mes plus belles dégustations oenologiques... ou les pire

15 mai 2019

10 au 12 février 2020

Wine paris et Vinexpo  ont annoncé aujourd'hui à Bordeaux leur union pour tenir conjointement à Paris salon commun pendant 3 jours en février 2020.

Posté par stackanovins à 22:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]


08 mai 2019

Le programme à partir de mai

                                                                                                                                                                                                Il n'y a pas qu'en Normandie ou dans le pays d'Othe que l'on réalise de bons cidres. Je viens de découvrir  par exemple les cidres du Maine maintenant en AOP :  la ferme du pressoir à 53400-Craon réalise également un pommeau du Maine, une fine  de Poire Williams qui titre donc 40° et qui arrive dans mon trio de tête des poires françaises et un remarquable cidre de glace.

Je prends dès maintenant comme l'an dernier les commandes. Le prix est exceptionnel pour la qualité : eau de vie de poire Williams : 35€ et cidre de glace 25€ (50cl). Pour toute information ou commande : Contactez l'auteur

                         mai   

                        24 au 26 Salon Nature et Vin des Vignerons Indépendants, parc floral

                        24 au 26 Pari fermier Levallois

                                24 au 26  Les Papilles résistent(salon des vins naturels), Cave d’Ivry, 40 rue Marat, 14 producteurs. 4 €.

                                25 & 26 Place St Jacques, Compiègne

                        27 le sud ouest monte à Paris 60 rue de richelieu à partir de 10h inscription : Clair de Lune

                        30 au 2 juin Pari Fermier ferme de Viltain

                        31 & 1/6 marché paysan boulevard Lamotte Piquet

                              31 rhums SBS chez christian de Montaguerre à partir de 18h30

juin

1 & 2 63 viticulteurs à 02-La fère en Tardenois

3 Grands crus de Bourgogne Ritz sur inscription : gmgc@fneb.org.

3 Nebbiolo a l'hotel Saint James & d'Albany pour s'nscrire:  www.nebbiolo.fr 

3 Saveurs d’Ishikawa : les rencontres professionnelles avec les producteurs,  Ritz à partir de 14h sur inscription : contact.pasona@gmail.com

4 Madère à l'OIV sur inscription : michelepiron@vinconnexion.com :

12 Les Champagnes par le Figaro chez Artcurial : 39 €

13 au 16 festival oenovideo  Mucem marseille

15 &16 vins bios Pantin rue Delizy

15 & 16 Arpajon

17 Vacqueyras à la pétanque de Montmartre  à partir de 11h30 : https://www.weezevent.com/vacqueyras-petanque-a-montmartre-2019

17 les Gds crus de Saint Emilion au Shangri la à partir de 11h pour s'nscrire : Contactez l'auteur

17 les 40 domaines de Valéry Namur à la Cartonnerie 18 rue Duguerry

        24 salon (prof) de l’Epicerie fine Epicure, Pavillon Gabriel, 5 Av. Gabriel, 75008. 9h à 18h. Puis remise des Prix Epicures de l’année. Sur inscription ; Contactez l'auteur

        29 &30 Bruyères gourmandes, 92400 Courbevoie

        30 la Paulée de l'anjou noir à la Coulée de Serrant 14h à 18h puis diner gastronomique au clos Saint Jean à Angers 75 € sur inscription : Contactez l'auteur 

 

       juillet

        1 Food court :Food court les cotes du rhone, Bastille Centre de Design 74 Boulevard Richard Lenoir 75011 sur iinscription Contactez l'auteur

 

septembre

trilogie Rum, Ron, Rhum dans le 75011??

octobre

          14 La Champagne par la RVF

 

        octobre

        20 finale Master of Port cercle des armées

        novembre

          4 Les vins de méditation et spiritueux (une sélection de vins mutés, liquoreux et de spiritueux) par la RVF

          8 & 9 marché paysan rue Cardinet

        15 & 16  salon des Outsiders

        18   Les vins bio & biodynamie par la RVF

        22 & 23 marché paysan bd Richard Lenoir

Contactez l'auteur

Posté par stackanovins à 19:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 mai 2019

Les rencontres viticoles du printemps 2019

 

Quelle déception, seulement 42 exposants contre plus d'une centaine habituellement et peu de visiteurs dans les allées.

 


Je me suis limité au 6 champenois présents et j'ai sélectionné :



- Régis Poissonet à 51480-Cuchery :  Terre d'Irizée un pur blanc de noir avec 84% de meunier et 6% de pinot noir dosé à 1,5 gr. Un beau vin pour accompagner un repas à 49€.


 

- Delphine Cazals à 51190-Mesnil sur Oger au coeur de la Côte des blancs, paradis du Chardonnay : Carte or brut dosé à 8 gr, un magnifique Champagne d'apéritif à 21 €. La Chapelle du clos 2012 dosé à 6 gr à 44 €. Le Clos 2005 extra brut dosé à 3 gr en provenance exclusive du clos ceint de murs à Oger 72 €.

 

- Mandois à 51530-Pierry : Clos Mandois 2008 vieillissement sur lie pendant  10 ans, nez de fruits confits & miel, bouche minérale avec des notes de pruneaux rappelant  de vieux cognacs. Un champagne de gastronomie dosé à 5 gr, 110 € le col

 

Contactez l'auteur


reproduction interdite  ©  stackanovins  2019

 

 

 

 

Posté par stackanovins à 20:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 avril 2019

Il n'y a pas que Mendoza en Argentine

Comme tous les ans, il s'est tenu à l'ambassade d'Argentine la célébration de la journée mondiale du Malbec aussi appelé Cot en France, cépage roi de ce pays importé dès 1853 par le français Michel Aimé Pouget. Le phyloxera n'y a pas causé de ravages et l'on trouve donc encore des ceps du XIXe siécle et les autre sont souvent  francs de pied.                                   La grande sommelière argentine Paz Levinson ( 4e au concours de meilleure sommelier du monde 2016) aujourd'hui chef sommelière du groupe Pic de Valence nous a enthousiasmé par ses connaissances sur les vignobles de son pays.               Voir également notre précédent article du 26 avril 2014.                                                                                                                Il faut cependant faire attention dans ses choix  car le principal client à l'exportation reste les USA et l'abus de chêne américain produit beaucoup de vins à la sucrosité surabondondante pour cause de goût du cola.                                                                                                                    

En dehors de Mendoza, la plus connue de ses régions viticoles qui s'étage de 450m à 3250m, il existe 3 autres régions :

- Salta au nord ouest, à la limite du Chili : le domaine Bodega Colomé 1831 produit lui aussi de jolis vins à base de Malbec. Nous avons goûté un 2016.

- San Juan lui aussi au nord du pays : le domaine Salentein Pyros produit lui aussi des vins à base de Malbec. Nous avons goûté un 2014.

- En Patagonie, tout au sud, la Bodega Noemia de Patagonia produit 90.000 cols de A Lisa 2013 à base de 90% de Malbec, 9% de Cabernet Franc et 1% de Petit Verdot.

- à Mendoza, dans la vallée d'Uco le domaine Diamandès vous surprend. En goûtant ses rouges, on se croirait à Bordeaux. Cela mérite une explication : ce domaine de 850 ha. appartient à des français la famille Bonnie propriétaire  de Malartic- LagravièreGazin-Rocquencourt. Michel Rolland n'est pas loin. L'encépagement : 64% de Malbec mais aussi 13% de Cabernet Sauvignon, 9% de Cabernet Franc, 6% de Syrah, 5% de Merlot et enfin 3% de Petit Verdot explique cela.                                                                                                                                                                                            Un négociant bordelais sis à 33565-Carbon-Blanc, Sovex Grands Chateaux, hormis les vins locaux importe des vins étrangers dont entre autre la bodega Luigi Bosca. J'ai apprécié  la Linda 2017 vin de fruits rouge ample et souple  à 7€ & surtout le premier DOC en 1991, Luigi Bosca 2015, vin sombre  avec en bouche des fruits rouges mais aussi ds épices et des fleurs blanches; Une belle complexité à servir sur un curry d'agneau. Il pourra s'assagir car sa garde sera idéale dans les 5 à 10 ans. Environ 14€ le col.

De nombreux importateurs existent en France : AWTC à 74290-Veyrier du lac, Barrère & Capdevielle à 33140-Villenave d'Ornon, Les Chais Saint Laurent à 93380 Pierrefitte, CdV à 44800-Saint Herblain, Explorateurs de vins 51100-Reims, Vignes des Andes à 78300-Poissy, Vins du monde 75001-Paris entre autre.

Contactez l'auteur

reproduction interdite © stackanovins 2019

 

Posté par stackanovins à 11:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 avril 2019

Un petit tour à Courbevoie au bénéfice du Rotary

On trouve souvent dans ce genre de manifestation tout public la possibilité d'acheter sur place de belles choses sauf comme d'habitude chez les négociants de Nuits Saint Georges (ils étaient hélas 2) sur une vingtaine d'exposants.

- domaine La Boulandière à 11200-Tourouzelle : cuvée Jean 2017, un Chardonnay qui s'exprime à merveille en pays d'Oc au nez d'agrumes & à la bouche intense. Vous aurez bien plus de plaisir qu'avec certains bourguignons pour seulement 8,50 €.

- Edouard Faller à 67600-Sélestat : cousin de Catherine Faller et feu  Colette Faller produit sur 17 ha à peu près tour ce que l'on peut trouver en Alsace.

Son Riesling produit à 80 hl/ha est honnête à 9€. Par contre, le Riesling  grand cru Frankstein à 50€ est trop cher.              Le Gewurtztraminer  grand cru Frankstein 2015  à 22 € est lui raisonnable Quand à ses vendanges tardives, elles ne sont pas envahies par la sucrosité.

- Domaine de Rochefolle à 69460-Saint Etienne des Oulières en Beaujolais produit un  Chardonnay"Nature" 2018 classique à 8,70 €.  Plus original,  "l'Inatendue" un Viognier IGP 2018 particulièrement intéressant ainsi que "l'improbable" un Pinot gris IGP 2018  bien réussi hors de sa région de prédilection, l'un & l'autre à 9,80 €.                                                                        

- Le Pas de la Dame à 11290-Montrecul vous propose le plus beau rapport qualité/prix jamais rencontré pour un Chardonnay du pays d'OC ou d'ailleurs :L'Elegante 6€.

- La cave de Lulud à 33590 Sain Vivien du Médoc est venue proposer des rhums et Whiskys single malt du monde originaux.

Kavalan en provenance de Taiwan : un bel équilibre à 43° pour 65€.                                                                                          Amrut d'origine indienne à 50°, fumé & puissant à 60 €.                                                                                            Bunnahabhain, un scotch à 46,3° tourbé pour 59€       

Contactez l'auteur

reproduction interdite © stackanovins 2019

 

                                                                                                          

Posté par stackanovins à 17:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]


05 avril 2019

QCM des vignerons indépendants

Posté par stackanovins à 12:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le concours des vins de plaisir par Bettane & Dessauve

Comm tous les ans, il a lieu aux caves Legrand  à Issy les Moulineaux sous la colline ( froid & humidité garantis).

A trois, nous nous sommes retrouvés face à 12 bourgognes blancs entre 9 & 15 €. Comme on peut découvrir les cachottiers à la fin de la dégustation, nous avons découvert qu'il s'agissait de Petit Chablis & Chablis des millésimes 2015 à 2018. Le moins bon d'entre tous était un Chablis de la maison Brocard en 2015. Nous avons voulu décerner 2 médailles d'or ( 15/20 et au dessus). Malheureusement Bettane & Dessauve n'ont pas validé notre choix et nous ont imposé  2 médailles d'argent & une de bronze seulement. Le vainqueur est Jean Durup à 89800-Maligny pour son Petit Chablis 2018 & son Chablis 2018.

Les médailles d'or :

Dr. Loosen/Gebr. Loosen Dr. L Off-Dry Mosel Mosel-Saar-Ruwer Blanc 2017 13,00 €
Domaine Bousquet Eva Malbec Bio Mendoza Cuyo Rouge 2017 11,89 €
Bernard Magrez Grands Vignobles Marques de Oro Rioja Castilla y León Rouge 2017 5,95 €
Christophe Rieflé pinot noir Alsace Alsace Rouge 2017 6,50 €
Domaine Robert Freudenreich riesling Prestige Alsace Alsace Blanc 2017 7,90 €
Christophe Rieflé Bergweingarten gewurztraminer Alsace Alsace Rouge 2017 9,00 €
Domaine Charles Frey pinot noir Quintessence Alsace Alsace Rouge 2015 17,00 €
Château du Bluizard David Ratignier Beaujolais-Villages Beaujolais Blanc 2018 6,50 €
Georges Duboeuf Château de la Perrière Brouilly Beaujolais Rouge 2017 8,90 €
Château du Moulin-à-Vent Les Terrasses du Château Moulin-à-Vent Beaujolais Rouge 2017 13,00 €
Château La Botte Prestige Thomas Blaye Côtes de Bordeaux Bordeaux Rouge 2016 7,50 €
Château Le Tros sauvignon Bordeaux Bordeaux Blanc 2018 4,30 €
Château de Fontenille Vieilles Vignes Bordeaux Bordeaux Blanc 2017 16,00 €
Vignobles Despagne Château Mont-Pérat Bordeaux Bordeaux Blanc 2016 18,00 €
Château La Tourbeille La Tourbeille Bordeaux Supérieur Bordeaux Rouge 2015 5,75 €
Château Toumalin Canon-Fronsac Bordeaux Rouge 2014 12,00 €
Kressmann Château La Pierriere Castillon Côtes de Bordeaux Bordeaux Rouge 2018 6,80 €
Château Turcaud Entre-Deux-Mers Bordeaux Blanc 2018 8,00 €
Château Haut-Carles Château de Carles Fronsac Bordeaux Rouge 2016 17,00 €
Vignobles Rochet Château La Rose Sarron Graves Bordeaux Rouge 2016 8,00 €
Château Brondelle Graves Bordeaux Rouge 2016 14,50 €
Château Rauzan-Gassies L'Orme de Rauzan-Gassies Haut-Médoc Bordeaux Rouge 2015 15,00 €
Château Cissac Haut-Médoc Bordeaux Rouge 2016 15,00 €
Château Larose-Perganson Château Larose-Perganson Haut-Médoc Bordeaux Rouge 2016 16,50 €
Château Haut-Lagrange Pessac-Léognan Bordeaux Rouge 2015 17,50 €
Château Yon-Figeac Les Roches de Yon Figeac Saint-Émilion grand cru Bordeaux Rouge 2016 15,50 €
Domaine de Carbonnieu Reflets de Carbonnieu Sauternes Bordeaux Blanc 2013 12,00 €
Domaine Edouard Delaunay pinot noir Bourgogne Côte d'Or Bourgogne Rouge 2017 16,00 €
Domaine Sébastien Dampt Chablis Bourgogne Blanc 2017 12,00 €
Caves Bailly Lapierre Noir & Blanc Crémant de Bourgogne Bourgogne Blanc NM 8,80 €
Champagne Louis Girard Tradition Champagne Champagne Blanc NM 13,50 €
Champagne Pehu-Guiardel et Fils Champagne Champagne Blanc NM 14,55 €
Champagne Joly-Champagne Gourmande Champagne Champagne Blanc NM 15,20 €
Champagne Albert de Milly Prestige Champagne Champagne Blanc 2009 15,50 €
Champagne H. David Heucq Champagne Champagne Blanc NM 16,20 €
Veuve Olivier & Fils Carte d'Or Champagne Champagne Blanc NM 16,80 €
Champagne Gratiot & Cie Almanach n°1 Champagne Champagne Blanc NM 16,80 €
Champagne Jean-Bernard Bourgeois Prestige Champagne Champagne Blanc NM 17,10 €
Champagne Sébastien Daviaux Blanc de Blancs Champagne Champagne Blanc NM 17,30 €
R. Gabriel Pagin Fils Carte d'Or Champagne Champagne Blanc NM 17,90 €
Champagne Xavier Loriot Fragment de Noirs Champagne Champagne Blanc NM 17,90 €
Champagne Guy Charbaut Sélection Champagne Champagne Blanc NM 19,80 €
Champagne Bauchet Origine Champagne Champagne Blanc NM 20,15 €
Champagne Sophie Didier 47 Champagne Champagne Blanc NM 21,00 €
H. Blin Champagne Champagne Rosé NM 22,00 €
Champagne Seguin Antoine Champagne Champagne Blanc 2009 22,00 €
Champagne de Villepin Millésimé Champagne Champagne Blanc 2013 23,00 €
Champagne Xavier Alexandre Grande Réserve Champagne Champagne Blanc NM 23,00 €
Champagne Esterlin Brut Éclat Champagne Champagne Blanc NM 24,00 €
Champagne Lacroix Triaulaire Poésie Fruité Champagne Champagne Rosé 2011 24,60 €
Champagne Sanger Terroir Natal Champagne Champagne Blanc NM 26,00 €
Château de l'Auche Champagne Champagne Rosé NM 27,00 €
Champagne Jean-Louis Vergnon Grand Cru Conversation Blanc de Blancs Champagne Champagne Blanc NM 27,20 €
Collard-Picard Prestige Champagne Champagne Blanc NM 27,50 €
Champagne Béatrix de Gimbres Réserve Champagne Champagne Blanc NM 28,00 €
Champagne Beurton-Couvreur Champagne Champagne Blanc NM 29,64 €
Champagne Lacroix Triaulaire Lieu-dit Mont Marvin Champagne Champagne Blanc 2011 29,80 €
Terra Vecchia Domaine Terra Vecchia bio Ile de Beauté Corse Rosé 2018 4,40 €
Alma Cersius Gardian Coteaux de Béziers Languedoc Rouge 2018 4,95 €
Terroirs du Vertige La Cuvée du Curé de Cucugnan Cucugnan Languedoc Rouge NM 4,50 €
Domaine François Lurton Château des Erles Abrigans Fitou Languedoc Rouge 2017 6,00 €
Mont Tauch Fruité Velouté Fitou Languedoc Rouge 2018 6,10 €
Les domaines Paul Mas Cabernet sauvignon Jean-Claude Mas Les Soubergues IGP d'Oc Languedoc Rouge 2018 5,60 €
Domaine de la Provenquière Cuvée P malbec, petit verdot IGP d'Oc Languedoc Rouge 2018 6,00 €
Les domaines Paul Mas Arrogant Frog Cabernet Merlot Bio IGP d'Oc Languedoc Rouge 2018 6,90 €
Cave Anne de Joyeuse Rhabdodon Priscus IGP d'Oc Languedoc Blanc 2018 7,10 €
Château Grezan Le Bastion IGP d'Oc Languedoc Rouge 2018 7,90 €
Domaine de la Provenquière Le Téméraire IGP d'Oc Languedoc Blanc 2016 9,00 €
Calmel & Joseph Ams Tram Gram L'Epicurius IGP d'Oc Languedoc Rouge 2018 11,00 €
Gérard Bertrand Domaine de l’Aigle pinot noir IGP d'Oc Languedoc Rouge 2017 12,50 €
Abbotts et Delaunay Domaine de la Métairie d'Alon, Chardonnay Le Village IGP d'Oc Languedoc Blanc 2018 16,90 €
Vignerons de la Méditerranée Domaine Sainte-Croix By Vo Languedoc Languedoc Rosé 2018 7,50 €
Château de Lascaux Garrigue Languedoc Languedoc Rouge 2017 8,50 €
Château Saint-Martin de la Garrigue Tradition Languedoc Languedoc Blanc 2018 10,50 €
Domaine Les Grandes Costes Musardises Languedoc Languedoc Rouge 2017 11,00 €
Domaine Les Grandes Costes La Sarabande Languedoc Languedoc Rouge 2015 14,65 €
Château Rouquette-sur-Mer L'Esprit Terroir Languedoc-La Clape Languedoc Rouge 2016 9,10 €
Château Lancyre Vieilles Vignes Languedoc-Pic Saint-Loup Languedoc Rouge 2017 14,00 €
Domaine Garrabou Font Vieille Limoux Languedoc Blanc 2017 14,00 €
Château d’Agel Les Bonnes Minervois Languedoc Rouge 2018 8,50 €
Lorgeril - Château de Pennautier Les Hauts de la Borie Blanche Minervois-La-Livinière Languedoc Rouge 2016 11,50 €
Domaine de Frégate Bandol Provence Rouge 2015 15,00 €
Clos Rial Réal Côtes de Provence Provence Rouge 2017 9,50 €
Château Nestuby Source Or Côtes de Provence Provence Rouge 2016 14,00 €
Estandon Coopérative en Provence Estandon La Vigne & La Roche Côtes de Provence Sainte-Victoire Provence Rosé 2018 13,00 €
La Cave de l'Abbé Rous Baillaury Banyuls grand cru Roussillon Rouge 2007 13,44 €
Mas Baux Rouge à Lèvres Côtes catalanes Roussillon Rosé 2018 11,00 €
Les domaines Paul Mas Château Lauriga cuvée Bastien Côtes du Roussillon Roussillon rouge 2017 11,70 €
Gérard Bertrand Réserve Côtes du Roussillon - Les Aspres Roussillon Rouge 2017 6,00 €
Vignerons de la Méditerranée Black Réserve Château Passa Aspirations Catalanes Côtes du Roussillon - Les Aspres Roussillon Rouge 2017 8,50 €
Vignerons de la Méditerranée Château Passa Mon repère Côtes du Roussillon - Les Aspres Roussillon Rouge 2017 8,50 €
Les Vignerons des Côtes d'Agly Château Montner Premium Côtes du Roussillon-Villages Roussillon Rouge 2016 10,00 €
Les Vignerons des Côtes d'Agly Expression Maury Roussillon Rouge 2016 9,60 €
Domaine Les Gravalous Tradition Cahors Sud-Ouest Rouge 2015 6,00 €
Château La Caminade Cahors Sud-Ouest Rouge 2018 8,00 €
Les Vignobles Saint-Didier Mission de Cenac Cahors Sud-Ouest Rouge 2017 8,50 €
Château Nozières L’Élégance Cahors Sud-Ouest Rouge 2016 15,50 €
Rigal et Fils Cepia malbec Comté Tolosan Sud-Ouest Rouge 2018 4,00 €
Lionel Osmin & Cie Négrette Conservatoire Comté Tolosan Sud-Ouest Rosé 2018 7,50 €
Domaine Les Remparts Sur un R Gascon Côtes de Gascogne Sud-Ouest Rosé 2018 5,00 €
Domaine d'Uby Domus by Uby Côtes de Gascogne Sud-Ouest Rosé 2018 5,30 €
Domaine de Pellehaut Été gascon Côtes de Gascogne Sud-Ouest Blanc 2018 6,85 €
Domaine Lionel Osmin & Cie Le Pouvoir des Fleurs Fronton Sud-Ouest Rouge 2016 11,00 €
La Cave d'Irouléguy Kattalingori Irouleguy Sud-Ouest Rouge 2017 12,90 €
Chateau de Cuqueron Cuvée 1 Jurançon Sud-Ouest Blanc 2014 16,40 €
Cave des Vignerons du Vallon Domaine de Ladrecht Marcillac Sud-Ouest Rouge 2018 8,30 €
Producteurs Plaimont Rosé d'Enfer Saint-Mont Sud-Ouest Rosé 2018 8,30 €
Château Gaudou Exception Vin de France Sud-Ouest Blanc 2018 6,00 €
Domaine Frédéric Mabileau Racines Bourgueil Vallée de la Loire Rouge 2015 16,00 €
Domaine de la Commanderie Renaissance Chinon Vallée de la Loire Rouge 2017 9,00 €
Domaine Clothilde Pain Secret d’Alcôve Chinon Vallée de la Loire Rouge 2017 11,50 €
Caves de Pouilly-sur-Loire Tonelum Pouilly-Fumé Vallée de la Loire Blanc 2017 13,90 €
Domaine Frédéric Mabileau Les Coutures Saint-Nicolas-de-Bourgueil Vallée de la Loire Rouge 2015 17,00 €
Château de Chaintres Les Hirondelles Saumur Vallée de la Loire Rosé 2018 7,95 €
Domaine des Grandes Espérances La Java Touraine Vallée de la Loire Blanc 2017 7,00 €
Escher & Thomas Vouvray Mousseux Vallée de la Loire Blanc 2015 12,00 €
Vignerons Ardéchois Buis d'Aps pinot noir Ardèche Vallée du Rhône Rouge 2017 6,80 €
Vignerons Ardéchois Grès du Trias viognier Ardèche Vallée du Rhône Blanc 2018 8,10 €
Vignerons Ardéchois Amandier Ardèche Vallée du Rhône Blanc 2017 8,30 €
Cave de Tain Première Note Collines rhodaniennes Vallée du Rhône Blanc 2018 5,10 €
Domaine Pierre Finon viognier Collines rhodaniennes Vallée du Rhône Blanc 2017 13,50 €
Domaine Notre-Dame de Cousignac Saint-Andréol Côtes du Rhône Vallée du Rhône Rouge 2018 12,00 €
Domaine des Maravilhas Maestral Côtes du Rhône-Villages Laudun Vallée du Rhône Rouge 2015 12,50 €
Cellier des Dauphins Les Grès Bleus Côtes du Rhône-Villages Plan de Dieu Vallée du Rhône Rouge 2018 8,50 €
Domaine de Cabasse Garnacho Côtes du Rhône-Villages Séguret Vallée du Rhône Rouge 2017 12,50 €
Cellier des Chartreux Je Donne Ma Langue au Chat Gard Vallée du Rhône Blanc 2018 5,00 €
Château Saint-Roch Tradition Lirac Vallée du Rhône Rouge 2017 12,15 €
Château Saint-Roch Confidentielle Lirac Vallée du Rhône Rouge 2017 16,70 €
Domaine des Maravilhas Pierre de Josette Lirac Vallée du Rhône Rouge 2016 16,90 €
Domaine Amédée Aiguebrun Pont de la Coquille Luberon Vallée du Rhône Rosé 2018 3,90 €
Domaine Amédée Les Hautes Sentes Luberon Vallée du Rhône Rouge 2016 5,50 €
Castel Les Barrabans Luberon Vallée du Rhône Blanc 2018 18,00 €
Cave de Tain Grand Classique Saint-Joseph Vallée du Rhône Rouge 2017 15,80 €
Château d'Aquéria Tavel Vallée du Rhône Rosé 2018 12,00 €
Pierre Amadieu La Grangelière Vacqueyras Vallée du Rhône Rouge 2017 12,00 €
Rhonéa L'Amicale de la Pédale Ventoux Vallée du Rhône Rosé 2018 5,50 €
Rhonéa L'Amicale de la Pédale Ventoux Vallée du Rhône Rouge 2018 5,50 €
Grandes Serres Lullaby Ventoux Vallée du Rhône rouge 2017 7,90 €
Rhonéa Liberté Fraternité Vin de France Vallée du Rhône Rosé 2018 5,40 €
Famille Perrin Les Cornuds Vinsobres Vallée du Rhône Rouge 2017 10,00 €
Disznókő DisznókőTokaji Late Harvest Tokaj Tokaj Blanc 2016 15,50 €
Agriverde Natum Terre di Chieti Pecorino Abruzzo Blanc 2018 12,00 €
Bernard Magrez Grands Vignobles Leyenda Douro Douro Rouge 2015 6,95 €

Contactez l'auteur

 

reproduction interdite © stackanovins 2019

 

Posté par stackanovins à 09:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 avril 2019

Groslay el le Club Professionnel du vin au pavillon d'Armenonville

A Groslay à coté d'Enghien est organisé tous les ans  un salon viticole par le caviste communal, la cave du Clos.De bons vins sont proposés à la vente et les professionnels peuvent les acquérir car celui-çi joue également le rôle d'agent pour nombre d'entre eux.

- Côte roannnaise : Desormière à 42370-Renaison : un Chardonnay authentique & plaisant à 7,50 € et Les Têtes un Gamay 2017 intense & coloré à attendre 6,60 €.

- Vouvray : Champalou à 37210-Vouvray : jean luc Pouteau m'a fait connaitre ce domaine il y a déjà plus de 30 ans. C'est toujours aussi bien fait. Un Chenin sec 2017 à13 € et un liquoreux Les Tries  2015 gras & ample en 50 cl à 32€ entre autre.

- Cotes de Toul : Lelièvre à 54200-Lucey : un Gris de Toul  2018 à base de Pinot noir et Gamay vinifié comme un blanc. Un bbon vin de plaisir à la couleur claire à 9,90 € ainsi qu'un Auxerroiis blanc 2018 à 11,00 €.

- Périgord noir : Domaine de la voie blanche à 24220-Saint Cyprien : D'une Source oubliée, un Cabernet franc fruité & sympathique à 8,90 €.

- Sauternes : Roussey-Peyraguey à 33210-Preignac : Ce trublion de l'appellation produit sur un peu plus de 14 ha des vins en biodynamie  sous la marque Dynamis. Il vient de voir un ha arraché par arrêté préfectoral la semaine dernière pour cause de flavescence dorée  (voir l'article spécifique). Il ne commercialise rien qui ait moins de 7 ans d'âge. J'aime tout ce qu'il fait (d'un bien meilleur rapport qualité- prix que Yquem aujourd'hui). Je vous recommande particulièrement  Sel de soleil 2006 passé 72 mois en barrique à 22 € la demie ( 37,5 cl).

- I Golosi 6 rue de la Grange Batelière Paris 9e dirigé par Marc Tonazzo dont j'ai déjà parlé le 18 septembre 2012 est un bon restaurant italien qui  vend également des petits & grands vins italiens. Ici il nous à fait goûter 6 Barollo tous plus exceptionnels les uns que les autres. Cela se mérite car les prix oscillent entre 50 & 100 € la quille. C'est cependant justifié  vu  l'age et la qualité des vins.

- Alsace : Hebinger à Eguishem : Riesling grand cru Hengst 2015 particulièrement intense et minéral à 16 €.

- Rivesaltes : Vaquer à 66300-Tressere : Sont  vin doux est élaboré en Solera, méthode d’élevage qui consiste, chaque fois que l’on soutire du vin pour le mettre en bouteille, à compléter la cuve avec un Rivesaltes plus jeune, mais d'une dizaine d'années au moins. Il faut éviter la rupture dans la “chaîne” aromatique: c'est la recette des aînés pour nous offrir des vins immortels, car l'esprit du premier millésimé est toujours présent, il “éduque” sa progéniture.                                                       Au domaine Vaquer, c’est la cuve 10, une très vieille cuve en ciment, qui héberge la Solera. Le cœur de cuve est un Macabeu de 35 ans, qui est rajeuni avec du Grenache blanc et du Grenache gris. C’est un vin doux mais avec un équilibre plus sec, plus nerveux, et une richesse aromatique incroyable où le grillé et le torréfié côtoient le curry, la pâte d’amande, la réglisse, une touche d'orange confite et une finale brou de noix… A ne pas manquer 24 €.

Je ne peux citer tous ceux que j' ai goûté tant il y en avait.

 

Club Pro du Vin au pavillon d'Armenonville :

Les vignerons ne reviennent quasiment plus d'une année sur l' autre à juste titre. Ils préférent participer à Force 4 qui aura lieu dans quelques semaines. A remarquer cependant ;

- Cotes d'Auvergne Boudes : située à 40 km au sud de Clermont ferrand, cette apellation est classée dans la Loire bien que travaillant des cépages bourguignons. Le domaine Sauvat à 63400-Boudes dont je vous ai déja parlé  à plusieurs reprises à l'ocasion du salon d'Angers m'enthousiasme tou.jours. Je vous recommande particulièrement  Nymphéa 2016 Pinot noir élevé en barrique plus intense que beaucoup de mauvais bourguignons et Demoiselle 2017, un Gamay sombre  et intense à déconsidérer beaucoup de beaujolais. Prix de 7 à 15 €.

- Bugey cru Manicle : domaine Monin 01350-Vongnes : appellation méconnue à tort comme les Boudes cités çi-dessus : Chardonnay en blanc, Pinot noir en rouge  et bien sur du Gamay et la Mondeuse locale.

- Saint Emilion grand cru  ; chateau Petit Mangot à 33330-Saint Etienne de Lisse : un 2016 prêt à boire et un 2015 imbuvable aujourd'hui mais avec un beau futur dans 5 à 8 ans. Unprix très raisonnable de 18 €.

 

Contactez l'auteur

reproduction interdite © stackanovins 2019

 

 

Posté par stackanovins à 20:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 mars 2019

Le rapporteur public rejette l'annulation du classement de Saint-Émilion

Dans la saga du classement des vins de Saint-Émilion de 2012, un nouvel épisode décisif s’est tenu ce 29 mars à la cour administrative d'appel de Bordeaux. Les propriétés non-classées ne sont pas fondées à demander l’annulation complète de l’arrêté d’homologation du 29 octobre 2012 tranche le rapporteur public Sabrina Ladoire, soutenant le jugement de première instance (rendu en décembre 2015). Si la cour d’appel n’a pas annoncé sa date de délibéré, les dés semblent jetés pour beaucoup, alors que les juridictions suivent généralement l’avis de leurs rapporteurs. On pouvait ainsi lire à la fin de l’audience publique la crispation sur les visages des trois propriétés requérantes (les châteaux Croque-Michotte, Corbin Michotte et La Tour du Pin Figeac), tandis que les organismes en défense étaient visiblement soulagés que leurs arguments aient été repris (les ministères de l’Agriculture et de l’Économie, l’Institut National de l'Origine et de la Qualité et le conseil des vins de Saint-Émilion).

Très techniques, les analyses juridiques du rapporteur public ont laissé sur leur faim les plaignants et leurs conseils qui souhaitent la déchéance du classement pour les 82 propriétés en bénéficiant illégalement selon eux. « Je n’ai pas entendu de réponses à nombre de requêtes » soupire Pierre Carle, le propriétaire du château Croque-Michotte. Rejetant les conclusions du rapporteur public, les plaignants réitèrent leurs critiques sur une procédure irrégulière de classement. Que ce soit sur le manque de transparence des critères de notation (notamment en matière de pondération) ou le principe d’impartialité (une procédure pénale étant en cours pour des soupçons de prise illégale d’intérêt).

Portés par les plaignants, les dix reproches concernant les irrégularités du jugement de première instance* ont cependant bien été retoqués un à un par Sabrina Ladoire dans ses conclusions. Mais le rapporteur public a surtout motivé ses demandes d’irrecevabilité par l’expiration du délai de recours pour le château Croque-Michotte (sa demande ayant été introduite le 21 février 2013, alors que l’arrêté d’homologation du classement a été publié le 7 novembre 2012), tandis qu’elle défend la fin de non-recevoir de la première instance pour les châteaux Corbin Michotte et La Tour du Pin Figeac. Pour le rapporteur public, cette demande principale ne peut être valide par la nature même du classement de 2012, qui a désormais un statut d’examen et non de concours.

Contrairement au précédent classement de 2006, qui a été annulé en justice dans son ensemble, le nouveau classement de Saint-Émilion n’a pas de numerus clausus ou de hiérarchie. L’arrêté de 2012 « substitue une liste ouverte, sans hiérarchisation par mérite, à une liste fermée qui existait précédemment. Cette nouvelle réglementation conduit ainsi le jury non plus à se prononcer sur les mérites respectifs des candidats, mais sur les mérites de chacun, indépendamment des autres. L’inscription d’un candidat ne saurait pas être préjudiciable aux candidats non-admis » explique Sabrina Ladoire. Quant à la demande subsidiaire d’annulation partielle des trois châteaux, le rapporteur public estime trop tardives ces nouvelles conclusions (ayant été déposées en avril 2013 et juin 2014).

Cette grille de lecture d’un classement par notes et plus par places va dans le sens de l’INAO, dont l’avocat, maître François Pinet, estime que l’arrêté attaqué « ne constitue pas un acte, mais une collection de 82 actes individuels d’admission. Un candidat écarté ne peut attaquer l’arrêté où ne figure pas sa non-admission. » Quelle que soit la décision de la cour administrative d'appel de Bordeaux, il est certain qu’il y aura un prochain épisode au conseil d’État. Mais la solidité apparente du changement de nature du classement de Saint-Émilion, passant du concours à l’examen, est déjà relevé par les institutions viticoles, alors que la préparation du classement de 2022 approche à grands pas.

* : Notamment concernant l’impact des modifications du cahier des charges (densité de plantation, écartement entre les plants des vignes…), jugées mineures par le tribunal administratif, tandis que les propriétés déclassées demandaient une Procédure Nationale d’Opposition. Sabrina Ladoire souligne que le tribunal n’avait pas à répondre sur la composition du Comité National AOC de l’INAO, « dans le cadre de la contestation d’un acte réglementaire par voie d’exception, ne peuvent être invoquées les conditions d’éviction de cet acte, les vices de forme et de procédure dont il pourrait être entaché » souligne Sabrina Ladoire. Qui précise que le tribunal n’a pas à statuer sur toutes les demandes.

d'après Alexandre Abellan de Vitisphère

Posté par stackanovins à 11:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 mars 2019

Le concours de meilleur sommelier du monde du 11 au 15 mars 2019 à Anvers

Liste des 65 candidats 2019 :

  •  Carl Villeneuve Lepage 33 ans CANADA
  • Andreas Jechsmayr 46 ans AUTRICHE
  • Aleksandr Rassadkin 31 ANS RUSSIE
  • Eric Zwiebel 45 ANS ROYAUME-UNI
  • Julie Dupouy 35 ANS IRLANDE
  • Marc Almert 27 ANS ALLEMAGNE
  • Ivan Jug 35 ANS CROATIE
  • Thorleifur Sigurbjörnsson 43 ANS ISLANDE
  • Daniele Arcangeli 42 ANS ITALIE
  • Piotr Pietras 31 ANS POLOGNE
  • Jo Wessels 32 ANS AFRIQUE DU SUD
  • Kaspars Reitups 28 ANS LETTONIE
  • Dayana Nassyrova 21 ANS KAZAKHSTAN
  • Andreas Kyprianou 40 ANS CHYPRE
  • Ivo Peralta 27 ANS PORTUGAL
  • Martin Gruzovin 38 ANS SLOVÉNIE
  • Julia Scavo 35 ANS ROUMANIE
  • Pakpoom Towatcharakun 34 ANS THAÏLANDE
  • Antoine Lehebel 36 ANS BELGIQUE
  • Livern Ho 31 ANS MALAISIE
  • Nina Højgaard Jensen 26 ANS DANEMARK
  • Jeff Luciano Thomé 33 ANS MAURICE
  • Fabio Masi 36 ANS SUISSE
  • Jungmin Ahn 31 ANS CORÉE DU SUD
  • Máté Horváth 33 ANS HONGRIE
  • Martynas Pravilonis 32 ANS LITUANIE
  • Alp Acik 32 ANS INDE
  • Satoru MORI 41 ANS JAPON
  • Anna Pototska 32 ANS UKRAINE
  • Tamaz Tamazashvili 26 ANS GÉORGIE
  • Bujar Tukuli 33 ANS ALBANIE
  • Fredrik Lindfors 32 ANS SUÈDE
  • Simon Zimmermann 29 ANS NORVÈGE
  • Gonzalo Troncoso 36 ANS CHILI
  • Oscar Orta 33 ANS VENEZUELA
  • Vuk Vuletić 27 ANS SERBIE
  • Martin Bruno 35 ANS ARGENTINE
  • Federico de Moura 37 ANS URUGUAY
  • Reeze Choi Kam Fung 31 ANS CHINE
  • Diego Arrebola 37 ANS BRÉSIL
  • Aristotelis-Iosif Sklavenitis 31 ANS GRÈCE
  • Markku Niemi 29 ANS FINLANDE
  • Ketri Leis 28 ANS ESTONIE
  • Bruno Scavo 58 ANS MONACO
  • Rastislav Šuták 45 ANS SLOVAQUIE
  • Steve Ayon Espitia 28 ANS MEXIQUE
  • Pier-Alexis Soulière 31 ANS CANADA
  • Raimonds Tomsons 38 ANS LETTONIE
  • Roberto Duran 38 ANS ESPAGNE
  • Wataru Iwata 29 ANS JAPON
  • Chang-Hsun Yeh 40 ANS TAÏWAN
  • Loic Avril 33 ANS AUSTRALIE
  • Eanglebert Guina 41 ANS PHILIPPINES
  • David Biraud 46 ANS FRANCE
  • Lendl Mijnhijmer 33 ANS PAYS-BAS
  • Jakub Přibyl 35 ANS RÉPUBLIQUE TCHÈQUE
  • Roberto Araujo 54 ANS PARAGUAY
  • Joseph Ruiz Acosta 33 ANS PÉROU
  • Andrea Martinisi 33 ANS NOUVELLE-ZÉLANDE
  • Zeljko Hajdukovic 29 ANS MONTÉNÉGRO
  • Zakaria Wahby 31 ANS MAROC
  • Niels Philip Toase 33 ANS LUXEMBOURG
  • Shu hui Chua 32 ANS SINGAPOUR
  • Andres Villegas-Green 36 ANS COLOMBIE
  • Dario Rosario Mejia 46 ANS RÉPUBLIQUE DOMINICAINE
  • Dustin Chabert 32 ANS ÉTATS-UNIS

Liste des 16 meilleurs sommeliers du monde

  • 2016 (Mendoza) : Jon Arvid Rosengren (Suède)
  • 2013 (Tokyo) : Paolo Basso (Suisse)
  • 2010 (Santiago) : Gerard Basset (Royaume-Uni) décédé
  • 2007 (Rhodes) : Andreas Larsson (Suède)
  • 2004 (Athènes) : Enrico Bernardo (Italie)
  • 2000 (Montréal) : Olivier Poussier (France)
  • 1998 (Vienne) : Markus del Monego (Allemagne)
  • 1995 (Tokyo) : Shinya Tasaki (Japon)
  • 1992 (Rio de Janeiro) : Philippe Faure-Brac (France)
  • 1989 (Paris) : Serge Dubs (France)
  • 1986 (Venise) : Jean-Claude Jambon (France)
  • 1983 (Bruxelles) : Jean-Luc Pouteau (France)
  • 1978 (Lisbonne) : Giuseppe Vaccarini (Italie)
  • 1971 (Milan) : Piero Sattanino (Italie)
  • 1969 (Bruxelles) : Armand Melkonian  (France)
  •                                                                                                                                                                                         
  • 2010 : à Santiago du Chili, le français Gérard Basset, de nationalité britannique et représentant donc le Royaume Uni a été élu après avoir été  finaliste lors des cinq dernières éditions. ll a battu en finale le Français David Biraud et le suisse Paolo Basso. Il y avait au départ 51 candidats représentant 48 pays.                                                                2013 : à Tokyo, Paolo Basso pour la Suisse après 3 participations à la finale et 3 deuxième place. Ni David Biraud, le candidat tricolore, ni les Français de l'étranger Eric Zwiebel (Royaume-Uni) et Franck Moreau (Australie) n'ont  dépassé le stade des demi finales. Les 2 autres finalistes étaient Véronique Rivest (Canada) 2e et Aristide Spies (Belgique) 3e.

        

     

    MSM2013

    2016 : à Mendoza en Argentine organisé par  la Commission Concours de Sommeliers de l'ASI, dirigée par Gérard Basset, Meilleur Sommelier du Monde 2010, et composée de Meilleurs Sommeliers du Monde, dont Serge Dubs, Shinya Tasaki, Markus del Monego, Andreas Larsson et Paolo Basso qui a concocté toutes les épreuves du concours. 60 candidats représentant 57 pays se présentaient. Au terme de trois jours de compétition intense, c’est le suédois Arvid Rosengren, qui s’est imposé lors de la finale qui l’opposait à David Biraud, sommelier au Madarin Oriental à Paris, et Julie Dupouy, une française qui exerce en Irlande

     

    Il ne faut cependant pas oublier de citer Paul Brunet, aujourd'hui plus de soixante quinze ans  et premier lauréat du concours international de sommeliers déjà à Bruxelles en 1959. Il n'y avait alors que neuf candidats.

    Si la France a été 6 fois titulaire du titre, elle brille par son absence depuis l'an 2000.

Après les quart de finale de lundi, David Biraud qualifié parmi les dix neuf au lieu de dix huit pour la demi finale dont les deux japonais et trois autres français qui ont mis leur talent au service d'autres nations. Loïc Avril pour l'Australie, Antoine Lehebel pour la Belgique, Julie Dupouy pour l'Irlande, Eric Zwiebel pour le Royaume-Uni,  Bruno Scavo pour Monaco dont la femme Julia Scavo représente sa nation natale la Roumanie :

Suède,  Serbie,  Russie,  Roumanie, Pologne,  NZ,  Ukraine,  Japon,  Irlande,  Allemagne,  Danemark,  Chine,  France, Australie,  Argentine,  Lettonie,  Belgique,  Canada,  Japon

Les trois sélectionnés pour la finale sont  Marc Almert 27 ans qui faisait face à la sommelière danoise Nina Hjgaard Jensen (arrivée deuxième) 26 ans et au sommelier letton Raimond Tomsons (arrivé troisième) 37 ans. On remarquera que David Biraud 2e en 2016 à Mendoza ainsi que Julie Dupouy 3e à l'époque ne se sont pas qualifiés cette année pour la finale.                                   

 

Contactez l'auteur

 

reproduction interdite © stackanovins 2019

 

 

 

Posté par stackanovins à 09:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le concours 2019 des vins de vignerons indépendants

Trois sessions ont réuni 650 dégustateurs pour chacune.

Dans la première je me suis confronté aux vins de l'appellation Altesse. Problème les trois autres, amateurs n'en avait jamais entendu parler. Ils ne savaient même pas que c'était un vin blanc savoyard. L'Altesse est aussi connu sous les noms d'Arbane, Fusette d'Ambérieu, Fusette de Montagnieu, Roussette, Roussette de Montagnieu, Roussette haute. Deux sous régions ont une appelation locale, Roussette de Bugey et Marestel, Au pied de la Montagne du Chat à l'ouest du lac du Bourget. Le vignoble est implanté sur les parties hautes et pentues du coteau (pentes de 30 à 70%), à exposition sud ouest, sur des sols argilo calcaire et sur les éboulis calcaires du jurassique. Il bénéfice d'un climat tempéré grâce au lac du Bourget : étés chauds et hivers doux. Cette dénomination géographique est liée à l’histoire du cépage Altesse. En effet, le Marestel doit son nom à Claude Mareste qui importa de l’île de Chypre, les premiers plants du cépage Altesse, remarqué par sa qualité. De retour de croisade, il les a offert à Anne de Lusignan (en guise de cadeau de mariage), fille du roi de Chypre, devenue duchesse de Savoie. Conseiller et maître d’hôtel du duc de Savoie Emmanuel-Philibert, ce dernier le fit baron de Lucey en 1563. Enfin, en mémoire du Croisé, la Duchesse baptisa ce vin « Marestel ». Le domaine et le château de Lucey furent vendus en 1816 à un marchand de bien, qui l’année d’après les céda au Comte de Boigne dont la famille possède encore ce vignoble. L'AOC Roussette de Savoie Marestel a été crée en 1973.

 

Nous avons goûté 12 domaines des milllésimes 2015, 2016 & 2018. Après bien des discussions j'ai obtenu que le  Marestel 2015 d'une grande intensité gustative obtienne une médaille d'or tant il supplantait pour moi tous les autres. A recommander particulièrement avec un salmonidé local comme l'omble chevalier.

Ensuite je suis passé à l'appellation lalande de Pomerol en millésime 2016 & 2017. Douze vins à comparer. Originalité  certains étaient déja ptêt à boire alors que d'autres étaient aujourd'hui du jus de bois imbuvable mais seront dans un futur d'au moins 10 ans stabilisés. En finale 2 médailles d'or.

J'ai terminé par une longue session de 9 Saumur-Champigny 2018 et 5 Saumur 2017. Rien de mauvais mais rien d'extraordinaire. en final, 2 or et un argent en Saumur-Champigny et 1 or et 1 argent en Saumur.

 

Contactez l'auteur

reproduction interdite © stackanovins 2019



Posté par stackanovins à 09:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Alain Déjean et Rousset Peyraguey devant la justice


Le vigneron de Sauternes continue de défendre ses solutions alternatives pour ne pas arracher une parcelle. Tandis que les traitements obligatoires contre la maladie de quarantaine sont relancés sur sa commune.

« Tout sera fini ce 31 octobre, par un jugement » affirme avec assurance le vigneron Alain Déjean (domaine Rousset Peyraguey). Passant devant le tribunal administratif de Bordeaux pour ne pas avoir réglé en 2016 une facture de 6.171,56 € HT au Laboratoire Départemental d’Analyse, l’exploitant lie ce refus à celui d’arracher une parcelle jugée contaminée par la flavescence dorée depuis 2015. Figure pour le moins iconoclaste de Sauternes*, Alain Déjean réfute depuis trois ans le diagnostic du Groupement de défense contre les organismes nuisibles des Graves et du Sauternais (GDON). Ses experts ayant prospecté une parcelle du domaine Rousset Peyraguey et estimé qu’elle était contaminée à plus 20 % de ses ceps par le phytoplasme de la flavescence dorée.

Rejetant en bloc cette évaluation, Alain Déjean refuse de se plier à l’arrêté préfectoral imposant d’arracher les parcelles de vignes infectées par la maladie de quarantaine.  Le vigneron estime depuis 2015 qu’il y a une surestimation des syndromes sur de vieilles vignes touchées par l’esca. Alain Déjean assure également qu’un traitement naturel des ceps infectés permettra de guérir les ceps touchés.

Pour résoudre cette impasse, le GDON et le Service régional de l’alimentation (SRAL) se sont accordés en septembre 2016 sur un protocole dérogatoire avec Alain Déjean afin d’analyser, à titre expérimental, sa parcelle et en vérifier la contamination réelle, pied par pied. Réalisés en urgence par le Laboratoire départemental d’analyse sur commande du SRAL (le premier étant prestataire, le deuxième commanditaire), 277 tests PCR en temps réel ont été menés. Le devis se basant sur l’engagement d’Alain Déjean de les régler. Ce qu’il refuse obstinément, estimant que la procédure est viciée d'irrégularités depuis l’origine.

« Le GDON a compté 900 pieds sur ma parcelle, il y en a plus de 1 200 en réalité. Ce qui fait que le taux de contamination ne dépasse pas 18 %. Le nombre de pieds dans la parcelle a été volontairement diminué ! » clame Alain Déjean, qui accuse clairement le GDON de mentir et laisse la porte ouverte à de futures poursuites au civil. « Tout dépend de ce que l’on appelle un pied de vigne… Il y a beaucoup de repousses de porte-greffe dans cette parcelle » note Catherine Bastiat, la directrice du GDON. Des arguments qui ne tiennent pas pour Alain Déjean, qui rejette « des mensonges ».

« Il faut voir les faits ! » clame-t-il, sans pour autant vouloir communiquer, « pour l’instant », les résultats des analyses effectuées en 2016. Il souligne, en revanche, que s’il a arraché dix pieds sur la parcelle, il n’en a plus que 4 atteints par la flavescence dorée. « Je reproche au GDON ne pas chercher à savoir. Je ne dis pas que j’ai la solution, mais j’ai des résultats avec des élixirs de minéraux pulvérisés à la taille » soupire-t-il. Soulignant qu’il traite la flavescence dorée : « on ne part pas comme ça avec du purin d’orties et des prières à la Vierge Marie ! La recherche doit se pencher sur d’autres solutions, et pas que sur du poison contre des insectes »

« Je suis tout à fait d’accord sur la problématique des insecticides, ce n’est pas une solution. Notre objectif est d’arrêter de traiter, mais pour cela il faut une gestion de l’épidémie par la surveillance et l’arrachage des pieds touchés » réplique Catherine Bastiat. Reposant sur une analyse de risque sur les 7 000 hectares du GDON, le dispositif actuel a permis de réduire de 24 000 à 1 400 le nombre de pieds positifs, entre la première prospection de 2011 et celle de 2018. Une gestion collective dont la mécanique de précision est enrayée par le foyer d’Alain Déjean  entend-on dans le vignoble voisin.

« Sa démarche n’est pas crédible. On a dû relancer les traitements à cause de son obstination »enrage, anonymement, un vigneron voisin, qui rit jaune devant l’image de « vignes Koh-Lanta »pour décrire les parcelles du domaine Rousset Peyraguey. « On reproche à Alain Déjean de ne pas arracher un pied quand il est contaminé » martèle Xavier Planty, le président du syndicat viticole de Sauternes et du GDON. « Par sa faute, toute la commune de Fargues est obligée de traiter cette année. Alors qu’il n’y a pas d’autres foyers que lui… »

 « Vous ne pouvez pas dire que toute la commune est traitée à cause de moi ! » s’emporte Alain Déjean, qui dit « régler son problème de flavescence dorée sans poison. Je n’ai plus que 4 pieds atteints ! » Se disant à demi-mot très affecté par la procédure, Alain Déjean se réserve la possibilité de faire appel si la décision du 31 octobre ne va pas dans son sens. La conclusion de cette affaire reste donc en suspens.

Contactés, le département de Gironde (dont dépend le Laboratoire d'Analyses Départemental) et la préfecture (dont dépend le SRAL) n'ont pas souhaité commenter ce contentieux.

* : Depuis le millésime 2010, son domaine est sorti de l’AOC et a créé son label privé de biodynamie (sans être certifié en bio).

Qu’en est-il de la procédure de la préfecture ?

En refusant d’arracher sa parcelle, Alain Déjean contrevient à l’arrêté du 19 décembre 2013 (« relatif à la lutte contre la Flavescence dorée de la vigne et contre son agent vecteur ») et à l’arrêté préfectoral du 23 juin 2014 (de « lutte contre la flavescence dorée »). À ce titre, il a été mis en demeure de se conformer à la réglementation, ce qu’il a contesté au tribunal administratif. Face à un vice de forme soulevé (une absence de courrier recommandé pour garantir le principe du contradictoire), la préfecture a retiré sa mise en demeure en 2017, pour la relancer ce 7 juillet 2018. « Cette seconde décision fait également l'objet d'un recours sur lequel le Tribunal devrait statuer dans les prochaines semaines » nous précise la Préfecture. « Il y a eu non-lieu, vous ne pouvez pas relancer la procédure sans de nouvelles mesures » rejette Alain Déjean, qui estime qu’il ne peut plus être attaqué pour son refus d’arrachage.
 

D'après Alexandre Abellan deVitisphère

Vendredi   15 mars le préfet a diligenté une brigade de gendarmerie et à fait arraché les 1600 ceps de la parcelle. La facture d'environ 1600 € sera adressée au vigneron.

Posté par stackanovins à 09:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 mars 2019

une nouvelle co-gérante à la Romanée Conti

La Bourgogne se targue de posséder les deux plus petites A.O.P monopole de France :

- La Romanée pour 2 ouvrées (Cette ancienne mesure agraire correspond à la surface de vigne qu'un vigneron pouvait bêcher pendant une journée de travail) soit 4,28 ares ou 425 m2  qui produit 52 hl/ha et appartient à la famille Ligier Belair.

- La Romanée Conti pour 1ha 80 ares 52 centiares qui produit 27 hl /ha en moyenne soit six mille bouteilles les bonnes années, et appartient de nos jours à deux familles les Leroy et les De Villaine. Il n'y eut que sept propriétaires depuis l'origine: famille Duvault-Blochet depuis 1869 , banquier Ouvrard, Nicolas Deferrre, prince de Conti de 1760 à 1793, famille Cronenbourg, abbaye de Saint Vincent et enfin abbaye de Citeaux à l'origine. Ce fut le dernier clos en Bourgogne à résister au phylloxera, mais, pendant la seconde guerre mondiale, le manque de sulfure de carbone entraîna la destruction des ceps. En 1945, on ne produisit que 600 cols. Il fût donc procédé à l'arrachage et à la replantassion. De 1946 à 1951, il n'y eut donc aucune production de Romanée Conti.

Pour ceux qui s'intéressent à la généalogie :

Jacques-Marie Duvault (1789-1874) épouse Sophie Blochet en 1817. ses filles Claudine-Constance Massin et Henriette Dupuis en héritent. Devenue veuve en 1883, Claudine-Constance cède ses parts à sa fille Gabrielle Chambon qui les cède à sa tante Henriette Dupuis en 1885. Au décès d'Henriette en1887, la vigne passe à sa soeur et à ses nièces. Elle devient ensuite la propriété de deux  descendants : Jacques Chambon (1889-1969) et sa soeur Marie-Dominique Gaudin de Villaine née Chambon (1883-1915), enfants de Gabrielle Chambon (1857-1903) et arrière-petits-enfants de Jacques-Marie Duvault-Blochet. La famille Gaudin de Villaine demeure aujourd'hui propriétaire de la moitié de la Société Civile du Domaine de la Romanée-Conti : Edmond (1881-1950), Henri (1909-1998), Aubert, représentent les familles descendantes et cohéritières. Elles sont constituées aujourd'hui des enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants d'Henri, mari d'Hélène Zinoviev, et de son frère Jean (1910-1975), mari de Simone-Marie de France. En 1942 Jacques Chambon cède ses parts à Henri Leroy (1894-1980), qui les transmet lui-même à ses filles Pauline Roch (1929-2009) et Marcelle (Lalou) Bize. La première a trois enfants, Charles (1957-1992), Isabelle et Henry-Frédéric ; la seconde une fille, Perrine Fenal. Sous le contrôle d'un conseil de surveillance (un représentant de chaque famille : Henri de Villaine et Pauline Roch durant les années 1990-2000, aujourd'hui Henri de Villaine et Perrine Fenal), le Domaine est dirigé par deux associés-gérants : Aubert de Villaine et Lalou Bize-Leroy, de 1974 à 1991, puis Aubert de Villaine et Charles Roch, remplacé à son décès en 1992 par Henry-Frédéric Roch Deux mois après le décès de ce dernier en novembre 2018, le domaine de la Romanée Conti a une nouvelle co-gérante au côté d'Aubert de Villaine. Il s'agit de Perrine Fenal, la fille de Lalou Bize-Leroy, elle même co-gérante débarquée il y a une trentaine d'année suite à ses malversations américaines.

Perrine Fenal avait été nommée membre du conseil de surveillance du domaine de la Romanée Conti en 2004, à la suite de sa tante Pauline Roch. "C’est Isabelle Roch, la fille de Pauline et la soeur d’Henry-Frédéric Roch, qui reprend aujourd’hui cette fonction", précise le domaine bourguignon.

Il ne faut pas oublier que si aujourd'hui les vins du domaine atteignent des sommets, ce n'était pas le cas au XIXe et début du XXe siècle. Le grand père de Aubert de Villaine n'arrivait pas à en vivre. C'est ses bois et terres agricoles en Auvergne  qui le nourissait.

 

Contactez l'auteur
 

reproduction interdite © stackanovins 2019

 

Posté par stackanovins à 16:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 janvier 2019

Le Grand Bourgogne Hôtel à la maison des polytechniciens

Pour tenter d'attirer les foules et se démarquer, le BIVB avait décidé de mettre les petits plats dans les grands en organisant la première édition du « Grand Bourgogne Hôtel » à Paris. Recueil de témoignages de visiteurs de l'événement.

L'interprofession bourguignonne s'est attachée les services de l'agence Sowine pour organiser l'événement, la première édition du genre : proposer aux professionnels du CHR et journalistes parisiens une journée de dégustations de vins des appellations communales et régionales, sur un format atypique, en jouant sur l'aspect « expérientiel ». Un bel hôtel particulier du 7eme arrondissement a pour cela été loué et mis en scène façon « Grand Budapest hôtel », avec notamment des salles identifiées par des numéros, telles les chambres d'un hôtel, et des masterclass originales  : un escape game spécialement développé sur le thème des 27 dénominations géographiques de l'appellation Mâcon, ou encore une visite virtuelle à l'aide d'un casque pour découvrir celles de l'appellation régionale Bourgogne.

Selon les quelques témoignages recueillis de visiteurs, l'événement semble réussi : « lieu magnifique », « bien reçus », « très bien organisé », a t'on ainsi pu entendre. Mais ils laissent aussi à penser que la motivation de leur venue était plus liée à l'opportunité de pouvoir référencer de nouveaux vins bourguignons - qui plus est, à des prix accessibles - qu'à la formule atypique proprement-dite : « Je suis venue pour acheter de nouveaux vins pour les abonnements mensuels de box : j'ai des besoins récurrents, explique Marie Bradford, de Trois fois vin, qui est resté l'après-midi. Quant aux ateliers, je n'avais pas le temps ; j'aurais aimé y participer, mais je vise l'efficacité...Nous sommes très sollicités avec des propositions de dégustations tous les lundis...Mais des offres sur les vins bourguignons, il n'y en a pas tant que cela ».

Même discours du côté d'un responsable de magasin Nicolas : « j'y suis allé mais j'avais peu de temps, je n'ai donc pas participé aux Masterclass. Je suis surtout venu parce qu'il y avait une offre ciblée vins de Bourgogne à des prix accessibles...Le journées de ce type sont plutôt rares ». « Les masterclass avaient l'air bien, mais je n'avais pas le temps ; je suis venu car j'essaie de participer à un maximum d'événements dédiés aux vins de Bourgogne : ce sont des vins qui restent prisés et les quantités sont restreintes », confirme Charlie Wilson, acheteur pour le réseau de caviste Nysa.

Après plusieurs tentatives, nous avons fini par trouver une personne qui a pris le temps de tester l'escape game : « c'était plutôt sympa et intéressant… On peut le voir comme un "plus", car s'il n'avait pas été proposé, je serais venu quand même », témoigne Valentin, responsable de salle d'un restaurant parisien.

d'après Vitisphère

Le thème était les vins de Bourgogne aux alentours de 15€. On était donc limité aux deux extrémités : les vins de l'Yonne au nord  et les vins du maconnais au sud plus quelques domaines de Marsannay au début de la côte de Nuits. 

On peut d'ailleurs se demander  la raison de la Masterclass "les climats de Chablis premier cru" qui ne rentrent  manifestement pas dans le cadre budgétaire annoncé.

Les Bourgogne aligoté rentrent  eux bien dans le moule omme le Champ Forey 2013 du domaine Fournier  à 21160-Marsannay la côte ou le domaine Sarrazin à 71640-Jambles . Ces vins plus simples que ceux de Chardonnay s'harmoniseront bien avec les coquillages.  Les plus beaux domaines cultivant ce cépage se  trouvent cependant en appellation Bouzeron et particulièrement celui  appartenant à Aubert de Vilaine et géré par un de ses neveux mais on est alors au-delà des 15€.                        

Posté par stackanovins à 12:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 janvier 2019

Décès de Gérard Basset meilleur sommelier du monde 2010

Le meilleur sommelier du monde 2010 s’est éteint le 16 janvier. Très rapidement, la nouvelle a fait le tour du monde, les personnalités du vin lui rendant un dernier hommage.

Le meilleur sommelier du monde 2010 a été emporté par un cancer de l’œsophage au matin du 16 janvier. Installé au Royaume-Uni dans les années 1980. Né le 7 mars 1957 en France (Firminy, près de Saint-Etienne),il  détenait plusieurs diplômes : un master de sommellerie, un MBA en business du vin, un master de l’OIV et le titre de master of wine. Il a remporté plusieurs compétition de sommellerie : meilleur sommelier de Grande-Bretagne, meilleur sommelier international sur les vins français, meilleurs sommelier d’Europe. Il a également fait preuve de talent dans les affaires en créant la chaine hotellière Hôtel du vin et TerraVina.

 

Gérard Basset a inspiré de nombreux sommeliers et personnalités du vin dont, très récemment, Pascaline Lepeltier qui a décroché le titre de meilleur sommelier de France en 2018. Sa disparition a largement ému le monde du vin qui a unanimement loué les qualités humaines de l’homme. Le suisse Paolo Basso (contre lequel il s’était affronté pour le titre de meilleur sommelier du Monde) a indiqué sur Twitter : « Gérard Basset nous a quittés. Son sourire, sa générosité et sa disponibilité nous manqueront beaucoup. À Nina et Romané toutes mes plus sincères condoléances ». Sylvie Tonnaire, rédactrice en chef de Terre de Vin, a, quant à elle twitté : « C’était mon ami, Gérard Basset la générosité même, l’amour du vin et de la vie, il a tant partagé son immense savoir, donnant sa chance à chacun, écoutant et respectant les autres. Pensées à sa famille. Adieu, repose en paix ». Jancis Robinson a pour son part appelé à un moment de recueillement : « Un moment de calme réflexion et une longue période de respect sont de mise pour ce que l’on peut véritablement appeler une tragédie pour le monde du vin. ».

De nombreux messages envoyés à sa famille

Sa femme, Nina, a indiqué par communiqué : « alors que nous sommes dévastés à l'idée de devoir dire au revoir à Gérard, nous tirons de la force des messages d’amitié que nous avons reçus et qui nous touchent. Il a mené un combat courageux contre le cancer et nous sommes rassurés qu'il soit décédé chez lui entouré de sa famille et qu'il soit maintenant en paix. Romané et moi-même sommes profondément reconnaissants du soutien que nous avons reçu de nos amis du monde entier, y compris de nombreux professionnels des secteurs du vin et de l'hôtellerie, et de savoir que Gérard était si aimé de tous ceux qui le connaissaient. " Les messages de condoléances peuvent être transmis à : inmemorimam@culturalcomms.co.uk

Posté par stackanovins à 17:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 janvier 2019

SCDM, la Holding des Bouygues a acquis la majorité du capital du domaine familial Henri Rebourseau

Le 19 décembre 2018, la holding SCDM, Domaines d’Olivier et Martin Bouygues a acquis la majorité du capital du domaine familial Henri Rebourseau. Si les montants des actions ne sont pas communiqués, nul doute que l’acquisition de 13,5 hectares de vignes à Gevrey Chambertin a dû atteindre des sommets. En Bourgogne, « la valeur monétaire de la vigne est ce qu’elle est actuellement. Totalement décorrélée de la réalité » confiait Jean de Surret fin 2018, le gestionnaire du domaine éponyme. Ce descendant de la famille Rebourseau restera impliqué dans le domaine avec ses fils, Bénigne et Louis de Surret, tout en anticipant les frais de succession qui auraient pu démembrer la propriété.

Financièrement élevé, le jeu en vaut la chandelle. Avoir d’un coup « 6 hectares dans cinq grands crus prestigieux de Côtes-de-Nuits (Chambertin, Chambertin Clos de Bèze, Charmes-Chambertin, Mazis-Chambertin, Clos Vougeot), c’était une opportunité qu’il ne fallait pas laisser passer » résume Hervé Berland, à la tête de SCDM Domaines, qui vient de prendre la présidence de la SAS Henri Rebourseau.

Ayant réalisé leurs premiers investissements viticoles en 2006 (avec les châteaux Montrose et Tronquoy-Lalande à Saint-Estèphe), les frères Bouygues ont depuis acheté le Clos Rougeard en 2016 (à Saumur) et la distillerie de la Métairie en 2017 (à Cognac, en Petite Champagne). Cette dernière acquisition devrait prochainement s’étendre, SCDM souhaitant ajouter des surfaces viticoles à ses 21 hectares. « Pour les prochains investissements, rien n’est écrit. Mais il n’y a pas d’interdit dans le choix. On attend les opportunités pour les saisir » conclut Hervé Berland.

d'après Vitisphère

Posté par stackanovins à 14:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 décembre 2018

Le prix moyen des vignes en 2017

La méthodologie choisie tend à lisser l’évolution des prix, en éliminant les transactions les plus élevées et les transactions les moins élevées comme par exemple l'acquisition de Clos Rougeard par Bouygues.  Prix moyen (€ constants /ha) ; variation 2017/2016. Source : Safer

Bordeaux :

Pauillac : 2 000 000 €/ha1 (-0,79%)
Saint-Estèphe : 450 000 €/ha (+17,49%)
Saint-Julien : 1 200 000  €/ha (-0,79%)
Moulis : 80 000 €/ha (-0,7%)
Listrac : 75 000 €/ha (-0,8%)
Pessac-Léognan :  450 000 €/ha (-0,8%)
Sauternes : 30 000 €/ha (-15%)
Pomerol : 1 500 000 €/ha (+14,5%)
Saint-Emilion : 250 000 €/ha (+7,85%)
Fronsac : 30 000 €/ha (-15%)

Bourgogne

Les grands crus : 6 000 000 €/ha (+8%)
Les premiers crus blancs : 1 536 000 €/ha (+4,1%)
Les premiers crus rouges : 650 000 €/ha (+2,3%)
Chablis : 164 000 €/ha (+4,99%)
Chablis premier cru : 350 000 €/ha (+0,3%)
Mâcon blanc : 65 000 €/ha (-0,8%)
Pouilly-Fuissé : 240 000 €/ha (-0,8%)

Champagne

Côte des Blancs : 1 472 200 €/ha (-4,7%)
Côte d’Epernay, Grande Montagne : 1 188 900 €/ha (-0,19%)
Autres régions (Marne) : 1 040 000 €/ha (+1,17%)
Aube : 1 004 100 €/ha (+2,52%)

Vallée du Rhône

Saint-Joseph : 120 000 €/ha (+9%)
Hermitage : 1 100 000 €/ha (-0,8%)
Cornas : 450 000 €/ha (-0,8%)
Crozes-Hermitage : 120 000 €/ha (+8,21%)
Châteauneuf-du-Pape : 405 000 €/ha (+3%)
Gigondas : 180 000 €/ha (-0,8%)
Vacqueyras : 90 000 €/ha (-0,8%)
Ventoux : 20 000 €/ha (+10,5%)

la Loire

Sancerre : 160 000 €/ha (+9,44%)
Pouilly-Fumé : 155 000 €/ha (-0,8%)
Bourgueil : 20 000 €/ha (1%)
Chinon : 22 000 €/ha (-1%)
Montlouis-sur-Loire : 9 000 €/ha (+11,1%)
Vouvray : 21 000 (-1%)
Saumur : 14 000 €/ha (+2,9%)
Touraine : 8 000 €/ha (-1,2%)
Anjou : 14 000 €/ha (+6,87%)
Saumur (Maine-et-Loire) : 19 000 €/ha (-1%)
Saumur-Champigny : 58 000 €/ha (0%)
Muscadet : 10 000 €/ha (-1%)
Muscadet Sèvre-et-Maine : 12 000 €/ha (-0,8%)

 Alsace

Alsace (Bas-Rhin) : 106 000 €/ha (+6,1%)
Alsace (Haut-Rhin) : 153 600 €/ha (+6,7%)

Jura

Arbois : 36 000 €/ha (-0,8%)
Château-Chalon : 55 000 €/ha (-0,7%)
Côtes du Jura : 27 000 €/ha (+3%)
L’Etoile : 23 000 €/ha (+3,6%)

Sud-Ouest

Jurançon : 40 000 €/ha (-0,7%)
Madiran (Pyrénées-Atlantiques) : 15 000 €/ha (-0,7%)
Madiran (Hautes-Pyrénées) : 18 000 €/ha (-0,5%)
Madiran (Gers) : 16 000 €/ha (-0,6%)

Languedoc -Roussillon

Fitou : 11 000 €/ha (-0,9%)
Languedoc – Pic Saint-Loup : 40 000 €/ha (+4,44%)
Languedoc – Terrasses du Larzac : 20 000 €/ha (+16,96%)
Saint-Chinian : 12 000 €/ha (-0,8%)
Faugères : 16 000 €/ha (-0,6%)

Provence

Cassis : 100 000 €/ha (-0,8%)
Bellet : 245 000 €/ha (-0,8%)

Corse

Calvi : 18 000 €/ha (-28,6%)
Patrimonio et Coteaux du Cap Corse : 40 000 €/ha (-0,7%)
Ajaccio : 25 000 €/ha (+23,8%)
Vin de Corse (Figari, Sartène, Porto-Vecchio) : 25 000 €/ha (-0,8%)

d'après la Safer

 

Posté par stackanovins à 09:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 décembre 2018

l’ancien domaine de Jo Pithon devient Bel Argus

Moins d’un an après avoir rencontré le fameux vigneron Jo Pithon et racheté son domaine d’Anjou, le passionné Ivan Massonnat donne un nom à sa nouvelle entité de la vallée du Layon, désormais enrichie en Quarts-de-Chaume et Savennières. Le domaine Bel Argus fait honneur à un papillon bleu qui se plait dans le micro-climat du Layon. Et rend hommage à la cuvée la plus rare que produisait Jo Pithon « Belargus des Treilles ».

C’est une belle histoire qui se conclut avec « Bel Argus », et une nouvelle aventure qui commence. A l’origine, il y a un homme d’affaire passionné de vin qui veut constituer un domaine, Ivan Massonnat, sans avoir d’idée arrêtée sur la région, mais qui veut de vrais terroirs. De l’autre il y a Jo Pithon qui a révolutionné les Coteaux du Layon dans les années 1990 en relançant la production de vins concentrés et voulait transmettre le domaine Pithon-Paillé, constitué avec sa femme Isabelle, à une personne prête à en assurer une digne suite.

Une collection de trois terroirs

Ivan Massonnat a compris que l’Anjou était une terre à la hauteur de ses ambitions. Depuis, les choses ont continué à bon rythme. Ivan Massonnat a acquit 10 hectares du domaine Laffourcade en Quarts-de-Chaume (le seule grand cru ligérien) à quelques encablures de sa base, le fameux Clos des Treilles, joyau du domaine Pithon-Paillé en Coteaux-du-Layon, un coteau de 3 ha exposé plein sud, qui avait été complètement abandonné à cause de sa forte pente (30 à 70%). La dernière acquisition a été conclue fin novembre et vient apporter un nouveau terroir exceptionnel au domaine Bel-Argus. Il s’agit en appellation Savennières de 45 ares d’un autre coteau abrupt, clos de murs et implanté sur une minuscule couche de terre au dessus de magnifiques schistes pourpres. Défriché seulement il y a une dizaine d’année, ce clos se trouve juste à la limite de l’encore plus rare appellation Savennières Roche-aux-Moines. Il appartenait à la famille Taillandier qui lui cède un fermage de 2,5 ha sur la même appellation.

A la tête désormais d’un vignoble de 26 ha, Ivan Massonnat a engagé une équipe jeune et très qualifiée pour travailler dans le respect des hommes et des lieux. Pour l’inspirer, l’ancien vigneron du Muscadet Guy Bossard a été engagé et conseillera sur la conversion de l’ensemble en biodynamie. Quant à Jo Pithon il demeure comme consultant, ravi d’avoir trouvé quelqu’un qui a la même vision que lui et peut investir dans le bons sens : « Je sais qu’Ivan a une vision collective du vignoble de chenin, que toute la région va en tirer profit. Des précurseurs comme Richard Leroy et Marc Angeli ont ouvert la voie, la nouvelle génération a de la chance, elle va transformer l’essai ».

D'après Laurent Gotti Terre de vins

Posté par stackanovins à 08:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 décembre 2018

Ils nous ont quittés cette année

Alex de Clouet  expert
Albert Bichot 3
Eric Albada Jelgersma, hollandais propriétaire de Château Giscours                                                                                        Auguste Clape                                                                                                                                                                                    Eric et Pascal Porcheron  à Chablis


Henry-Frédéric Roch, propriétaire du Domaine Prieuré-Roch à Nuits-Saint-Georges et co-gérant avec Aubert de Villaine, du domaine de la Romanée-Conti s’est éteint .

La nouvelle secoue le monde des très grands vins de Bourgogne : Henry-Frédéric Roch, 56 ans, s’est éteint.
Devenu co-gérant du domaine de la Romanée Conti suite au décès de son frère Charles dans un accident de voiture, il représentait la famille Leroy à la tête de la Romanée-Conti. Il était le fils de Pauline Roch-Leroy, sœur ainée de Lalou Bize-Leroy. Cette dernière avait quitté la co-gestion du DRC en 1991 après une collaboration difficile avec Aubert de Villaine.

Alors qu’Aubert de Villaine devenait l’homme fort, incarnant avec un succès retentissant la Romanée-Conti, Henry-Frédéric Roch, plus secret et tourmenté, se consacrera à son domaine créé trois ans plus tôt.

Henry-Frédéric Roch a en effet fondé le Domaine Prieuré Roch (Nuits-Saint-Georges) en 1988 grâce à la reprise de « quelques bouts de vignes ». « J’essayais de travailler dans le vin ou autour du vin depuis une dizaine d’années. Je n’y connaissais rien. Il fallait que je fasse ma place tout seul dans mon coin », expliquait-il. Il développera et agrandira le domaine en appliquant les méthodes de la viticulture biologiques ou biodynamiques. Une orientation qu’il complétera avec une vinification très peu interventionniste.

Le décès d’Henry-Frédéric Roch va très certainement faire naitre de nombreuses spéculations sur l’actionnariat du domaine de la Romanée-Conti. Ceci dans un contexte où la Bourgogne bruisse de nombreuses rumeurs sur l’avenir des activités de Lalou Bize-Leroy, 86 ans, à la tête d’un prestigieux domaine et d’une maison de négoce.

D'après Terre de vins

Henry-Frédéric Roch était surtout connu pour son rôle au sein du Domaine de la Romanée-Conti. Le fameux DRC est détenu par deux familles, les Gaudin de Villaine, et, depuis 1942, les Leroy. Henri Leroy a eu deux filles, la fameuse Lalou, à la ville Marcelle Bize, et Pauline Roch, qui a elle-même eu trois enfants : Charles, Isabelle et Henry-Frédéric. De 1974 à 1991 le Domaine de la Romanée-Conti était dirigé par deux associés-gérants : Aubert de Villaine et « Lalou » Bize-Leroy. En 1992, Charles Roch a été nommé associé-gérant à la place de sa tante Lalou Bize-Leroy. Il meurt quelques semaines plus tard dans un accident de voiture et c’est son frère cadet, Henry-Frédéric, qui le remplace.

 

Dès 1988, Henry-Frédéric s’était fait connaître en fondant son propre domaine, le Domaine Prieuré-Roch, constitué à partir de vignes achetées au DRC auxquelles sont venues s’ajouter quelques autres. Le domaine est installé à Nuits-Saint-Georges et a été précurseur dans l’usage de la vendange entière, de la culture biologique, ainsi que dans un style que l’on qualifie désormais de « naturel ». Son cru le plus célèbre est le Nuits-saint-georges premier cru Clos des Corvées dont Henry-Frédéric a réussi à unifier les 5,21 hectares en 1995. Sans atteindre les prix du Domaine de la Romanée-Conti, les vins du Domaine Prieuré-Roch se sont toujours vendus très chers et ont leurs aficionados.

 

Si du côté de la famille de Villaine, c’est Bertrand, le neveu d’Aubert, qui est amené à prendre sa suite, reste désormais à savoir qui prendra la succession d’Henry-Frédéric Roch qui, comme son frère avant lui, disparaît prématurément.

 

d 'après Gilles Durand-Daguin

 

Posté par stackanovins à 12:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

l'I.G.P Ile de France ehfin autorisée par l'I.N.A.O

Le comité vin IGP de l’INAO a validé le cahier des charges de l’IGP Ile-de-France. Les franciliens auront désormais leurs vins à indication géographique.

Après sept années de procédure administrative, l’IGP Ile-de-France vient de voir son acte de naissance signé le 5 décembre dernier lors du Comité national des IGP de l’INAO. Cette course de fond n’est pas encore terminée car doit prochainement s'ouvrir la Procédure nationale d'opposition (PNO) qui peut encore freiner la création de cette indication géographique francilienne qui veut relancer la production viticole en Ile-de-France. «Nous restons discrets parce qu’il faut aller jusqu’au bout de la procédure. On se réjouira que lorsque l’on aura les premières bouteilles avec IGP » commente Patrice Bersac qui a conduit le projet en tant que président du Syvif (Syndicat des vignerons d’Ile-de-France).

Des vins tranquilles

Concrètement, l’IGP s’étend sur la zone de l’Ile-de-France historique, soit environ 380 communes. Une zone tampon entre la zone de production de l’IGP et celle de la Champagne est prévue. Cette zone permettra de prémunir la Champagne contre tout détournement de notoriété car l’IGP ne pourra pas y être produite. Cette dernière présente en sus un cahier des charges qui prévoit uniquement des vins tranquilles en rouge, blanc et rosé.

Planter des résistants

Ils sont 46 producteurs dans les starting-blocks, prêts à produire leur première cuvée en 2019 (si la PNO ne suspend pas l’IGP). La plupart, environ ¾, sont des agriculteurs intéressés par la diversification de leur production en viticulture. Ils pourront choisir leurs variétés dans une liste de 83 cépages. Au sein de la liste, se trouvent des cépages résistants d’obtention ancienne comme le maréchal foch.  Le projet est, par ailleurs, d’intégrer les douze variétés résistantes nouvelles récemment inscrites au catalogue, peut-être dès 2019. Car, le projet de l’IGP Ile-de-France est de miser sur ces cépages tolérants aux maladies dans un souci de protection de l’environnement.

Autre disposition originale : le cahier des charges de l’IGP Ile-de-France impose à tous les producteurs d’utiliser un bandeau portant la mention de l’IGP sur l’étiquette. L’objectif est de communiquer sur le terme IGP et d’améliorer sa connaissance par le consommateur. Et Patrice Bersac d’expliquer : « au sein de la Confédération des vins IGP est dressé le constat que les consommateurs méconnaissent cette IG ». Rendre obligatoire sa mention cherche ainsi à la faire sortir de l’ombre.

D'après  Marion Sepeau Ivaldi de Vitisphère

Posté par stackanovins à 12:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]