• Concours des Vignerons indépendants ; Il se déroulait sur deux jours et comptait cinq sessions. Cela ma permis de goûter quatre vingt seize vins sur une douzaine d'appellations : Pétillants de Loire, Beaune 1er cru, Bergerac rosé, Cahors, Gaillac moelleux, rouges du sud ouest (5 appellations) et enfin Gaillac sec. Cette année, l'organisation avait  réalisé de gros efforts de formation et de recrutement, ce qui nous a permis d'être quatre ou plus souvent cinq par jury. Que retenir de ces deux jours : L'ensemble était d'un petit niveau et j'ai même dû à trois reprises  et dans la même appellation du sud ouest cocher la case "vin non dégustable", ce qui ne m'était encore jamais arrivé en près de huit années de participation à ce genre de manifestation. Deux étaient saturés en dioxyde de souffre et le troisième sortait d'une cuve mal rincée. on avait en bouche l'impression de goûter une serpillère savonnée.CVI_20120330_06reproduction interdite © stackanovins 2012

Nous avons quand même attribués plus de vingt médailles, mais malheureusement peu d'or. Je ne peux vous citer aucun producteur car le principe même de ce concours est l'anonymat des bouteilles présentées. Si ici l'objectivité et l'honneteté des dégustateurs ne peut être mis en cause, ce n'est pas toujours le cas. L'année dernière au Concours Général Agricole, je me suis trouvé bien seul face à quatre producteurs du Muscadet. Cette appellation a plus de 2.000 producteurs dont la majorité n'a manifestement pas la  recherche de la qualité comme critère. Ces messieurs on bourré 5 médailles pour les copains et comme il y avait 12 tables de Muscadet, faites le calcul. c'est un cas flagrant de trahison pour le consommateur acheteur. En ce qui me concerne, je n'aurai attribué qu'une médaille et pas en or.

 

  • Pari Fermier au Parc Floral du bois de Vincennes : Les vignerons n'étaient pas la majorité des exposants et l'ensemble de ceux présents n'étaient manifestement pas des leaders de leur appellation. Deux exceptions heureusement : le Champagne Driant Valentin à 51-Grauves dont le milllésime 2000 réjouira les amateurs de champagne vineux. Ce vigneron a également une cuvée de prestige de vieilles vignes qui a la particularité d'être habillé à l'ancienne, c'est à dire sans muselet. le bouchon est maintenu en place par une cordelette de chanvre.
    • driant

 


 Un petit nouveau  en Saint Emilion : Toinet Lavalade à  33330 Vignonet. Un tout petit domaine de 2 ha et des bricoles à 90% de merlot et  10% de cabernet franc en culture raisonnée (ni insecticide ni désherbant). Un 2008 rond et soyeux, un vrai vin de plaisir. Un 2010 tannique à souhait mais plein d'avenir. Une belle découverte.

 

  • Club des Vignerons Lauréat à Neuilly sur seine. Il s'agit d'un groupement d'une trentaine de producteurs qui ont obtenu au moins une médaille  d'or dans un concours. Ici le niveau était sans comparaison avec ceux du paragraphe précédent. Je ne pourrai pas tous les citer. Je vous recommande entre autre au Chateau Guilhem à 11300-malviès en AOP Malepère sa cuvée tradition rouge 2010, Héritier de Guilhem vendu 6,50€. Ce vin puissant et qui emplit la bouche à d'ailleurs obtenu une médaille d'or au CGA 2010. Chateau Court les Muts en Bergerac à 24240 Razac et pour les amateurs de liquoreux son  Saussignac en vendanges tardives à base de Sémillon et de Muscadelle à 16,40€ le 2007. Enfin,le domaine Alain Geoffroy à 89800-Beines pour son petit Chablis 2011, plus cher que d'autres à 9,45€, mais avec une bellle minéralité et une belle concentration.

 reproduction interdite © stackanovins 2012