,50€ le col. Blanc C non dosé, un Chardonnay à rendre jaloux des champenois à 9€.

- Sauternes : Rousset-Peyraguey à 33210-Preignac : un des rares vignerons de cette appellation en biodynamie. C'est pour moi le plus beau producteur de Sauternes. Des vignes de plus de 50 ans avec 80% de Sémillon, 15 % de Sauvignon et 5% de Muscadelle. Les vins sont élevés longuement de 4 à 6 ans ce qui explique leur concentration et leur magnifique équilibre sucre/acidité. Tout est un plaisir et en particulier l'originale cuvée Sélection de vin de voile élevée comme un Vin  Jaune jurassien. Si vous voulez découvrir ces pépites rendez vous en avril à la Belllevilloise (voir mon calendrier).

 

Contactez l'auteur

reproduction interdite © stackanovins 2017

 

Posté par stackanovins à 09:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]